Pamela Hute

par Stedim|
Pamela Hute, rockstar en devenir, est une artiste singulière qui délivre, avec ses deux compères, des décibels très typés. Ne serions-nous pas ici face à une jeune femme, aussi passionnée que déterminée, sachant apprivoiser le buzz sur internet et séduire le public sur scène à sa façon ? C'est sûr : Pam sait y faire !

Pamela Hute, es-tu une rock star ou êtes-vous un rock band ?

pamhute1
Pourquoi ce nom et est-ce une question qu’on te pose souvent ?

Oui, en effet, c’est une question récurrente, le nom intrigue. Pamela est un de mes prénoms et Hute, mon nom à peu de choses près. C’est un ami qui a trouvé ce nom. Il m’avait nommé rockstar d’un pays imaginaire appelé Catalaco . Tu vois, comme quoi…

Pamela Hute, comment en es-tu arrivée là ?

Là ? Où ? S’il s’agit de musique, j’ai composé à peine ai-je eu une guitare entre les mains. Je n’ai jamais chanté les chansons des autres. La musique a toujours un rôle central dans ma vie mais c’est il y a deux ans, après une année passée seule à composer des dizaines de titres, que j’ai décidé de foncer et de monter le groupe.

Quelle est votre actu en quelques mots ?

Depuis notre résidence à Bordeaux, en septembre, on défend notre set en live un peu partout en France. Le mois de février a également marqué la sortie de notre nouveau single Don’t Help Me, un opus trois titres intitulé 03 qui nous représente bien mieux que l’EP v1.1 sorti en 2006. Il est exclusivement destiné à la promo mais disponible aux concerts.

Ok pour l’actu. Alors, maintenant, quel est votre objectif in fine ?

On commence sérieusement à penser à l’album. J’écris beaucoup et assez vite alors on a pas mal de titres en stock et je commence à avoir envie de travailler sur la production et l’enregistrement d’un LP. Notre passage au power trio nous a donné beaucoup d’énergie et, musicalement, on a vraiment des choses à mettre en commun sur un disque. A terme, il y aura beaucoup de disques, mais je ne suis pas pressée.

Comment qualifierais-tu votre musique en quelques adjectifs ?

C’est du rock, aux sonorités outre manche, aux textures intrigantes et avec une obsession de la mélodie.

Chanter en français, c’est ‘no way’ ?

J’ai essayé, ce n’est pas moi. Je suis imprégnée de culture anglo saxonne, c’est mon univers musical et sonore. Cela serait vraiment contre-nature.

Peux-tu nous parler un peu de cette dimension  » geek d’un autre temps  » qui semble être récurrent dans l’image de votre formation. J’évoque par là cet écran d’ordinateur, par exemple, présent sur scène, face au public, présentant des lignes vertes de programme sur fond noir. ou encore ces cartes de circuits imprimés que vous dégustez sur vos dernières photos promo.?

pamhute2
Il y a quelques mois, le line-up a évolué. Le bassiste a disparu. Pourquoi cette évolution et comment avez-vous géré cela ?

C’était un désir vraiment artistique. A quatre, c’était déséquilibré, pour diverses raisons. Les chansons n’étaient pas vraiment mises en valeur, les synthés jouaient plus un rôle d’arrangement, un peu fade. On a eu envie de relever le défi, une basse synthé et un énorme travail de son sur les textures. Ernest Lo, notre batteur, a aussi allégé son set de batterie. On a voulu, à l’image du power trio, aller droit au but, mettre en valeur les chansons.

Après un an de travail à 4, c’était assez décourageant et difficile. Il fallait vraiment tout refaire. Notre résidence, en septembre, nous a permis de trouver notre son. C’est une formule originale et c’est très agréable de travailler de cette façon. Le trio est, je crois, la formule magique de Pamela Hute .

J’ai déjà assisté à plusieurs de vos concerts et j’ai été marqué par l’absence de dialogue avec le public de ta part. Je vous ai même vu une fois filer de scène sans un mot à la fin du set. Suis-je dans le vrai ? Cela est-il particulièrement voulu de ta part ? Souhaites-tu, par ce biais, entretenir un personnage particulier ?

Il y a plein de raisons. De la pudeur surtout, je suis très pudique alors ça se ressent comme ce que tu décris. Et puis j’ai envie de communiquer avec la musique, l’émotion. Pas forcément en racontant des choses. Le public n’est pas imbécile. Et puis je n’ai pas peur des ambiances lunaires. Au contraire, j’aime ça.

