Quidam

par |
Ils sont jeunes, ils sont français, ils font du rock et exhument toutes les scènes qui ont ouvertes leurs portes depuis le buzz général qu'a créé il y a déjà quatre ans le morceau Nos souvenirs . Vous aurez alors surement reconnu Quidam venu animer le Point Éphémère avec deux premières parties aux styles tout aussi excités.

l_45aeef4b3d1acd070e8a9c1_copie Brakes lance les hostilités. Le groupe est anglais et affirme un rock de vieux de la vieille avec un guitariste tout particulièrement déjanté qui part dans des solos ultra saturés à la fin de chaque morceau, jouant les hélicoptères avec sa chevelure qu’il fait tournoyer aussi vite qu’il gratte les cordes de sa guitare. Une bonne mise en bouche… si la salle était un peu plus réactive ! Évidemment à 20h on ne peut pas franchement dire que le public est en feu puisque pour l’instant il est surtout inexistant. Mais nos rockeurs ne se décourageront pas et réussiront même à faire se secouer les têtes des rares ponctuels de la soirée.

Deuxième partie de l’échauffement avec The boxer Rebellion . La british attitude est toujours dans la place, mais donne cette fois-ci dans le teenager à peine poilu. Brushing lissé et pantalon slim iront alors de pair ce soir avec les cris stridents d’un chanteur monté sur ressort et les envolées purement techniques que nous balancent comme des boulets de canon guitariste et bassiste. Nos jeunes ont du style, c’est sûr, mais à force de peaufiner les mêmes samples décapants, une évidence apparaît : tout ceci est tout de même bien répétitif. The boxer Rebellion occupera tout de même la scène une petite heure, remplissant la salle d’ondes électriques en même temps que le public qui finit par arriver.

Car les vrais rois de la soirée semblent tout de même attendus de pied ferme par cette foule d’un éclectisme rare. On voit alors les papas quarantenaires surveiller leurs adolescentes (ou peut-être est-ce le contraire) pendant que les métalleux ultratatoués fricotent avec les bourgeoises-bohèmes un peu surprises par ce « hangar » qui fait salle de concert. Le public semble bien chaud, mais Quidam joue la facilité et commence par Nos souvenirs . L’hymne connu de tous est alors repris en choeur joyeux par la foule, créant presque une atmosphère intimiste au milieu des pierres froides du Point Éphémère. Yannick joue le jeu de la prestation live et assure le minimum syndical d’échange avec le public par deux mots magiques « Ça va ? ». Pas besoin de plus pour entendre la foule manifester sa joie féroce. Car notre trio a du charisme à revendre et développe une force de jeu scénique décoiffante qui vous subjugue tous les sens en deux minutes.

l_d8bab21c0781da84cb39aecf2b342347Ici, personne ne s’efface et ce sont trois paysages très différents que nous peint chacun des musiciens ( Yannick au chant et à la guitare, Pierre à la basse et Romain à la batterie). Le moindre problème technique est d’ailleurs évincé en quelques secondes, devenant presque touchant par les rires nerveux des membres du groupe ne sachant pas trop comment meubler ce changement de corde défaillante ou les soucis d’accordement. De la ballade qui ne s’énerve qu’un tout petit peu à des titres martelés et torturés, le groupe confirme une fois de plus son style aussi désabusé que rageur, aussi mélancolique qu’emporté. Yannick nous offrira d’ailleurs un morceau en anglais, lâchant sa guitare pour rentrer dans une transe épileptique qui n’est pas sans rappeler un certain Ian Curtis .

Un concert qui aurait donc pu tout avoir pour nous laisser rentrer le coeur encore vibrant de cordes déchirantes et de chansons torturées… oui, mais… le groupe perd toute son aura lors du rappel. Moulte cris, aplause, sifflement et autres démonstrations sonores finissent bien par ramener Quidam sur scène, mais seulement pour réentendre Nos souvenirs et Pars, c’est à dire les deux morceaux qui avaient ouvert le concert. Le disque était donc fini pour reprendre ainsi à zéro ? Triste déception que de ne même pas sentir une once d’improvisation comparée à l’interprétation d’il y a une heure, dommage.

Ils ont du talent, ils aiment à nous offrir des chansons léchées et leur atmosphère est bien particulière, mais les Quidam semblent encore manquer d’un peu de folie pour exalter au maximum leur sensibilité créatrice.

Crédits photo : Richard Dumas

Partager !

En savoir +

Brakes : http://www.myspace.com/brakesband
The boxer Rebellion http://www.theboxerrebellion.net/
Quidam : http://www.myspace.com/quidamfr

A lire sur Discordance : [Interview->372] (2007)

A propos de l'auteur

Image de : J'ai atterri à Paris à mes 18 ans pour ma licence en art du spectacle chorégraphique. La danse, ou plutôt les danses sont en effet ma passion, aussi bien dans la pratique que sous leur aspect théorique. J'aime observer, analyser, comparer et essayer de comprendre, mais étant danseuse et comédienne avant tout, je sais aussi qu'il n'y a aucune vérité de jugement au niveau de l'art, il n'y a que des points de vue. Je reviens juste d'une année sabbatique qui m'a conduit entre San Francisco et Los Angeles et je m'apprête donc à continuer mes études avec un master en études théâtrales (le but étant d'intégrer un master pro en journalisme culturel l'année prochaine).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article