Priscilla Ahn au Réservoir

par |
Ce soir là, la petite mais très agréable salle du Réservoir accueillait une jeune chanteuse from Los Angeles : Priscilla Ahn aime jouer de sa voix et la sampler en direct pour s'accompagner elle-même.

img_3596-2Pour une bonne partie du concert, elle est accompagnée d’un bassiste à la guitare double-manche très intéressante, mais si mal éclairé qu’on ne peut que l’entendre. Certains morceaux de Priscilla se font en solo : la guitare, le ukulélé, l’harmonica ou même le bigophone passent dans la pédale à sampler et mettent somptueusement en valeur sa voix.

Un concert intimiste et jazzy devant une salle assise, durant lequel l’américaine nous raconte les péripéties incroyables de sa vie en chansons : le chien le plus gentil du monde abattu par un sherrif, ou une ex de son mec lui inspirant une chansons qui parle de  » boobs « , comme elle dit. Comme quoi, parfois une chanson ne tient à pas grand chose.

Un concert fait de calme et de sérénité. Pas de besoin de bouchons d’oreille, Priscilla Ahn n’est pas là pour tout cracher. Juste pour nous offrir ces quelques balades enrobées de sa très belle voix, un peu à la manière de The Pierces .

Une artiste à suivre.

Crédits Photo: Mathias Lamamy

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Mathias est né de l'union du soleil et de la lune en -851 av JC. Après avoir enseigné l'art dramatique à Eschyle, l'amour à Cléopâtre, les maths à Pythagore, la culture des lauriers à César, la pâtisserie à Jésus, la sexualité à Jeanne d'Arc (mais ça ne lui a pas plu), la philosophie à JCVD et la coiffure à Lucchini, il tombe amoureux de Britney et tombe dans l'enfer de la spirale. Depuis, et tous les soirs, il enfile son plus beau reflex et part shooter à tout va, dans le désespoir et l'abandon de soi, oubliant sa honte, ses scrupules jusqu'à sa vie, arpentant les salles obscures aux hasards des rencontres; en se disant qu'un jour, il la retrouvera bien par hasard sur une scène sous les spotlights. Ainsi naquit une passion.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article