Reykjavík! – Flybus

par |
Parmi le fourmillement d’artistes de la capitale islandaise, il est un groupe qui a eu le toupet de s’appeler Reykjavík!. Ses membres ne manquent pas de second degré et surtout, ne manquent pas de se moquer gentiment du côté touristique de leur pays de naissance.

Pour preuve, voici la bio affichée sur leur myspace (http://www.myspace.com/reykjaviktheband) :

Reykjavík! got mangled in the scalding lava of Mt. Hekla 2000 years ago and thus learned how to express all of nature’s beautiful emotions and landscapes perfectly perfectly through song.

Pour seconde preuve, à la question « Quelle est l’histoire derrière Flybus! ? », voici ce que Haukur m’a répondu :

C’est une chanson parmi tant d’autres : guitares, basse, batterie, chant, et aussi du clavier que Valdi nous a dégoté pendant qu’on était partis se ravitailler en nourriture.

C’est l’une des trois chansons qu’on a enregistrées avec notre producteur Valgeir Sigurðsson (www.myspace.com/bedroomcommunity) pour une occasion spéciale : l’idée était d’enregistrer, mixer, masteriser et sortir un EP en l’espace de 12 heures. Alors on a campé dans son studio, des amis sont passés pour faire des reprises et on a fait un repas avec tout le monde. C’était une chouette journée dans la banlieue de Reykjavík! – une, parmi tant d’autres !

On avait décidé que notre EP serait une oeuvre conceptuelle intitulée « Dirty Weekend ». C’est une référence à une campagne de pub très critiquée de la compagnie Icelandair qui présentait Reykjavík, notre ville, pour l’instant, comme une Bangkok du Nord : un paradis sexuel pour des Américains affublés de casquettes de baseball et cherchant des blondes faciles. D’ailleurs, je me rappelle qu’une brigade de pompiers d’une de vos belles villes a débarqué ici dans ce but, il y a quelques années. Ils ont été déçus.

En tout cas, le Flybus ( service qui effectue entre autres les transports entre l’aéroport international islandais et la capitale, ndlr ), c’est le premier accueil que vous recevez quand vous débarquez pour un Dirty Weekend en Islande. La 2ème chanson s’appelle « Golden Circle », une attraction touristique populaire. Et la dernière, « Rex », doit son nom à un nightclub que ces types fréquentent (enfin, ceux qui ont de l’argent, du moins).

« Flybus », ça peut aussi être une métaphore pour une pléthore de choses, en fait, mais si on va par là, c’est pareil pour « Bicycle », « Sasquatch » et « Dragonsmell ».

Bref, on aime bien Flybus! et on pense que ce morceau nous porte chance : quand on est rentrés en Islande après notre passage au festival SXSW, on a même pu prendre le Flybus gratuitement ! On pense sérieusement reprendre le thème des transports à l’avenir !

Bonne écoute et don’t worry, les 2 longs breaks sont normaux, ça n’est pas le lecteur qui fonctionne mal !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Yves Tradoff
    le Dimanche 4 janvier 2009
    Yves a écrit :

    Bien déjanté et tout! J’aime!

  2. 2
    VIOLHAINE
    le Dimanche 4 janvier 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Yes!! Merci pour eux!!

  3. 3
    le Dimanche 4 janvier 2009
    PM a écrit :

    Ca change de sigur ros ;-)

  4. 4
    VIOLHAINE
    le Lundi 5 janvier 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Haha, mais le panel musical islandais EST varié, c’est ce que je m’attache à montrer…
    ;)

  5. 5
    le Lundi 12 janvier 2009
    Julia a écrit :

    Sympa la petite explication de textes, et merci pour ce morceau bien déjanté !

  6. 6
    VIOLHAINE
    le Lundi 12 janvier 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Avec plaisir Julia ! :] Et merci pour eux d’avoir prêté une oreille au morceau.

Réagissez à cet article