Pamela, grande question : pourquoi faut-il aller vous voir en concert ?

pamhute3Le live, c’est une rencontre. Qui sont ces gens dont j’écoute le disque ? A quoi ressemblent-ils ? Comment sont ils ? Et moi, je me demande toujours qui sont tous ces gens venus nous voir. Outre cet aspect là, il y a l’énergie. En live, on donne quelque chose de plus que sur un disque. On donne ses chansons, sa sensibilité, son émotion, en vrai, sans medium. C’est ce qu’on essaie de faire, je crois, être vrais, avec un son bien à nous !

Quelle musique écoutes-tu en ce moment ?

Amy Winehouse, j’adore la soul et je trouve Back to Black assez réussi. Bryan Ferry beaucoup, et de fait, le premier Roxy Music que je redécouvre tous les 6 mois environ ! Après, il y a d’autres choses, plus anecdotiques. Je me tiens au courant de ce qui se passe autour de moi. Des sorties. Mais souvent un peu en décalé. Pas de vrai coup de foudre, je suis un peu lassée.

Pamela Hute, un message à passer ?

J’ai super faim – là, de suite !

Pamela, tu as quoi dans tes poches, là ?

15 euros et 3 mediators. Ah ! Un briquet aussi.

Où serez-vous dans 2 ans ?

Difficile à dire tant l’univers de la musique réserve de surprises. Je dirais dans les loges d’une salle de concert, quelque part en Europe.

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

Des kilomètres, des disques et du bonheur !

Merci, Pamela !

Merci à toi, Stedim, un vrai plaisir.

En savoir +

Site officiel: http://www.pamelahute.com/

Myspace : http://www.myspace.com/pamelahute

Partager !

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Dimanche 2 mars 2008
    Stedim a écrit :

    Un matin de cette semaine, j’ai eu la bonne mauvaise idée d’écouter le nouveau single « Don’t help me » en boucle histoire de bien faire le tour du sujet. Banco : j’ai fait les 48h suivantes avec ça en tête puisqu’il s’avère qu’il est finement designé façon « tubesque no défaut » : une compo efficace avec un groove qui embarque tout le monde grâce notamment à une charley qui respire, une voix qui marque l’esprit et, ô comble de la préméditation, un break pourvu d’un gimmick top « daft punkien » histoire de jouer sur la mémoire collective.

    Alors, oui, Pamela Hute semble avoir trouvé son son. Il ne lui reste désormais qu’à envahir le monde libre avec son flot de titres en préparation…

  2. 2
    le Dimanche 2 mars 2008
    Pascal a écrit :

    Chouette interview !

    Plusieurs remarques. Tout d’abord sur le fait de ne pas échanger avec le public lors d’un concert. J’ai toujours un peu de mal avec cela. Certes pour certains, parler entre les morceaux ne joue pas toujours en leur faveur, mais cela évite ce goût amer qui peut faire passer une personnalité réservée ou lunaire, pour qqu’un d’arrogant…

    Trent Reznor disait ne jamais parler entre les titres car tout ce qu’il avait à dire à son public se trouvait dans les textes de ses chansons. C’est un autre point de vue qui peut se défendre…

    Le live, c’est une rencontre. Qui sont ces gens dont j’écoute le disque ? A quoi ressemblent-ils ? Comment sont ils ? Et moi, je me demande toujours qui sont tous ces gens venus nous voir.

    Cette phrase me fait pas mal penser à la chansons  » Final  » de Mademoiselle K . J’aime bien.

    Et sur la disparition du bassiste, ça me rappelle la [phrase->349] de VX69 des Punish qui disait que selon lui une basse ne servait à rien…

  3. 3
    le Mardi 4 mars 2008
    Ludo a écrit :

    Déjà vu Pam Hute en live il y a longtemps à la Scène Bastille. C’est vrai que ça communiquait pas des masses avec le public. C’était zarbi à ce point. Juste annoncer les titres des songs (ça craint de faire ça je trouve). A l’époque, il y avait encore le bassman. C’était lui qui était le + rock dans l’attitude. Ca faisait un décallage. Il n’y avait pas bcp de monde. C’était une 1er partie. Mais ça jouait bien. Avec des bonnes compos! Faut croire qu’ils ont trouvé la bonne formule maintenant.

Réagissez à cet article