Phèdre & Hippolyte

par Thibault Delaire|
Phèdre & Hippolyte, ou la mythique descente aux enfers d’une incomprise, vouée au malheur par son hérédité. Charles Di Meglio, interviewé il y a quelques semaines, sera en scène avec sa troupe pour interpréter l’empoisonnement de cette femme innocente et coupable, au théâtre du Tambour royal, du 13 mai au 7 juin 2008.

phedre1 Phèdre & Hippolyte, et non Phèdre, c’est le titre choisi par le metteur en scène, c’est-à-dire le titre original de cette tragédie, celui de sa création en 1677. Mais cette recherche de l’essence de la pièce ne se cantonne pas à son titre, et Charles Di Meglio s’est efforcé, avec succès, de rendre à l’oeuvre toute sa poétique, son pathétique et son sublime.

En premier lieu, l’effort de diction est notable : chaque diérèse, chaque prononciation inusitée de nos jours est respectée, ce qui rétablit le rythme de l’alexandrin racinien.

La pièce est jouée dans un petit théâtre du onzième arrondissement, le Tambour Royal, aux résonances résolument italiennes. Les murs de la scène, tendus de noir, et un unique fauteuil pourpre ponctuent un décor intime et épuré, – un décor qui dénude le spectateur face aux vers, il n’est plus d’échappatoire, rien que la scène, les acteurs et la douleur – qui contribue à la redécouverte de la tragédie racinienne. Le Fatum est même, à l’occasion, suggéré, concrétisé par un subtil jeu de lumières.

Charles Di Meglio a choisi de faire des entr’actes des intermèdes musicaux, parfois chantés. L’orchestre est composé de deux violons, d’un alto, d’un violoncelle, d’une viole de gambe et d’un luth, ces deux derniers instruments étant essentiellement utilisés dans la musique baroque.
La musique est tirée de la Passion selon Saint Matthieu, BWV 224, de Jean Sébastien Bach, à travers laquelle le metteur en scène dit retrouver la même histoire, le même ressenti. Interprétée judicieusement, elle supporte et met en relief le texte.

phedre2Il est en effet indéniable qu’une influence baroque émane de cette mise en scène, et les acteurs ont su s’adapter aux postures, aux regards si caractéristiques, et à une certaine énergie tout à fait propre à ce genre : leur performance n’en est que plus remarquable.

Phèdre, jouée par Christine Narovitch, est troublante, juste et pathétique. Son jeu, riche et mesuré, est parfois surnaturel. Hippolyte, ou Yoann Boyer, contraste par sa beauté juvénile, et l’amour ressenti par Phèdre pour un si jeune homme tend à actualiser cette tragédie. Il est à noter la performance de François Echassoux dans le rôle de Thésée, performance honorable pour un premier rôle au théâtre. Profitant de sa formation de chanteur, il place sa voix justement et en fait un atout de taille.

Charles Di Meglio contourne le piège de la facilité en n’optant pas pour l’archétype de la « jeune première » pour le rôle d’ Aricie, mais le confie à Laure Espinat, dont le jeu, étonnant et même déroutant, confère une autre dimension au personnage.

En somme, cette production d’une des plus belles tragédies est respectueuse et juste, et instruit le spectateur contemporain de ce que pouvait être le théâtre du XVIIe siècle : les vers ne sont pas utilisés, mais révélés.

Crédits photo: Thibault Delaire

Partager !

En savoir +

Phèdre & Hippolyte de Jean Racine .
avec une musique de Jean-Sébastien Bach, tirée de la Matthaüs-Paßion, BWV 244 .
avec : acteurs : François Echassoux, Christine Narovitch, Yoann Boyer, Laure Espinat, Meräye Lacoste, Franck Cadoux, Justine Le Pottier ;
musiciens : Joanna Brycht, Camille Van Essen, Ondine Lacorne-Hebrard, Erika Peron ;
Costumes : Mathilde Gibeaux
Mise en scène, musique et chant : Charles Di Meglio .

Du 13 mai au 7 juin 2008, au Théâtre du Tambour Royal, 94, rue du Faubourg du Temple, Passage Piver, 75011 Paris.

Location : 01 48 06 72 34
ou Fnac, TheatreOnline.com, BilletReduc.com

Site officiel: http://CompagnieOghma.com
Interview: http://www.discordance.fr/Interview-de-Charles-Di-Meglio.html

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 7 juin 2008
    butelet a écrit :

    je suis en extase devant tes connaissances sur (phèdre)

    felicitations mamie

Réagissez à cet article