Pete Yorn – PY

par |
Comment Pete Yorn allait-il rebondir après la composition d’un album en compagnie de Scarlett Johannson et de leur tube Relator ?

Image de Pete Yorn - PY La réponse, Pete l’a trouvée en s’associant non pas à une nouvelle muse, mais à Franck Black (leader des Pixies) qui prend les manettes de la session studio de PY.

La rencontre s’est faite d’une manière assez surprenante, Franck Black envoyant un email à Pete pour lui proposer d’enregistrer ensemble. Pete Yorn cherchant à se redéfinir en tant qu’artiste, accepte et rejoint Frank pour une session de 5 jours dans un studio improvisé.

Les deux hommes produisent alors un album résolument plus rock que les précédents, mais aussi très épuré. L’instrumentation est souvent réduite à son minimum pour laisser place à un son brut et dépouillé de tout arrangement superflu.
Les guitares aux accents grunge (influence de Black) prennent ici le pas sur les habituelles mélodies acoustiques de Pete. La voix ravagée de Yorn (atteint d’une grippe au bout de 2 jours d’enregistrement) résonne et étonne sur des titres comme Always, Badmen ou la très “pixienne” The Chase.

Paradise Cove illustre le mieux ce renouveau (ou le retour à un esprit rebelle adolescent perdu ?). Il figurait déjà sur le dernier album Back and Fourth, mais dans une version flirtant plus vers la ballade. Exit les arrangements de l’originale pour laisser place à des sons plus “sales” et personnels, qui en font un des titres les plus intéressants du CD.

Cependant Pete ne délaisse pas complètement son style et accompagne certains de ces morceaux de guitares acoustiques comme sur Rock Crowd ou Stronger Than qui sonne d’ailleurs comme le tube du disque. Les mélodies accrocheuses aussi bien à la voix qu’aux guitares en font un titre taillé pour une BO de film (manière dont Pete Yorn s’est fait connaître). Mais au final il dénote un peu avec le reste des compositions et mériterait plus de figurer sur un opus précédent comme Nightcrawler.

Cet album n’est pas parfait, mais comment le faire en 5 jours ? Le son est volontairement moins lisse et travaillé pour laisser place à des sonorités plus sincères et spontanées. Il aura permis à Pete Yorn de s’échapper quelques instants du style qu’il s’était construit au fur et à mesure des années, pour nous livrer une œuvre plus personnelle et décomplexée.

Partager !

En savoir +

Site officiel : http://www.peteyorn.com/

A propos de l'auteur

Image de : Bercé au son de Pink Floyd, Led Zep, je ne pouvais faire autrement que d'aimer le rock dans tous ses états. Fan de rock indé ou de folk-rock, j'arpente la scène strasbourgeoise et les différents festivals en quête de nouvelles sensations...

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article