Phoebe Killdeer & The short straws

par |
Messieurs les prévisionnistes du rock, vous pouvez commencer à parier vos dollars sur Phoebe Killdeer. Car, outre un premier disque brillant, cette artiste émérite complète le tableau avec des performances live d’une efficacité redoutable.

Paris 26 mars – 20h10 au Nouveau Casino.

phoebekilldeer09-2Un type débarque seul avec un mp3 en guise de groupe. Les murs de la salle sont entièrement tapissés d’une lumière rouge, en référence à son nom: Red . Il attrape sa guitare, attend que le beat démarre et commence à chanter. L’associable arbore sur sa sangle une faucille et un marteau, symbole du partage des richesses alors que le bonhomme partage la scène. avec personne. Bon.

Le set de Red sera court et à vrai dire, sans effet. Le rythme de ses compositions est primaire et souvent répétitif. La guitare n’est pas franchement mieux. Pis, le fait d’être dépendant de son mp3 le force à enchaîner les titres très vite, sans communiquer avec le public. Aux environs de 20h45, il quitte la scène, laissant la salle comme il l’avait trouvée, inanimée.

Avec Phoebe et ses collègues, c’est une autre paire de manche. Le devant de la scène est occupé par une rangée de photographe, signe que la formation intéresse les médias. Le groupe débute par une mélodie gentillette et progressive, histoire de nous faire rentrer dans l’ambiance en douceur. Puis le batteur balance un rythme plein de groove. Il tape notamment sur un cylindre métallique attaché à son instrument par une ficelle. Phoebe attrape un harmonica pour l’ outro . Pour le deuxième morceau, He’s gone, la frontman joue avec une ampoule rouge, qu’elle utilise pour éclairer son visage puis celui de son guitariste, Cédric .

Fines bretelles, franges et yeux gigantesques, Phoebe Killdeer a déjà le look de l’égérie rock. Sa passion pour la musique transpire tout le long du live. Ses grands gestes démesurés, son regard expressif nous amène vite fait bien fait dans son univers. De leurs côtés, les Short Straws s’éclatent également, mais on les sent plus en retrait.

Changement d’ambiance, changement de look. Pour la ballade slow rock Let me, Phoebe enfile un collier Hawaïen. Le bassiste cale des lunettes de soleil sur son nez, lâche son instrument pour des maracas, avant de finir au triangle.

Puis le groupe continue son petit bonhomme de chemin, alternant entre morceaux rock blues rythmés et passages psychédéliques bien pensé. Le set est millimétré mais plein de surprises.

phoebekilldeer16-2La formation rock possède un fort penchant pour les accessoires. Phoebe Killdeer bat fréquemment le rythme sur différentes percussions pendant qu’elle chante, notamment des cylindres fait maison. Elle place également un peu de synthé, qu’elle partage avec le bassiste.

Le groupe jouera presque tout Weather’s coming et bien plus même, avant de quitter finalement la scène. Pour le rappel Phoebe donne quelques explications en anglais bien qu’elle maîtrise parfaitement le français. Elle avoue au public avoir eut du mal à faire un set d’une heure quinze avec un album ne durant que trente-cinq minutes, mais qu’elle se rassure, cela ne s’est absolument pas vu.

L’album était excellent, le concert l’est aussi. Mieux, elle a réussi à donner à chacune de ses chansons un visage différent. Le groupe boucle son set par le très lent I get nervous, pour que la séparation ne soit pas trop dure. Pas de doute, Phoebe Killdeer et ses Short straws continueront à faire parler d’eux.

Crédits photos: phiL B.

Partager !

En savoir +

[L'interview de Phoebe Killdeer par Discordance->512]
[La chronique de Weather's coming par Discordance->502]
Le Myspace de Phoebe Killdeer : http://www.myspace.com/phoebekilldeer
Le myspace de Red : http://www.myspace.com/redfrench

A propos de l'auteur

Image de : Yves Tradoff s'intéresse à beaucoup de choses : http://yvestradoff.over-blog.com (work in progress)

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article