S.C.U.M | Petit Bain | 20.10.11

par , |
Again into eyes, un deuxième album pour les Londoniens de S.C.U.M, et rien de mieux qu'une tournée européenne pour le présenter. Vendredi, ils jouaient à Paris au Petit Bain, la nouvelle scène flottante sur les berges du 13e arrondissement.

20h, direction le Petit Bain, une péniche toute neuve couleurs anis et bambou, qui est venue s’amarrer quai de la gare en juillet dernier. Les S.C.U.M sont les invités de cette deuxième date des soirées Allogènes (qui avait lieues du 20 au 23 octobre), mais avant eux, deux groupes passent sur scène.

21h30, les Monster Children, jeune groupe parisien, s’emparent de la scène. Du baby rock psychédélique, encore un peu frêle, qui d’ici quelques EP pourrait cartonner. 22h15, place aux Londoniens de Bo Ningen, quatre asiatiques à la chevelure très très longue et qui ont tendance à aller faire du shopping au rayon filles. Pourtant rien de mielleux sur scène, bien au contraire ! Du rock psychédélique voire métal à réveiller le moindre spectateur endormi dans un recoin du Petit Bain. Les basses envoient du lourd, le chanteur crie/chante pendant près de 40 minutes, mais le public reste impassible, et n’attend qu’une chose : l’arrivée de S.C.U.M.

23h15, la salle à moitié pleine d’un public stoïque, les cinq Londoniens font leur entrée sur scène. A priori, tout est là pour que la magie opère : batterie, basse, guitare et une flopée de synthés, le tout instrumenté par un groupe bien looké. Le jean slim retroussé officie sur scène, hormis pour Thomas Cohen, le chanteur, dont le coeur planche plutôt pour le pantalon à pinces. Qu’importe, le concert commence, le shoegaze fait l’ambiance. Amber Hands, Paris, S.C.U.M déroule son dernier album, sans pour autant se soucier de son public. Les Londoniens ne sont pas venus charmer mais uniquement jouer. Une attitude glaciale qui n’aide pas à sortir le public de son mutisme, mais qui donne au groupe une aura mystérieuse et un sex appeal inégalable au chanteur.

Les premières notes de Whitechapel résonnent, et le Petit Bain sombre, danse et saute enfin dans tous les sens, quand, surprise, les lumières se rallument. Stupéfaction et déception dans la salle, le concert n’a duré que quarante minutes…

Crédits photo : Mauro Melis

BO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINBO NINGEN @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAINS.C.U.M @ PETIT BAIN

Partager !

En savoir +

S.C.U.M : http://www.myspace.com/scum1968
My Monster Children :
http://www.myspace.com/mymonsterchildren
Bo Ningen : http://www.myspace.com/boningen

A propos de l'auteur

Image de : Journaliste, Pauline a les yeux qui brillent autant dans une régie télé qu'à un concert de "pop de fille". #meufcool devant l'adversité, elle assume entièrement son addiction à twitter, aux festivals de musique, au baby foot et aux petits wraps. @paulineperinet

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article