Pouic Pouic, par Lionnel Astier au Cratere d’Alès

par |
Adapté par Lionnel Astier et Stéphane Pouplard, le Cratère d’Alès aura fait le plein durant ces quatre premiers jours de représentations. Célèbre adaptation du film du même nom où le rôle principal était tenu par Louis De Funès en 1963, beaucoup oublient que Pouic Pouic, au départ, était la pièce de théâtre Sans Cérémonie de Jacques Vilfrid et Jean Girault (1953).

Image de Lionnel Astier a réussi à attirer des spectateurs qui ne sont pas forcément habitués à se rendre au Cratère, scène nationale d’Alès. Devant une salle quasi comble, Léonard Monestier (alias Lionnel Astier), cherche à se débarrasser d’une concession pétrolière que sa femme Jacqueline a achetée à un escroc et tenant davantage de la forêt vierge. Avec une fille Patricia toujours pas mariée, Léonard Monestier va donc tenter de convaincre Antoine Brévin, milliardaire et surtout courtisan de la jeune Patricia, de racheter la concession.

Si la pièce demeure très fidèle au film, c’est qu’elle préserve et revisite une partie des sketchs mythiques sans pour autant n’être qu’une pâle imitation. Lionnel Astier a avant tout cherché à rester dans l’esprit du film pour familiariser et accrocher plus facilement le spectateur. Ce dernier n’a pas hésité à prendre des distances avec l’interprétation : les scènes surjouées du film qui peinent à crédibiliser le comportement des différents personnages sont ici gommées au profit d’un humour bien mieux ficelé. Situations fantaisistes et rocambolesques se mêlant à une intensité sans faille !

Le jeu des acteurs explose dans un feu d’artifice : entre une femme imprévisible qui excelle dans son domaine et un mari qui ne sait plus où donner de la tête. Valérie Mairesse tient parfaitement son rôle de femme usante, mais cherchant à bien faire tandis qu’à travers certaines scènes de Lionnel Astier, c’est Louis de Funès qui transparait, mais sans tomber dans les travers de l’imitation. Lionnel Astier a parfaitement su éviter cet éceuil et mise avant tout sur l’intensité de son jeu. Avec des dialogues enlevés et un rôle très agité, il s’approprie la personnalité de Léo Monestier plus de 50 ans après sa mise en scène originelle.

Mais ce qui fait également la réussite de la pièce ce sont les seconds rôles. Éric Berger dans le rôle d’Antoine Brévin dégage une attirance nettement plus affirmée que dans le film en campant un personnage ancré dans son époque qui tente de charmer la jeune Patricia (Chloé Berthier), véritable petite garce. Quand l’un surprend par son obstination et un humour à grandes louches, mais toujours parfaitement décalé, l’autre joue avec ses nerfs ! Exit, donc, le vieil homme d’affaires à la recherche d’une épouse, et place désormais au jeune nouveau riche charmeur. Mêmes éloges pour David Saada dans le rôle de Simon, à la fois le frère, le fils et le mari de la famille Monestier, réservant à lui seul une montagne de surprises…

Une jolie réussite pour cette adaptation.

Partager !

En savoir +

Pouic Pouic, du 18 au 22 Octobre 2011 au Cratère d’Alès (scène nationale).

Adapté par : Lionnel Astier et Stéphane Pouplard
Adaptation de : Pouic Pouic de Jacques Vilfrid et Jean Girault (1953)
Mise en scène : Lionnel Astier
Avec : Lionnel Astier, Valérie Mairesse, Chloé Berthier, David Saada, Eric Berger, Bénédicte Dessombs et Stéphane Pouplard
Décors : Sophie Jacob
Durée : 1h45

Crédits photos : D.L. (Journal La Marseillaise)

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article