Rammstein – Rosenrot

par |
"Il me faut de l'essence" (Ich brauch Benzin). Si en cette période de couvre-feu, cette phrase a de quoi donner des sueurs froides à un régiment de CRS tout entier, c'est également par elle que débute ce cinquième album du groupe allemand le plus exporté au monde.

rosenrotUn nouveau Rammstein ? Quoi Déjà !? Il faut dire que le groupe nous avait plutôt habitué à de longues périodes de silence radio et voici qu’un an à peine après la sortie de leur précédente galette, le successeur de Reise Reise est déjà dans les bacs. Vrai album ou simples chutes de studio pour fans collectionneurs ? C’est que sur le papier Rosenrot a de quoi laisser sceptique même le plus convaincu d’entre nous.

Composé de six titres issus de la session d’enregistrement de Reise Reise, ce nouvel opus, devant même à l’origine s’appeler Reise Reise 2, ressemble à s’y méprendre à une fumisterie commerciale uniquement destinée aux inconditionnels les plus fanatiques du sextet allemand. Rien que la pochette, qui n’est autre que celle de l’édition japonaise de Reise Reise, sent déjà le recyclé à plein nez. Impression renforcée par les récentes déclarations du groupe qui affirme ne pas vouloir défendre ces nouveaux morceaux en live et parle d’une pause jusqu’en 2007 minimum. Alors certes les aprioris sont là mais au niveau musical cela donne quoi ?

Tout d’abord ne surtout pas s’attendre à un brusque retour aux sources, car si le style du groupe est toujours aussi caractéristique et facilement identifiable, Rammstein s’éloigne de plus en plus de l’electro-metal des premiers albums pour s’aventurer sur des versants plus accessibles. Bien que toujours présents, la cadence martiale, le chant gutturale et les ambiances à la David Lynch sont souvent délaissés au profit d’un son plus lyrique et d’un rock plus traditionnel. Certains parleront de maturité artistique et d’évolution naturelle, d’autres les accuseront d’avoir succomber aux sirènes du circuit mainstream, le débat au bout du compte reste toujours le même…..

Onze titres dont quelques uns de vraiment excellents, Rosenrot se laisse facilement écouter. On retrouve avec plaisir des morceaux comme Benzin, Mann gegen Mann, ou encore Zerstören avec leurs paroles à la con et leurs murs de guitares. Reste que d’une façon générale, l’ambiance est plus posée que d’habitude avec comme summum Stirb nicht, le duo très pop Till / Sharleen Spiteri ( Texas ) qui bien que plutôt réussi va en faire hurler plus d’un. Au rayon des surprises nous avons Te quiero Puta et ses sonorités hispanisantes plutôt marrantes ainsi que Rosenrot avec son très beau texte, chose assez rare chez Rammstein . Si l’on n’échappe pas une séquence de voyeurisme sous-marin pas spécialement du meilleur goût ( Feurer und Wasser ), on sent bien que Till a fait de sérieux efforts à ce niveau là.

Alors oui, Rosenrot est bien plus qu’une simple compilation de B-Sides et ne s’en tire pas trop mal au final. Mais l’absence de prise de risques et le caractère très convenu de cet album, en atténuent beaucoup sa portée.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 8 janvier 2007
    Recklingmann a écrit :

    Merci pour cet article intéressant, je ne vais pas m’étendre sur Rosenrot et Rammstein car ça pourrait être long…Concernant Rammstein je ne pourrais pas être objectif car c’est vraiment « mon » groupe mais j’avais une petite réaction concernant le commentaire sur « Feuer und Wasser ». Je ne le trouve pas de mauvais goût et je dirais même que c’est un véritable bijou pour celui qui comprend l’allemand et qui a une sensibilité pour la poésie (c’est parfait et subtile), mais bon comme souvent pour R+ si on traduit en français ça n’a rien à voir avec l’effet procuré dans la langue originelle (et toujours lire entre les lignes…) félicitations pour votre site. MACHT WEITER SO!!! RECKLINGMANN

  2. 2
    le Jeudi 24 novembre 2005
    baboon666 a écrit :

    Chuis d’accord avec toi pascal mais bizzarement, j’accroche plus à cet album qu’à Reise Reise et pourtant, tu connais mon penchant pour les trucs un peu plus violent genre époque des 3 premiers albums. Mais voila, je trouve qu’il passe assez bien dans l’ensemble mais ne se hisse pas à la cheville d’un des 3 précités.

    Ciao

    David

  3. 3
    le Samedi 10 décembre 2005
    Gamou a écrit :

    Moi je considére cet album comme un véritable cadeau du ciel .C’est vraiment de la bonne musique et je l’adore trop je fait que l’écouter en boucle.
    C’est du pur son vraiment « Mann gegen Mann » et « Spring » c’est de la pure merveille ! En plus il y a plusieurs styles Rammstein, des chansons plutot innatendue comme « Te quiero puta » ou « strib nicht vor mir ». En plus étant un passionné de la langue allemande je trouve ça vraiment trés beau. Enfin c’est mon avis !

  4. 4
    le Dimanche 25 décembre 2005
    Anonyme a écrit :

    AYAA comment ca « son très beau texte, chose assez rare chez Rammstein »… si on comprend bien l,allemand, on verrais que ya pleins de beaux textes ds les cd precedents de Rammstein, entre autre la derniere sur Sonne. OUi, j,avoue qu,ils se poussent de leur idee originale (voulant parler du style musical) mais les lyrics sont toujours aussi macabres et poussé vers le morbide et le son est quand meme ecoutable .Personnellement, je trouve assez interessant que le groupe integre toujours une autre langue que leur langue maternelle dans l,album ( Le chanteur chante bien en espagnol pareil :P :P lolll). Tk, en general, j,trouve ca assez bon et c,est une bonne suite pour Reise Reise.

    Sauffy

Réagissez à cet article