Pierre Guimard à l’Européen

par |
L'album n'est pas encore dans les bacs, que la foule se presse devant la petite salle de l'Européen ce soir. Et un nom qui s'illumine sur la devanture : Pierre Guimard. Le quartier est approprié : Montmartre à deux pas, et les deux rues phares de l'artiste : la rue des Martyrs et celle des Trois Frères sont à portée de main et de coeur.

pierreLa salle est feutrée et a plus l’habitude de faire office de théâtre. Chacun s’installe donc sur les fauteuils en velours rouge pendant que les techniciens s’affairent sur scène. Les lumières, soudain, se tamisent pour laisser entrer dans un faisceau de lumière, l’homme de notre soirée, accompagnée de ses musiciens.

Le jeune homme n’est pas monté sur scène avec ses propres compositions depuis deux ans et semble un peu intimidé, mais la salle est chaleureuse, et malgré le fait qu’une unique poignée de privilégiés connaissent le nouvel opus, Les Beaux Souvenirs ne Meurent Jamais, ce dernier obtient un accueil des plus mérités ! Ses sonorités nettement plus folk qui prennent vie au son de la guitare et de l’harmonica savent nous mettre en émoi ou nous faire voyager, et c’est avec plaisir que chacun sautille sur son siège. S’enchaînent alors Sous La Pluie, De l’Or, La Maison, Sur La Ligne et bien d’autres. Les titres se suivent et ne se ressemblent pas sauf dans leur générosité !

Arrive le moment tant attendu du single : Les Beaux Souvenirs ne Meurent Jamais dont le refrain est repris en coeur par tous.

Débarque alors un petit bout de femme accompagnée de son guitariste : Lilly Wood & The Prick, coup de coeur du moment de Pierre . Un dernier réglage et tous trois se lancent dans un featuring émouvant sur A Song For You de Gram Parsons . Un moment qui s’achève rapidement. Trop rapidement et qui abandonne seul sur scène le chanteur ; c’est le moment intimiste des solos : Le Rêve Américain et Je t’écris d’Angleterre prennent forme, deux invitations au départ qui happent alors une jolie voyageuse qui n’est autre que Rose . Le duo nous offre une très touchante prestation sur Pas du Tout Mon Amour, puis les riffs se durcissent, on retrouve les sons rock du premier album mêlés à l’énergie du nouvel opus.

Tout se marie parfaitement mais c’est déjà l’heure des rappels puisqu’il aurait été impensable de passer à côté de Stéphanie. Un dernier Good Bye au piano et c’est la fin. Le public et conquis, plus que des applaudissements, c’est une ovation qui sera rendu à des musiciens qui le mérite amplement.

La suite sera fêtée au champagne et chacun de féliciter le jeune homme avant d’aller et de donner des coups de pied dans les flaques du retour. à La Maison .

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article