Pirates des Caraïbes 2

par |
Ahoy! Pirates, corsaires, flibustiers en tout genre et fans du grand Capitaine Jack Sparrow ! Tout le monde sur le pont ! Parés à l'abordage des salles de cinéma ! Yohoho...

pirates-2Déjà un phénomène avant sa sortie, voici l’un des films les plus attendus de 2006. Affluence record dans toutes les salles de France dès le premier jour. Le Secret du Coffre maudit est bien parti pour exploser le succès du premier volet de Pirates des Caraïbes .

On en oublierait presque qu’on a à faire à du Disney, tant le buzz communautaire autour de ce film est impressionnant. A voir les cosplayers se bousculer à la première, on se croirait devant Star Wars ou le Seigneur des Anneaux . Pourtant ici, point de sabres lasers ni d’heroic fantasy, mais un tout autre univers: la piraterie. Et à en juger par le silence religieux qui accompagne les premières minutes de la projection, les spectateurs sont loin d’y être indifférents.

Il y a de quoi, car, dès le début, ça sent le (encore plus) gros budget. Devant cette ambiance de folie, tantôt lugubre, tantôt burlesque, devant ce festival d’humour et de frissons, même les plus réfractaires plieraient. Du grand spectacle sans temps mort, surpassant le premier volet sans le renier : de nombreux clins d’oeil à ce dernier venant ponctuer le récit.

Suite oblige, l’intrigue se trouve être plus complexe et le parterre de créatures beaucoup plus fourmillant. Les personnages secondaires impressionnent : des hommes-poissons bluffants, un ennemi poulpe amoureux & joueur d’orgue, un kraken surprenant, une tribu d’indiens primitifs… Variété et réussite sont les maîtres mots de ce drôle de casting.

L’humour, clownesque au possible, loin d’être un simple élément anodin agit comme le fil conducteur de la narration. Les scènes de combat sont encore plus recherchées, le tout dans un esprit assez Disney certes, mais qui prend une toute autre dimension grâce au talent des acteurs.

On se met à apprécier Elizabeth Swann ( Keira Knightley ) et William Turner ( Orlando Bloom ), qui, auparavant assez fades, prennent ici un certain relief. Le couple qu’ils forment restera néanmoins responsable de la plupart des (trop) bons sentiments qui polluent le film. Mais ils participent également à l’audace et à la bonne humeur procurée, tout comme un ex-Commodore Norrington ( Jack Davenport ) devenu un ivrogne, à hurler de rire.

Cette audace et cette bonne humeur ne seraient cependant rien sans le beau et grand Jack Sparrow. Capitaine Jack Sparrow, pardon…. Johnny Depp, qui sauvait déjà le premier Pirates des Caraïbes, bat ici tous les records, accomplissant une performance plus-que-parfaite. Une façon de parler et d’articuler excellentes (qui passent beaucoup moins bien avec cette VF décevante). Une arrivée toujours aussi classe, des mimiques et une gestuelle toujours aussi fantasques et un style irréprochable…

Courageux sans être téméraire pour deux shillings, il passe son temps à se sauver, se cacher, déguerpir à toute vitesse. Mais Jack Sparrow a beau être un lâche, il n’en est pas moins un héros : manipulateur et charmeur, c’est le pirate par excellence ! Et, à sa décharge, il semble bien que tout le monde dans ce film, semble être sans scrupules. Détail d’autant plus appréciable que, faut-il le répéter, nous sommes ici chez Disney – et malgré tout très loin de Narnia .

Seul détail regrettable, là où le premier volet possédait une « vraie » fin, celui-ci laisse clairement comprendre qu’une suite nous attend, et gâche complètement le suspense. Dommage.

Mais ne nous arrêtons pas à ça. Car
Le Secret du Coffre maudit
(Ah ! La traduction des titres…), c’est beaucoup plus. En résumé : un mariage avorté, une nouvelle malédiction, des traîtres, Jack Sparrow en brochette, une course de cages, une sorcière aux dents noires, un singe immortel, du rhum, un bocal de terre, des navires très spéciaux, et surtout, une belle ballade en mer.

Cap sur le troisième volet ! Aye, Sir !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

9 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 6 août 2006
    Pascal a écrit :

    Décidément les blockbusters sont à l’honneur sur Discordance :o )

    Autant Superman ne me disait absolument rien, autant je l’attendais avec une certaine impatience celui là.

