Rougge – Fragments

par |
Attention. Cette chronique s'adresse à chacun, peu importe vos préférences musicales. L'originalité de "Fragments", le premier album de Rougge, tient en ce qu'il transcende les clivages musicaux pour n'offrir qu'une seule chose : de l' Emotion musicale .

rougge Fragments est à coup sûr l’un des meilleurs albums qu’il m’ait été donné d’écouter en ce début d’année 2008. Le concept est simple et intéressant : parmi les onze fragments composant le disque, pas un seul ne comporte de paroles. Du piano ? Oui, mais pas seulement. Car même s’il ne récite pas de texte, Rougge utilise sa voix. Cette voix qui s’envole sur chaque mélodie sans jamais ne former aucun mot.

Il en résulte une espèce de sensation étrange: cette voix suffit à elle seule à transmettre des émotions, à transmettre de l’Emotion . Ici pas de fioritures, pas de triche. Il y a un piano, une voix, et c’est tout. Fragments est bien plus qu’un CD, c’est une invitation au voyage. Porté par l’interprétation brillante de l’artiste et durant les quarante-cinq minutes que dure l’album, le temps file à toute allure. Trop vite même pour pouvoir s’en rendre compte.

Chacun de ces onze morceaux, sobrement intitulés Fragment 1, Fragment 2 ., est différent du précédent. Et à chaque fois c’est le même plaisir qui se renouvelle, sans jamais être gâché par la moindre impression de déjà-vu. Ce CD est le compagnon idéal des moments de relaxation et des nuits d’insomnie.

De plus, et pour tomber dans des considérations plus matérielles, il est aisé de se le procurer : il suffit d’en passer commande directement auprès de l’artiste via son site (et pour vraiment pas cher) ou d’en faire la publicité sur le net afin de l’obtenir gratuitement. Aucune excuse ne sera donc acceptée pour ne pas le posséder dans sa discothèque.

Un album des plus convaincants car non seulement Rougge est un Artiste, avec un grand A, mais les onze fragments qu’il propose forment bel et bien une oeuvre à part entière dont il serait dommage de passer à côté.

Etes-vous prêts à voyager à votre tour ?

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Né en Allemagne à la fin des années 80, alors que l'ordre mondial était en plein bouleversement (et sa naissance n'y est sans doute pas pour rien), Loïc a eu très tôt le goût de faire tomber les murs. Aujourd’hui, c’est au sein de Discordance qu’il poursuit sa mission. Trop souvent adepte du « c’était mieux avant », passionné de cinéma, de littérature et de musique (tout un programme), c’est tout naturellement qu’il a choisi de prendre la tête de la rubrique Société : quelle meilleure tribune pour faire trembler les murs ? Vous pouvez à présent suivre ses élucubrations à la fois sur Twitter (http://twitter.com/JLMaverick) et sur son blog : http://johnleemaverick.wordpress.com.

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Vendredi 28 mars 2008
    Stedim a écrit :

    Ca, c’est intriguant. Je serais bien curieux d’écouter ça pour « voir » si c’est bien vecteur d’émotions, comme tu le dis, avant même d’être vecteur d’ennui.
    Ouais, intriguant.

  2. 2
    le Samedi 29 mars 2008
    Hanky Panky a écrit :

    Ouais intéressant! J’voudrais bien écouter ça! Par contre, « l’invitation au voyage », pffff, quelle formule relou!

  3. 3
    le Lundi 28 avril 2008
    Michèle a écrit :

    J’ai la chance d’avoir pu écouter cette oeuvre, car c’est une oeuvre. Un moment de calme, d’envoutement, anti-stress assuré qui pourrait même nous emporter jusqu’à la méditation.
    Bravo !

Réagissez à cet article