Placebo – Battle for the sun

par |
Coloré et tonique, Battle for the sun signe le renouveau pour Placebo qui nous livre un album égal en qualité, efficace et qui devrait donner lieu à une flopée de tubes.

placebo_logo_imageLe groupe a choisi d’orienter son nouvel opus vers la vie, vers la jeunesse, et c’est ce qui frappe le plus à la première écoute. En partie dû à la présence d’un nouveau batteur: le jeune Steve Forrest qui prête son enthousiasme et sa fougue au groupe, mais également à cause des mélodies, celle de The Never-Ending Why en tête, portées par un souffle épique, puissant, loin de la mélancolie des précédents albums.

Si une certaine noirceur demeure dans les textes, elle n’est pas dépourvue d’horizon ni de la volonté d’un changement, voire d’une révolution. Du moins dans la musique. Julien s’ouvre ainsi sur une mélodie claustrophobe et répétitive qui se transforme au refrain en une flambée lyrique, enrichie par les cordes. On ne peut certes pas parler de gaieté pour tous les titres de l’album, on peut en revanche parler d’envolée, même dans l’aspect torturé qui jaillit comme un cri incandescent. Un album au final assez vivant, coloré et avec un petit côté « teenage » dans son enthousiasme mêlé de tourments.

Interrogé dans le making of qui accompagne l’édition collector de Battle for sun, Brian Molko y déclare : « Je voulais faire quelque chose d’un peu plus gai et d’un peu plus optimiste. Presque psychédélique au sens fort du terme. Pas nécessairement inspiré de la musique psychédélique, mais plein de couleurs. »

Battle for sun, album psychédélique ? Pas vraiment, même s’il répond en revanche à une certaine définition du psychédelisme de par les touches de couleurs apportées à la musique brute ainsi que par son aspect répétitif et ascentionnel: dans la mélodie, les choeurs, mais aussi dans les paroles du titre éponyme. Mais on peut parler d’album coloré. On quitte un peu l’aspect électronique et froid d’un Sleeping with ghost pour arriver à un son de guitare plus brut, moins complexe.
placebo_logo_image02
Cet album n’est au final pas le meilleur de Placebo, mais il a l’avantage d’être égal dans la qualité des titres qui le composent et qui se révèlent tous mélodiquement addictifs. Pas le meilleur, car, moins expérimental, il n’atteint pas ce que le groupe peut faire de mieux dans la profondeur et la complexité de ses compositions. Battle for the sun ne peut se détacher d’un aspect « grand public » dans son efficacité, sa facilité d’approche et son côté parfois un peu trop pop .

On sent néanmoins un vrai plaisir à jouer de la part du groupe qui, libéré de son ancienne maison de disques, retrouve une liberté artistique et se détache du rôle qu’on aimerait leur voir tenir. Placebo prends et retrouve une nouvelle inspiration dont le plaisir est communicatif et nous livre de nouvelles pépites à ranger parmi les tubes immémoriaux du groupe.

Partager !

En savoir +

Battle for sun, édition simple, à tirage limité CD+DVD Making of, coffret deluxe 2 CD + 2 DVD + 2 LP + livret.

Site officiel : http://www.placeboworld.co.uk

A propos de l'auteur

Image de : Originaire de Franche-Comté, Eymeric est étudiant dans les métiers du livre à Aix en Provence et prépare les concours des bibliothèques. Il aime le cinéma, pour lequel il préférera toujours l'esthétique au scénario et la littérature quand elle touche à l'intime et au quotidien. Côté musique ses goûts se portent vers la psyché-folk mais aussi vers le trip-hop, version des origines et vers le rock des vingt dernières années, du moment que les guitares sont saturées et qu'elles multiplient les effets. Il s'intéresse également aux médias, à la culture populaire et, avec du recul, à la politique. Blog: http://legendes-urbaines.over-blog.fr/

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Phil A.
    le Dimanche 5 juillet 2009
    Phil A. a écrit :

    Merci beaucoup pour cet exquise chronique, en tant que fan de Placebo je ne peux qu’acquiescer à ce résumé. Certains des titres notamment Battle for the Sun ou For What it’s Worth ont comme tu dis ce réel « aspect « grand public » dans leur efficacité, et facilité d’approche… »

    Force est de constater que Placebo est vraiment taillé pour le live, de Special K à Taste of Men en passant par Every Me Every You, leurs nouveaux morceaux trouvent également toute leur puissance en live, j’adhère.
    Au final, je reste quand même un peu déçu de ce nouvel opus, même si il est vrai qu’un groupe est obligé d’évoluer… Mais je trouve le tournant un peu trop radical à mon gout.

  2. 2
    Trots
    le Lundi 13 juillet 2009
    Trots a écrit :

    Bien d’accord avec ta chronique, à part sur Ashtray Heart, que je zape à chaque écoute tellement le refrain m’agace…
    En attendant de les voir à Lyon à l’automne!!

Réagissez à cet article