Punish Yourself – Gore Baby Gore

par |
Amis de l'ordre et de la morale réjouissez vous, le groupe le plus politiquement correcte et le plus emblématique de ce qu'est le bon goût à la française, est de retour. Sortez vodka et peinture fluo pour accueillir comme il se doit,l'incarnation parfaite de la "Sex, Drugs and rock 'n roll" attitude.

Arpentant en long et en large les scènes alternatives francophones et européennes depuis plus de 10 ans, Punish Yourself s’est taillé une solide réputation qui déborde largement des frontières de l’Hexagone. Décadents, carnavalesques, violents, gores, bordéliques, lubriques, psychédéliques, hypnotiques, furieux, cyberpunks et futuristes, les qualificatifs en tout genres sont légions pour décrire ce quatuor survolté et leur show délirant.

Pour faire simple, la musique de PY c’est une sorte de mix entre gros beats hardcore et riffs saturés. La bande son idéale d’un univers post-apocalyptique à la MadMax. Mais ne limiter le groupe qu’à sa musique, aussi bonne et défoulante soit-elle, serait dangereusement réducteur. Car Punish Yourself c’est également et avant tout des prestations live hallucinantes dans lesquelles le visuel et la mise en scène font partie intégrante du spectacle: lumières noires, corps recouverts de peintures flashy et des nombreux invités et performers tous plus déjantés les uns que les autres.

À ce titre, que Gore Baby Gore, ce nouvel et quatrième opus du groupe, soit accompagné d’un DVD live est une excellente chose, autant pour les vieux fans que pour les nouveaux venus qui pourront ainsi se faire une petite idée de ce qu’est vraiment l’univers de Punish Yourself . Au programme un live complet ainsi qu’un documentaire d’une heure, réalisé à partir d’images d’archives. Cela reste très artisanal, ne vous attendez donc pas à une grosse production américaine, mais le résultat se laisse regarder avec plaisir et l’initiative est plus que louable.

Mais revenons en à ce qui est censé être – rappelons le – au coeur de cette chronique: les nouveaux morceaux. Si l’album semble moins violent que le précédent, Sexplosive Locomotive, il est en contrepartie beaucoup plus varié et moins répétitif. Que les aficionados se rassurent, Punish Yourself continue d’envoyer du très gros son et est loin d’avoir mis de l’eau dans sa vodka…. C’est juste que les nombreux guests présents sur la galette (Candice d’ Eths, JL de Meyer de Front 242 et Sidilarsen pour n’en citer que quelques uns) ainsi que les certains passages plus atmosphériques, voir mélodiques, apportent une réelle consistance et une agréable diversité à l’ensemble. Cela fuse dans tous les sens: rockabilly, jazz déjanté, guitares acérées et synthés se mélangent en une gigantesque orgie musicale. Sans atteindre les sommets des maîtres en la matière, PY viens de signer là son meilleur album à ce jour. Sans conteste….

Un bien bel objet donc que ce Gore Baby Gore, tant sur le plan visuel que sonore. Une déferlante d’images et de sons qui devrait faire grand bruit….

En savoir+

Site officiel: http://punishyourself.free.fr/

MySpace: http://www.myspace.com/Punish_Yourself

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 19 juin 2006
    Kyra a écrit :

    J’adore la pochette. Et avec ta chronique, ça me donne une raison supplémentaire pour me pencher sur le sujet d’un peu plus près … Merci ! (le B de baby a été puni pour avoir disparu dans le titre ? lol)

  2. 2
    le Mercredi 18 juillet 2007
    kyra a écrit :

    En pleine expédition punitive actuellement … j’avoue être littéralement addicted à Worms, Gun, Mothra lady et Come on, come on … c’est un putain d’album, à écouter fort, très fort.

    Gimme cocaïne !!!

    :o )

Réagissez à cet article