Pièces à Conviction – L’Amérique et la guerre : paroles interdites

par Baskerville|
A une semaine de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, l'équipe du magazine Pièces à Conviction consacrait un numéro à la présence des forces américaines en Irak.

Pièces à Conviction – L’Amérique et la guerre : paroles interdites, France 3 26.10.04

A une semaine de l’élection présidentielle aux États-Unis, l’équipe du magazine Pièces à Conviction consacrait un numéro à la présence des forces américaines en Irak

Jeunesse, axe du mal et Patriotisme…Pourquoi y sont ils allés!

Un combat, la guerre, une bombe, ces expressions sortant de la bouche d’un jeune Européen évoquent le plus souvent ces joutes héroïques tirées d’un livre, d’un film, d’une série B.
L’action, la dégaine, la balle qui transperce le corps… un mort… Un film du dimanche soir quoi de plus.
Ce reportage sur des hommes à l’apparence juvénile n’est pas un nouveau du genre. Un de plus sur une guerre et ses victimes et une administration minimisant les conséquences leur jeunesse héroïque. Il a le mérite de rappeler que des gens comme vous et moi sont envoyés tuer d’autres et se faire tuer voire pire mutilés physiquement et mentalement pour une vie alors devenue sans espoir.

La plupart ont moins de 25 ans… (donc plus jeunes que moi! J’ai du mal à réaliser)

Ils tremblent, ils angoissent, ne dorment plus…des envies de suicides, ils s’effrayent à chaque bruit et sont hantés d’images atroces indescriptibles. Ils sont victimes du syndrome post-traumatique (18 % des revenants officiellement sans doute plus !) ou sont mutilés. Ils reviennent d’Irak où il a été décidé qu’ils s’y rendent. Il ? Georges Bush ? Les politiques ? L’administration ? Leur famille ? Dieu ? Le 11 septembre ? Eux-mêmes ? Le patriotisme? La réponse vous semble évidente ?

Nous découvrons que pour une grande majorité de ces mutilés au futur anéanti, la patrie agressée était leur moteur.

Même le discours des familles révoltées du décès d’un proche est opaque. Se seraient elles révoltées si leur enfant était revenu en héros?

Cette mère ayant perdue son fils au combat et montrant la lettre effroyablement froide reçue de l’armée présentant leurs condoléances et expliquant « Savoir » ce qu’est la perte d’un être proche. Nous compatissons. Nous souffrons pour elle. Néanmoins elle arbore toujours fièrement ce satané drapeau pour lequel son fils est parti.

Le discours de cet ancien du Vietnam manifestant contre la guerre en Irak à un carrefour surligne cette ambiguïté: trouvant normal de voir son fils partir pour défendre la patrie en Irak il y a un an, le voila qui maintenant manifeste au coin de la rue et exige son… retour, leur retour.

Un de ces jeunes hommes hospitalisé depuis son retour victime du syndrome post traumatique avoue ne pas vouloir que sa famille le rencontre (le mérite de témoigner lui revenant) pour qu’elle ne puisse penser qu’il se serait éventuellement révolté contre son armée, sa patrie.

Ces victimes nous rappellent nous décrivent alors brièvement ce qu’est la guerre, quel choc elle représente. Les bombes artisanales laissant un ami en vie en mille lambeaux de sang sous la vue des jeunes guerriers, Urgence le dimanche soir en version gore mais bien réelle. L’odeur de la chair brûlée marquant un homme à vie. Voila qui parait impossible à envisager mais qui condamne la vie de ces patriotes.

Un ancien du Vietnam à propos de l’envoie de jeunes américains sur les fronts de conclure: «Chaque fois Ils titillent notre fibre patriotique »…

Partager !

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 31 août 2005
    Rasta Square a écrit :

    Interessant
    Toutefois, il est à deplorer l’abscence quasi totale d’articles de ce genre denoncant la (ou les) presences des armées Francaises à l’exterieur.
    Comme par exemple en Cote d’Ivoire, au Gabon, en Ouganda, au Tchad, au Senegal, au Congo, au Rwanda, à Djibouti etc etc etc …
    Tous ces endroits où la France à installé sa democratie en fait.
    Je vais finir par me demander si les frasques de la grande Amerique n’ont pas pour but de cacher ce qui se passe ailleurs, avec une telle visibilité, je vais même finir par m’en persuader.
    Ce que je dis derange ?
    Chut alors, 1000 excuses
    Merci quand même pour cet article

Réagissez à cet article