Rockin’ Squat – Disque de Lumière

par |
Les aficionados du Hip Hop qui ont assisté à l'entrée du tout jeune rap français dans le monde de la distribution musicale à "grande échelle" il y a de cela une vingtaine d'années se souviennent de ses balbutiements avec nostalgie et, après des évolutions musicales pas toujours en phase avec la fraîcheur désintéressée des débuts, jettent souvent un oeil circonspect sur les nouvelles productions des gloires du temps jadis.

Rockin’ Squat, en tant que porte-flambeau du groupe Assassin, fut le premier à créer une structure indépendante, judicieusement appelée Assassins Productions, afin de distribuer de la musique urbaine au plus grand nombre sans avoir de contraintes imposées par une major, il est donc un personnage essentiel du Hip Hop en France. Fils de l’acteur Jean-Pierre Cassel, issu donc d’un milieu a priori plutôt éloigné des clichés de banlieues, ce qu’on lui a parfois reproché comme si seuls les crève-la-dalle pouvaient s’indigner, Rockin’ Squat et ses compères prennent le micro à la fin des années 80 pour dénoncer un système qui les révolte et tentent de montrer à leur auditoire la manipulation institutionnelle dont la masse est victime plus ou moins consciemment. Dans une démarche purement Hip Hop où les actes réfléchis remplacent la violence aveugle et improductive, Assassin cherchait à équilibrer par l’éducation cette lutte des classes modernes où « l’oppresseur » aurait comme armes les médias et la politique.

Rockin’ Squat n’a jamais lâché son credo et continue de prêcher en solo la bonne parole Hip Hop malgré un relatif désintérêt des radios notamment, pour preuve ce nouveau clip qui illustre le morceau Disque de Lumière extrait de Illégal Mixtape 3 prévu dans les bacs en cette fin d’année (avec des apparitions de son frère Vincent, d’Oxmo Puccino et des anciens d’Assassin dans une ambiance quasi hollywoodienne digne d’un film d’espionnage où l’image underground de Rockin’ Squat est mise en scène). Sur un beat assez sombre et dépouillé de Grim Kid, Rockin’ Squat fustige l’industrie du divertissement qui n’est selon lui qu’une grande machine à laver les cerveaux étouffant toute velléité de rébellion (« panem et circences » disait l’autre), instrumentalisée par les puissants de ce monde. Le rappeur n’est pas le meilleur technicien linguistique du paysage rapologique français, mais sa force de conviction reste intacte quoiqu’une sorte de désenchantement cynique pointe le bout de son nez…l’âge sûrement !

S’il y a quelques années Rockin’ Squat n’était pas sorti de son « confort » pour s’investir totalement dans une culture à peine constituée, la plupart des rappeurs matérialistes actuels n’auraient pas voix au chapitre aujourd’hui et, ne serait-ce que pour cet acharnement à pousser les consciences à s’élever (il faut noter qu’Assassin est le premier groupe de rap à avoir parlé d’écologie dès 1992), sa nouvelle livraison mérite une curiosité bienveillante voire même un enthousiasme pondéré à l’écoute de ce morceau qui tranche pas mal dans l’univers racailleux et souvent un brin limité musicalement du rap hexagonal grand public…

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Tombé dans le mouvement hip hop il y a de ça 20 ans, toujours en recherche de bon son entre exigence pointue et détente kitch, allie sa curiosité de l'art en général (musique urbaine et ses corollaires en particulier) à un goût certain pour l'écriture afin de donner des avis tous plus subjectifs les uns que les autres... Hip Hop Gems / Universal Hip-Hop

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 29 novembre 2011
    Vinz13officiel a écrit :

    Rockin Rockin ! toujours cette touche d’espoir non pas dans le rap mais dans un certain univers qui fait du bien à l’esprit, notre monde tourne

Réagissez à cet article