Piano Chat + petit fantôme + Juveniles + Man Man à l’Antipode

par |
Afin de fêter les vingt ans de la Ferarock, fédération de 25 radios associatives, l'Antipode a réuni une affiche alléchante : trois projets français prometteurs et un combo américain barré.

Image de Antipodejuveniles De Piano Chat, nous ne connaissions que sa bonne réputation auprès de l’une de nos chroniqueuses. Alors que nous nous attendons à voir surgir un keyboard cat, un jeune homme prend place. Non pas sur scène, mais dans le public avec une batterie, une guitare et une myriade de pédales d’effets. Il commence à sampler sa guitare, sa voix, la tension monte puis tout s’arrête. « Ah heu je viens de foirer mon effet. Donc, vous allez chanter maintenant« . Piano Chat est comme ça. Il parle, beaucoup, entre et pendant les morceaux, et semble tout faire au feeling. On se laisse prendre au jeu de ces titres un peu bancales mais sincères, construits sur les boucles de guitare et les superpositions de voix. Parfois, Piano Chat en fait trop. Attention au surmenage.

S’il y a quelqu’un de bien entouré ce soir, c’est petit fantôme. Des membres de Crane Angels, François & The Atlas Mountains et d’autres formations accompagnent Pierre Loustaunau, l’auteur d’un 8 titres baptisé YALLAH qui nous avait particulièrement séduit cet été. Les chansons légères et en français, se laissent savourer au second degré. « Nous on fait de la variété française, c’est notre truc » affirme Pierre.

Pas encore tout à fait à l’aise sur scène, il peut toutefois se reposer sur ses cinq musiciens.  Le voyage commence bien, à Tahiti : « les vacances à Tahiti, le sable fin, les sauts des dauphins« . Avec d’aussi belles paroles, on ne peut que se laisser embarquer. Les sons électroniques s’intègrent très bien aux guitares et aux cuivres, dans une joyeuse limonade de pop, de r’n'b et de chanson. Vivement les vacances.

Dans la profusion de tremplins, concours et autres réjouissances sur le parcours du petit groupe français, les rennais Juveniles semblent avoir marqué quelques points ces derniers mois. Des membres des Wankin’Noodles et de Russian Sextoys, deux groupes ayant déjà été accompagnés par les Trans Musicales, composent ce nouveau combo résolument tourné vers les années 80. Forts d’un tube en puissance baptisé très justement We Are Young qui figurera sur la prochaine compilaion Kitsuné, le trio a sorti au printemps un EP à télécharger gratuitement sur leur Bandcamp.

Ce soir, le groupe nous sert quelques nouveaux morceaux prometteurs. Les influences sont palpables : il y a un peu de Morissey dans la voix de JS, un peu de  Joy Division aussi, mais avec une recette bien d’aujourd’hui. Mélangeant instrumentaux, titres dansants et déluge de guitares, le groupe peine toutefois à se mettre le public dans la poche. Espérons qu’ils ne seront pas dépourvus quand le buzz s’en sera fut.

Après un long intermède, Man Man prend place sur scène. Et quelle place. Telle une machine à créer du rythme, le groupe enchaîne les titres menés de la voix de ténor d’ Honus Honus . Le frontman arbore une moustache du plus bel effet, on tient là un véritable personnage à mi-chemin entre le petit neveu de Zapata et Freddy Mercury. L’emplacement habituelle de la batterie est occupé par un clavieriste hyperactif, et les percussions sont jouées par plusieurs membres du groupe. Les mélodies alambiquées nous entraînent dans des univers chamarrés, et légèrement dérangés (Mister Jung Stuffed). Décidemment, Man Man est inclassable.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article