Se faire un nom dans le Street Art en 5 étapes faciles

par |
Inspirés par le ton ironique du film de Banksy en salle ces jours-ci, nous vous livrons la recette pour devenir un artiste de street art à succès.

Faites le mur (Exit Through The Gift Shop en V.O) est le film du fameux artiste anglais de street art , Banksy. Entre farce sur l’hypocrisie du marché de l’art et aperçu des dessous du milieu, mi-film mi-documentaire, Faites le mur met en lumière les dédoublements de personnalité de Banksy et de Thierry alias Mr Brainwash, le français un peu allumé qui a voulu le filmer et s’est retrouvé héros de son propre film.
Après un décryptage poussé et entourés d’une équipe de data-journalistes, nous avons pu déterminer cinq étapes à respecter pour devenir un artiste de street art bankable, des galeries hype de Los Angeles au marché Drouot.

1) Faites vos preuves dans la rue

Vous auriez sans doute pu vous en douter mais il est important de le rappeler. Pour être un artiste de street art, vous devez commencer dans la rue. Les débuts ne seront pas faciles : il vous faudra trouver votre territoire et éviter les flics tout en travaillant de nuit sans la moindre pause café. Rappelons que l’activité est illégale, mais plus vous prendrez de risques, plus votre côte augmentera. Tout comme Space Invaders, investissez des lieux inaccessibles, sur lesquels votre art attirera l’attention de façon inopinée.

Du côté des techniques, tout est permis : mosaïques, papiers collés, graff, peinture, bombe… Si vous privilégiez la reprographie, pensez à prendre un abonnement à la boutique de photocopies la plus proche de chez vous. Autres accessoires utiles : une échelle, une lampe de poche, un cutter.

2) Trouvez vous un style, une marque, un nom

Un simple graffiti ne saurait constituer une oeuvre de street art digne de vous rendre attractif. Banksy n’est pas devenu Banksy en un jour : à force de détourner les symboles du royaume anglais et de tapisser les murs d’humour noir, l’artiste a imprimé sa marque dans un style bien définissable et avec un esprit critique. Par exemple, a l’image de Mr Brainwash, dénoncer la société de consommation vous permettra de rallier un maximum de personnes à votre cause tout en sonnant politiquement incorrect. Vous pouvez également détourner les icônes de la pop culture de façon décalée !

3) Cultivez le mystère

C’est l’une des clés du succès : avez-vous déjà vu la tête de Banksy, Gaia ou Leo & Pipo dans les Inrocks ? Non, et c’est normal. Pour susciter l’intérêt d’un public sur-stimulé, restez secret et n’accordez vos premières interview qu’au moment de votre première exposition.

4) Faites du happening

Une fois que votre nom aura circulé et que tout le monde se demandera qui est ce mystérieux artiste qui tapisse les murs de la ville de portraits détournés de politiciens et de people, c’est le moment de prendre les choses en main et de réaliser votre premier happening. Celui-ci peut prendre la forme d’un coup de pub choc (exemple tiré de Faites le mur : évoquer les prisonniers de Guantanamo dans un parc Disneyland) ou, si vous avez les contacts et les fonds nécessaires, d’une première exposition, si possible dans une galerie en vogue.

Prévenez la presse locale, faites le buzz sur Internet et sur les murs de la ville. Pour l’exposition, trouvez quelques concepts choc (un éléphant rose, un robot en écrans de télévision…). Vos futurs acheteurs sont des collectionneurs privés, pensez à des formats adaptés à leurs maisons, qui, bien que relativement spacieuse, ne pourront sûrement pas loger de trop grandes œuvres. Privilégiez un format petit ou moyen, qui vous permettra de plus de réduire vos coûts (voyez cette pauvre femme obligée de laisser un Andy Wharol au placard dans Faites le mur).

5) Soyez créatifs

On aurait tort de ne pas le mentionner, la cré-a-ti-vité est le maître mot de votre carrière, juste devant l’opportunisme. Avec un peu de chance et en suivant nos conseils, vous figurerez peut-être dans la prochaine foire artistique ou sur les murs d’une Fondation de renom. Bonne chance !

Cinq façons de faire du street art :

Avec du scotch

TapeArt – Stella & Rex & Jurij Lozic from Multipraktik on Vimeo.

En réalisant une fresque animée : Blu

BIG BANG BIG BOOM – the new wall-painted animation by BLU from blu on Vimeo.

Avec du chewing gum : Simone Decker - Chewing in Venice

Avec du chewing gum (bis) : Mathieu Tremblin


Avec des clés usb  : Aram Bartholl


Partager !

En savoir +

Faites le mur, sorti le 15 décembre 2010

Site officiel : http://www.banksyfilm.com/

Mr Brainwash : http://www.mrbrainwash.com/

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 30 décembre 2010
    Sam a écrit :

    P***** de bon article!!!!!

  2. 2
    le Vendredi 1 juillet 2011
    Be-K a écrit :

    Banksy est devenu Banksy en prenant les gens pour des cons.
    Veuillez excuser mes propos quelques peu vulgaires (ce n’est pas mon genre) mais pour bien connaître ce milieu on peut dire que Banksy est la pute du Street Art, tout comme Starck est la pute du Design….
    Des opportunistes sans véritable talent qui manipulent parfaitement l’opinion publique et feraient n’importe quoi pour être « présents » et reconnus.

    Avant d’applaudir bêtement son film (présente lors de la projection à l’espace Pierre Cardin) et de boire toute ses paroles il faudrait un peu mieux connaître ce milieu pour comprendre que cet « artiste » n’utilise que la provocation et son égocentrisme pour se faire connaître. Le Street Art ce n’est pas Banksy.
    Regarder du Banksy ça revient au même que de lire un livre de Virginie Despentes: une perte de temps pour un résultat sans talent.

    Si vous n’êtes pas du tout dans l’esprit Street Art suivez ces instructions (qui sont très bien rédigées pour devenir un « banksy », au risque de ne pas être apprécié de ce milieu)
    Des artistes Street Art qui ont du talent il y en a des tonnes, beaucoup ne se cachent pas tant qu’ils ne font pas de « vandale » (certains même s’en fichent totalement:ex Obey).

Réagissez à cet article