Sexy Sushi

par |
Les Sushi c’est ce groupe d’électro-pop français, qui use à la fois d’une musique efficace et de paroles bourrées d’humour et de décalages politiquement incorrects. Après avoir été l’un des concerts les plus excitants des Eurockéennes au début du mois et à l’occasion de leur passage aux Vieilles Charrues, nous en avons profité pour récolter quelques-unes de leurs digressions.

Quelles sont les influences des Sushi (à part détester la bouffe japonaise) ?

Rebecca Warrior : J’adore les sushis figure-toi. C’est une nourriture délicieuse et très subtile. Les mets sont souvent raffinés et plein de saveurs inconnues pour nous autres Européens. Ils s’essayent à cuisiner toutes sortes d’animaux marins, de végétaux, mariés à des sauces audacieuses. J’adore les sushis, sashimis, makis et brochettes… je vais prendre un menu E23.

Mitch Silver : Parfois sous la douche j’oublie si je me suis lavé ou pas, ça vous arrive aussi ? Sinon j’aime bien être influencé par tout ce qui tourne en boucle.

Marre, marre, marre est probablement l’album le plus populaire de votre discographie… Mais marre de quoi au juste ?

R.W : C’est parce que Marre Marre Marre est une compilation des 3 CD-R albums sortis chez Merdier-Records. Marre Marre Marre, regroupe donc des titres de J’en veux, j’en veux des coups de poing dans les yeuxça m’aurait fait chier d’exploser et défonce ton ampli. Les auditeurs pensent souvent que c’est un album à part entière blindé de tubes très dansants, or c’est juste un Best of sorti uniquement en MP3

MS : Marre de faire des machines à laver le lundi.

Sur scène devant le public ça se passe comment ? Parce qu’on ne va pas regarder un concert des Sushi de la même façon qu’on regarde un artiste classique…

R.W : Mais qu’entends-tu par « artiste classique » ? Christophe Maé ? Christophe Willem ? Simplement Christophe ?

MS : Les gens ont des petites chaises pliantes et regardent passer la caravane, parfois on leur jette des petits objets à collectionner.

Vous pointez du doigt les pétasses un peu pouffes, les nazes des discothèques (ou bolos dans un autre terme). Quelles ont été les réactions autour de vous ?

R.W : La réception est mauvaise quand la personne de l’accueil ne fait pas d’effort.

MS : J’ai remarqué que mes proches étaient distants, je n’ai plus beaucoup de copains pour parler et me sentir bien.

Quelques mots sur votre dernier album, Cyril ?

R.W : Bien sûr.

MS : On a coulé ce disque cet hiver, la terrasse est belle on peut manger dessus maintenant que les beaux jours reviennent.

Est-ce que vous vous sentez politiquement incorrect dans vos paroles ?

R.W : Et bien, nous essayons d’être le plus libres possible dans un pays qui semble plus s’intéresser au camping qu’au cannibalisme.

MS : Nous ne faisons pas de politique, mais c’est un domaine qui m’intéresse pas mal, j’écoute France Info tous les jours.

La comparaison avec des groupes comme les Wampas par exemple, ça vous parle ?

R.W : Didier Wampas m’a offert la paire de lunettes pailletée en forme d’étoile que portait Sheila il y a bien longtemps. Il a eu la chance de récupérer tout son stock de vêtements ainsi que celui de ses choristes de l’époque. Un très beau lot de vêtements, dont je suis sûre il ne prend aucun soin ! Je respecte beaucoup cet homme de talent, ce showman hors paire de lunettes pailletées en forme d’étoile que portait Sheila il y a bien longtemps.

MS : Je préfèrerais qu’on me compare à une belle statue grecque comme Le pêcheur des terres saintes de Pratencio.

Crédits photo : Sexy Sushi aux Eurocks 2010 par Ludo Pics_Troy

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Christopher (ou Cine-emotions dans le sévère monde de la critique), encore étudiant en Histoire Culturelle et Sociale, prépare actuellement son mémoire sur le rock britannique. D'ailleurs il est un amateur de musique rock, le genre qui envoie et qui en même touche au plus profond, de Muse à Marilyn Manson en passant par Radiohead et bien d'autres. Son dada : le rock britannique dans toute sa splendeur. Sinon, Chris est aussi (et surtout) un amoureux du cinéma (du drame au film d'horreur en passant par le film historique), qui tente d'exposer son avis à travers ses critiques qu'il espère pertinentes. Son rêve : devenir journaliste, et si possible dans les deux domaines qu'il vient de citer. Sinon, Chris est aussi un amoureux de la vie, et il aime quand la curiosité vient frapper à sa porte. Il se fait actuellement les dents (ou les doigts) sur Discordance et sur son blog.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article