Protest The Hero + The Chariot au Batofar

par |
Cela faisait déjà quelques mois que tout le public métalcore se préparait pour l’affiche de ce soir, car assez hallucinante : Protest The Hero + The Chariot + The Human Abstract + From Dying Skie. Rien que cela, Messieurs Dames !

l_0a7269a3f48c481b98e5aed_copieCela faisait déjà quelques mois que tout le public métalcore se préparait pour l’affiche de ce soir, car assez hallucinante : Protest The Hero + The Chariot + The Human Abstract + From Dying Skie. Rien que cela, Messieurs Dames !

Comme souvent pour ce genre de concert, c’est le Batofar qui accueillit l’événement : sorte de tradition depuis Darkness Dynamite et autres Bring Me The Horizon . Bref, après avoir passé les petits groupes babylissés au point de se cramer les racines, me voici dans la cale du bateau.

Le temps de dire bonjour à tout ce petit monde et c’est déjà le tour de From Dying Skie : le groupe est aussi en place qu’une mèche émo, mais ne propose rien d’extraordinaire pour autant, même s’il est important de souligner le joli timbre de voix du chanteur. Sorte de mise en bouche, d’échauffement aux moshpits qui suivront dans la soirée. On secoue gentiment la tête, on se dégourdit les jambes et on prend une mousse. Instant propice également pour jeter un coup d’oeil aux différents merchandisings (qui, soit dit en passant, n’acceptent pas les cartes bleues : et qui se fend d’un aller-retour jusqu’au distributeur de billets le plus proche dans le froid ? On va dire qu’on fait marcher le commerce en ces temps de crises. ) et repartir avec un petit souvenir.

C’est ensuite au tour de The Human Abstract de prendre les commandes de la populace et cela marche ! Deux guitaristes carrés ont une technique incroyable et le bassiste nous en met plein les yeux. Je n’accroche cependant que très moyennement au charme du chanteur qui pourtant veut donner tout ce qu’il a à la fosse, mais qui, au fil des titres, ressemble plus à une Britney Spears un peu plus virile que l’originale. Qu’importe : musicalement c’est définitivement en place et les jeunes à casquette commencent à donner de leur personne, preuve de l’efficacité du combo.

Les lumières se rallument et contrairement aux interludes précédents, très peu de chevelus partent fumer une clope, préférant se resserrer dans les premiers rangs. Car les flyers de la soirée ont beau prédire Prost The Hero en tête d’affiche, c’est définitivement pour The Chariot que nous sommes venus ce soir ! C’est le moment d’ouvrir grand les oreilles et les mirettes, car, enfin, nous voici face à des professionnels qui savent ce que le mot « spectacle » veut dire. Mention spéciale à leur bassiste branché sur du 220 volts, au bas mot, sautant, se balançant à la poutre, jouant à cache-cache avec sa basse. Ils sont heureux d’être là et c’est réciproque ! Le reste du groupe n’est pas en reste et donne le meilleur de lui-même, voire plus encore : le batteur est au bord de la foulure du poignet et Josh Scogin à la limite de l’extinction de voix. Véritable jubilation dans l’assemblée.

On se remet difficilement de cette claque musicale et les premiers bâillements se font ressentir ; c’est pourquoi la salle se parsème : direction la couette ou le bar le plus proche, selon chacun. Pourtant officiellement c’est bien Protest The Hero qui est sensé être LE groupe, je décide donc de rester encore un peu. Une bonne volonté très vite mal récompensée devant ce mélange situé quelque part entre Fall Out Boy et Limp Bizkit . Un, deux puis trois titres qui laissent de marbre et un peu amer après le set de The Chariot .

Il est donc clairement l’heure de rentrer. de reprendre le métro avec une dernière dose de The Chariot dans les oreilles avant de ressentir cet effet de manque.

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

    Réagissez à cet article