Ramona Falls – Intuit

par |
Pour son premier effort en solo sans ses acolytes de Menomena, Brian Kopf nous livre depuis Portland l’une des jolies suprises musicales de la rentrée.

D’accord, Menomena nous avait préparés au choc : difficile de rester insensibles au mélange de sensibilité et de force que sont les morceaux Rotten Hell et My My, extraits de Friend and Foe, seul album de la formation à ce jour. Pas suffisant cependant pour nous préparer à cette échappée en solo de Brent Knopf, qui signe avec Intuit l’un des plus beaux albums de 2009.

Pour la petite histoire, Ramona Falls est le nom de chutes qui se trouvent dans le parc naturel de l’Oregon et auxquelles Brent se rendait avec ses parents, étant enfant. De cet imaginaire bucolique, on retrouve dans les onze titres d’ Intuit la nostalgie, les clair-obscur et l’espace. Imprévisibles, les mélodies peuvent se cacher dans l’ombre de quelques accords de piano puis prendre soudainement leur envol.

intuit-ramona_falls_480Chaque titre possède sa propre énergie et nous emmène aisément sur des territoires qui empruntent autant à la folk qu’au rock. Les superpositions de sonorités acoustiques et électroniques révèlent un goût pour l’expérimentation qui fait aussi la griffe de Menomena et lorsque le violon apparaît, lyrique ou en pizzicato, on pense aux fables de Final Fantasy et d’ Arcade Fire . La collaboration d’amis membres de quelques groupes hautement recommandables tels The Helio Sequence, 31 Knots ou Dear Reader, fait fourmiller l’album de choeurs et de trouvailles sonores.

Intuit recèle d’une intensité mystique, évidente sur I Say Fever ou Going Once, Going Twice et leurs voix qu’on croirait tirées d’une psalmodie apache, mais également présente au travers de discrètes références divines. Le rêve et l’attente font partie des thèmes majeurs qui traversent l’album (« dreams, don’t give me false hopes » sur Melectricity ).

Parfois extravagant quand il part dans des épopées à la Sunset Rubdown ( Always Right ), souvent délicat ( Boy Ant, The Darkest Day ), l’album devient simplement lumineux sur l’hymne à la joie qu’est Bellyfulla, rempli de clins d’oeil mélodiques : si vous tendez l’oreille, vous y entendrez les mouettes.

Produit avec des moyens limités et enregistré en home studio, on souhaite à Intuit de ne pas rester un album confidentiel pour mélomanes avertis. Pour notre part, on dégustera l’album comme du chocolat dans les mois qui viennent, afin de profiter de son effet euphorisant.

Ramona Falls, Intuit (Souterrain Transmissions), sortie le 24 août 2009.

Partager !

En savoir +

http://www.myspace.com/ramonafalls » href= »http://www.myspace.com/ramonafalls »>Myspace

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 1 décembre 2009
    bakshi a écrit :

    Tout ça est très juste, mais il y a juste une petite erreur dans l’article : Menomena en est déjà à 2 albums 1/2, puisque l’excellent « Friend & Foe » avait été précédé quelques années auparavant de « I am the fun blame monster » (certes moins solaire mais tout aussi recommendable) et que les 3 gars ont également signé la bande son d’un ballet en 3 mouvements (chacun ayant signé un mouvement), qu’on trouve en import sous le titre « Under an hour ».

Réagissez à cet article