Rock en Seine 2012 – Jour 2

par |
Il est 15h30 et les festivaliers sont déjà bel et bien au rendez-vous pour accueillir comme il se doit les Islandais de Of Monsters and Men.

Et quel plaisir de les voir sur la grande scène, proportionnelle à leur talent ! Armés de leur folk scandinave et efficace, le groupe réussi à conquérir un public curieux et à 100 % réceptif. La jolie Nanna, frontwoman, nous prend alors par la main pendant quarante minutes — beaucoup trop courtes — pour nous faire partager leurs mélodies féériques pour finir en apothéose sur le désormais incontournable Little Talks, qui avait fait hurler de bonheur toute la blogosphère il y a quelque temps de cela. Encore !

C’est le moment d’enquiller avec Alberta Cross. Le duo anglo-suédois de New York se débrouille et nous fait frétiller de la godasse en rythme grâce à leur, je cite, « folk old school et riffs rock’n'roll ». C’est sympa et ça s’accorde bien avec le soleil qui décide enfin à pointer le bout de son nez, mais nous ne sommes pas non plus au bord de l’évanouissement, peut-être à cause d’un son un peu bancal ?

Cependant on sait ce qu’on perd, mais pas ce qu’on gagne. En effet, c’est bien beau de pleurnicher sur Alberta Cross, mais c’était sans compter sur Hyphen Hyphen qui tentera de nous assassiner musicalement quelques mètres plus loin. Pourtant attirés par une entrée fracassante du jeune groupe niçois sur scène dans une énergie folle, on reste cois. Peut-être trop habitués à de l’électro pop suédois ultra efficace, on se demande l’intérêt réel de la formation. Comme quoi, tu vois mamie : faire de la (bonne) électro pop, ce n’est pas donné à tout le monde ! Nous passerons donc notre chemin rapidement, ventre à terre.

Heureusement que les Anglais Maximo Park nous attendaient sur la Grande Scène pour nous faire un gros câlin consolateur nous préparant aisément à la tornade dEUS. Les, déjà, vieux de la vieille depuis 1991, nous montrent que leur talent n’a pas pris une ride et qu’ils comptent, encore une fois, bien prouver qu’ils sont la fière tête de file du rock belge! Dans le public, c’est l’explosion : ça danse, ça chante et ça s’enlace. Mon Dieu qu’on est bien.

Et on part alors crescendo dans le rock des familles puisque le tant attendu Noel Gallagher accompagné de ses High Flying Birds prend d’assaut toute notre attention. On ne peut oublier le fiasco d’il y a trois ans, où Oasis se séparait juste avant leur prestation à Rock en Seine (la faute à pas de chance comme on dit) donc autant dire que le chanteur est attendu de pied ferme sur la pelouse du domaine de Saint-Cloud. Avec son éternel air d’homme blasé, ce dernier nous touche au plus profond de notre âme avec des chansons poignantes et des riffs de guitare envoûtants comme à son habitude. Une marée humaine unie qui ne cesse de se répéter « j’y suis », toujours fidèle à l’aîné des frères Gallagher et pour cause : un grand moment, un joli cadeau.

Nous restons alors du côté de la scène principale, incapables de louper les premières notes de ce qui va suivre. En effet, encore tout chamboulés de la prestation séductrice, pour ne pas dire érotique, qui vient de s’achever, il nous reste encore un évènement magistral pour conclure en beauté cette journée : The Black Keys. La foule est dense. Les esprits s’échauffent. Une bagarre est à deux doigts d’éclater entre un homme qui a marché sur une jeune femme par terre et le mari de cette dernière.

L’incompréhension évidente entre les debouts et les assis qui poirotent tant bien que mal depuis maintenant une bonne heure. Arrivent enfin sur scène, nos « guys ». Heureux d’être là qui plus est. Cela nous avait manqués aujourd’hui, tant d’entrain ! Les tubes s’enchaînent. Les bras se lèvent. La paix revient parmi tous. Les papillons se forment dans nos ventres au contact de leur rock tellement américain, tellement brut. Orgasme auditif assuré sur Lonely Boy. C’est aussi çà l’effet Black Keys.

Crédits photo : Nicolas Brunet

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article