Rencontre Pawa Up First et Idem

par |
En ces temps difficiles pour la musique, il est nécessaire d'unir ses forces et pourquoi pas de développer des synergies. C'est ce qu'ont fait un groupe français et un groupe québécois aux univers musicaux proches , Idem et Pawa Up First, le temps de résidences au Festival des Musiques Emergentes de Rouyn-Noranda (Québec) et au 6 Par 4 (Laval) puis d'une tournée commune.

0810-pawa-up-first-webUn évènement qui vient souligner l’actualité de ces groupes, soit la sortie du quatrième album d’ Idem et la sortie française des deux premiers albums de Pawa Up First .

Le projet Pawa Up First démarre en 2001 à Montréal à l’initiative de Serge Nakauchi Pelletier, guitariste et compositeur, bientôt rejoint par Mathieu Pontbriand . Après l’enregistrement d’un premier album en studio, d’autres musiciens (un batteur et un claviériste notamment) complètent la formation sur scène, et c’est sur le label Dare To Care que paraitra The Scenario en 2005 au Canada. Un titre révélateur du style cinématique choisi par Serge et Mathieu pour cet album construit sur un schéma narratif et dans lequel on sent l’influence de compositeurs de bandes originales de plus en plus cités aujourd’hui, Ennio Morricone en tête ; on verrait volontiers les morceaux We Swear It Was Self-Defense et Honnor illustrer un western moderne.

Sur Introducing New Details, dont la sortie canadienne date de 2006, les ambiances sont plus variées et on passe d’un Detour oscillant entre notes de piano jazzy et envolées de guitares noise à Big Freeze ou Mixed Blessings carrément plus hiphop et comptant des collaborations intéressantes avec le montréalais D-Shade et la londonienne Belle Humble . Sur J’garde ça Réal, Seba (du groupe Gatineau ) évoque avec humour la recherche de légitimité du rap montréalais francophone (  » Ça a d’l'air que pour certains, je suis pas un vrai rappeur, (.) j’fais pas assez peur « ).

The Hippocampus s’aventure quant à lui sur des terres du rock progressif, défrichées par les montréalais Gospeed You ! Black Emperor . Ces deux albums seront disponibles en France le 13 octobre prochain grâce à une sortie simultanée sur le label Bassofone .

Qui dit cinématique dit images, soit la projection de courts métrages sur scène que l’on a pu découvrir à l’occasion d’un concert au Nouveau Casino le 8 octobre dernier. Le mixage des images étant d’habitude assuré par un V-Jay (le frère de Serge, qui a les a également animées) absent sur cette tournée française, Pawa Up First doit se contenter de faire défiler décors urbains et figures énigmatiques. Le groupe semble hésiter entre la création d’une bulle reposant sur le style atmosphérique de morceaux gagnant en puissance sur scène ( Détour ), et de l’interactivité apportée par l’apparition sur scène de D-Shade . Celui-ci essaie de bouger un public dispersé et peut être déjà trop disposé à se laisser porter par les morceaux instrumentaux.

idemL’association du son et des images est également au coeur du projet scénique d’ Idem, qui a tout récemment participé à une résidence avec Pawa Up First au festival des musiques émergentes de Rouyn-Noranda au Québec et fait quelques dates à Montréal, Québec, Toronto et New York. Une expérience dont nous parle Mathieu de PUF dans les loges étroites du Nouveau Casino :

La rencontre initiale s’est faite à l’initiative de Christophe Minier, notre « homme de confiance» en France (du label Bassofone ndlr) qui a proposé Idem, et Sandy Boutin, le fondateur du FME qui a proposé Pawa Up First . Les premiers contacts se sont faits par mail puisqu’on n’avait jamais vu Idem avant qu’ils n’arrivent à l’aéroport de Montréal.

L’idée de la résidence est un celle d’un échange culturel. Idem est venu au Québec pour faire de la création. La contrainte de temps a été importante, on n’a eu qu’une journée et demie pour monter un spectacle en résidence au FME. Sur scène, les deux groupes ont fait des morceaux l’un de l’autre avec notamment deux batteries et deux guitares. Sur les autres dates on a fait chacun notre set . On a réussi à avoir deux dates au Québec à Idem, mais la réalité est assez difficile surtout en ces temps de crise, au Québec comme en France. C’était la première fois qu’ils venaient en Amérique du Nord. Il y a eu une autre résidence au 6 par 4 à Laval, des concerts à Rezé, Paris puis pour la suite ce sera à Blois au Chato’do et à Cholet au Bar’ouf(.). Finalement c’est un bel échange, on s’entend super bien. »

Un échange qui demande du temps et de l’argent, mais qui devrait permettre à ces deux groupes d’aller à a rencontre d’un nouveau public et dont les bénéfices se feront sûrement sentir à long terme.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article