Pourquoi l’Elysée s’est-il mis à Twitter ?

par |
"Suivez-nous pour en savoir plus sur ces heures décisives!" Voici ce que nous promet "le compte officiel de la délégation du Président Sarkozy au sommet de Copenhague" sur Twitter.

copenhagen_15_logo_image-1259869690-2La présidence française s’est donc décidée à ouvrir un compte sur Twitter, la célèbre plate-forme de microblogging . Du 17 au 19 décembre dernier, le compte de l’Élysée, ElyséeCop15, a couvert l’évènement, du départ de Paris de la délégation française à son retour. Ce n’est pas Nicolas Sarkozy en personne, mais le conseiller en communication et le patron de la cellule internet de l’Élysée, respectivement Franck Louvrier et Nicolas Princen, qui ont rédigé les brèves, les tweets .

Une source d’information ?

Cette page n’a pas pour objet la diffusion informations sur les problématiques climatiques. L’analyse de la dizaine de pages de tweets diffusées fait ressortir la prépondérance d’éléments descriptifs sur le déroulement de la conférence elle-même (les arrivées, les personnes présentes, les lieux des réunions, etc.) et la volonté de créer une certaine proximité avec l’internaute, en lui faisant voir l’envers du décor. Le premier tweet est ainsi posté le 17 décembre à 4h17 du matin pour notifier que l’avion du Président de la République (noté « PR » sur Twitter) décolle. Le cadre de la conférence semble déjà dépassé.

Pour s’informer sur le contenu et les enjeux du sommet, le citoyen aurait plutôt intérêt à consulter des sites d’information, ou, pour rester dans l’instantanéité, la page Twitter officielle de la conférence : COP15news. Ce dernier a d’ailleurs fourni une partie des informations que l’on trouve sur ElyséeCop15 .
L’Élysée donnera tout de même accès sous forme de liens, aux discours de Nicolas Sarkozy, en direct ou en différé, et à une brochure sur « l’action extérieure de la France contre le réchauffement climatique ».

Au centre, le président

Même si ElyséeCop15 est officiellement le compte de la « délégation » française, il ne faut pas s’y tromper : il s’agit avant tout d’un outil de la communication présidentielle. Quelques collaborateurs du président français, membres de la délégation, sont listés dans les tweets de la première demi-heure. Puis, ils disparaissent du champ. Le président est seul au centre. Un grand nombre de tweets rapportent des citations provenant de ses différentes interventions. Les bribes de discours retranscrites visent notamment à prouver l’importance cruciale du président français au sein des négociations. Sur le compte twitter, on peut ainsi lire : « Hier, tout était bloqué, la réunion que nous [la France] avons demandée avec Lula a débloqué la situation ».

L’échange fait en théorie partie des avantages du réseau social Twitter. Les followers , littéralement les suiveurs, peuvent réagir à tout moment. Or, les interventions extérieures sont quasi-inexistantes. On peut observer une question de la radio RTL, ou encore deux interventions d’internautes qui ont ajouté une information sur la consommation de CO² et un lien dirigeant vers le discours du président, mais on est loin du débat participatif. Il s’agit donc d’une utilisation plutôt unilatérale de Twitter. Cet outil est utilisé comme un canal d’information plutôt que comme une zone d’interactivité.

Ce que cette opération dévoile de la communication de l’Élysée

twittercopCette utilisation de Twitter montre que l’Élysée a fait le choix d’une communication apolitique. Elle ne se focalise pas sur le débat climatique. Ces messages permettent, de façon illusoire, de faire rentrer les suiveurs dans l’intimité de la délégation. À ce titre, une partie conséquente des tweets peuvent être qualifié de « people » dans le sens où ils concernent des détails pratiques ( « la délégation a prévu des hébergements pour ce soir …» , « le président se dirige vers la grande salle de conférence », ou encore des notes sur les rendez-vous mondains du président : « Au dîner, le PR est assis entre Meles Zenawi et le Français Henri de Monpezat, mari de la reine Marguerite et Prince du Danemark »).

Cette communication efface la ligne de partage entre la sphère publique et la sphère privée. Autrement dit, c’est l’invasion de l’intime dans l’espace public. Cet élément est caractéristique d’un pouvoir qui veut séduire plutôt que convaincre.

Cette communication de l’Élysée relève de la propagande. D’ailleurs, en lisant ces brèves, on peut s’apercevoir que l’Élysée a transmis l’image d’un consensus général, l’image d’une victoire. Dans les paroles rapportées du président, le nombre de mots se rapportant à l’union est très important : des répétitions de « tout le monde », « toute la communauté internationale », « accord », « compromis », « le monde entier » etc.

La conférence a été une réussite selon Nicolas Sarkozy . Or, les observateurs ont tous été d’accord pour dire que ce rendez-vous s’est conclu par un échec. Le compte Twitter de l’Élysée a donc tenté de créer l’évènement, des « heures décisives », à défaut de convaincre sur les résultats. Mais seulement 1509 personnes ont suivi la délégation sur Twitter.

Aujourd’hui le compte est fermé, mais selon le site Elyséeinside.fr, l’expérience pourra être reconduite à l’occasion du sommet du G20 en 2011.

Partager !

En savoir +

Les photos postées du compte ElyséeCop15 : http://www.yfrog.com/froggy.php?username=ElyseeCop15

Twitter, un nouvel outil journalistique par Discordance : http://www.discordance.fr/Twitter-un-nouvel-outil,1412.html

Une brochure sur « l’action extérieure de la France contre le réchauffement climatique » : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Brochure_climat-BD-FR.pdf

A propos de l'auteur

Image de : Fanny adore passer des soirées dans les salles obscures ou dans les salles de concert, mais elle préfère parler de trucs un peu moins glamours : les médias et la politique. Assister à une séance de l’assemblée nationale, une conférence sur l’opinion publique ou un débat entre deux responsables politiques ne lui fait pas peur. Elle adore ça. Elle est même devenue parisienne pour avoir l’occasion de le faire plus souvent. Mais, elle n’oublie pas d’où elle vient et soutient avec véhémence son groupe grenoblois préféré : The Melting Snow Quartet ( http://www.themeltingsnowquartet.com ).

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 26 janvier 2010
    Eymeric a écrit :

    Vraiment un bon article! Concernant l’utilisation de twitter en politique, je suis assez sceptique: pour informer ok, mais on est surtout comme tu le dis très justement dans le gadget « people ». Quand au dialogue, impossible: comment débattre et développer une pensée et des arguments sur 140 caractères?

Réagissez à cet article