    Et pas déçu du tout. Le deuxième volet de cette trilogie qui a tout pour devenir culte, est un vrai feu d’artifice. Le scénario est très bien ficelé, malgré les critiques que j’avais pu lire ici et là.

    Johny Depp est excellent. Orlando Bloom et Keira Knightley ont pris de l’épaisseur, c’est indéniable et on retrouve avec plaisir les personnages du premier opus dans des rôles plutôt à contre-emplois pour certains !

    Et que dire de ces 15 dernières minutes, absolument hallucinantes, qui font monter la pression et nous promettent un troisième volet de toute beauté.

    Une franche réussite !

  2. 2
    VIOLHAINE
    le Lundi 7 août 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    Euh, oui, pardon, pour les blockbusters… Pas très alternatif tout ça. L’effet « été », peut-être. Ou une manipulation qui me dépasse…
    Le prochain, ça sera un peu plus perché, promis.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, mis à part pour ces 15 dernières minutes que j’ai trouvé palpitantes, certes, mais pas indispensables : on sait pertinemment qu’il y aura une suite, et qu’il ne peut pas être mort, alors pourquoi l’annoncer en grande pompe ?

    M’enfin, toujours est-il que j’attends le troisième avec une impatience folle !!!

    Merci pour le commentaire. 8)

  3. 3
    Pascal
    le Lundi 7 août 2006
    Pascal a écrit :

    Pour les « blockbusters » ne t’inquiète surtout pas, c’est très bien comme cela !

    Et mieux vaut 2h30 passées en compagnie de Jack Sparrow qu’1h30 à regarder sa montre devant le dernier film qu’il est de bon ton d’avoir vu, pour pouvoir briller devant ses amis ;o)

    *** Ne pas lire si vous n’avez pas vu le film ****

    Pour en revenir au film, ce que j’ai beaucoup aimé dans le dernier quart d’heure, ce n’est pas tant la prétendue « mort » de Sparrow, que le revirement de certains personnages qui nous apparaissent pour le coup beaucoup moins lisses et beaucoup moins manichéens qu’habituellement chez Disney.

    D’ailleurs pour un Disney, je l’ai trouvé assez trash par moment… Qu’est ce que cela aurait été si cela avait été Peter Jackson derrière la caméra !

    Bref, l’un des meilleurs films à l’affiche en ce moment, dans tous les cas… Avec Devil’s Reject ;o)

  4. 4
    VIOLHAINE
    le Lundi 7 août 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    Oui !! LE film de l’été !
    (mais j’ai toujours pas vu The Devil’s Rejects . Dammit.)

    En ce qui concerne le taux de manichéisme et de gnangnantise chez Disney : je me rappelle être sortie de Narnia avec la nausée et en m’écriant « Plus jamais ça ! » Mais alors là, je suis épatée. Ils ont fait fort.

    Sans foi ni loi, c’est comme ça qu’on l’aime, Mickey !!!

  5. 5
    le Mardi 15 août 2006
    Anonyme a écrit :

    Bah désolé je vais faire tache mais bon tous les avis sont bon à prendre et le mien est loin d’être aussi positif… Succession de petites intrigues et de grosses ficelles cette suite tombe à l’eau (sans jeux de mots pourris). Par contre pour le coup Orlando Bloom joue mieux que dans ces films précédents ça c’est indéniable et Johnny Depp… rien à dire. Donc bilan très très mitigé me concernant. Et après les industriels ne veulent pas que l’on télécharge…

  6. 6
    le Jeudi 5 octobre 2006
    observateur webzine a écrit :

    film tres enrrichissant en effet specio. sinon bon article mais de precision. pour ki ne lon pa vu ou ki ne veule pes le voir alor dommage.

  7. 7
    le Jeudi 5 octobre 2006
    observateur webzine a écrit :

    bon article . pour ceux l’ayant vu il faudrai mettre vos inpresion sur l’article. sinon aller le voir.

  8. 8
    le Vendredi 25 janvier 2008
    luc bouchon a écrit :

    A CHIER CE FILM TOUT POURRI DU CUL

  9. 9
    VIOLHAINE
    le Vendredi 25 janvier 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    @ »luc bouchon » : Mais encore ?
    Un ou deux arguments, perhaps?…

Réagissez à cet article