P.S. : I love you

par |
Si l’on en croit le magazine Version Femina, ce film est celui par lequel la "grande comédie romantique" revient sur le devant de la scène. Si c’est le cas, je redoute les mois à venir.

ps-i-love-you-2
P.S. : I love you (titre français : P.S. : Je t’aime ) est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de Cecelia Ahern paru en 2004. Petite anecdote pour les fans de la série Grey’s Anatomy : le rôle de William, qui n’existe d’ailleurs pas dans le livre, est joué par Jeffrey Dean Morgan plus connu dans la série sous le nom de Denny Duquette. C’est d’ailleurs en visionnant la série que le réalisateur découvrit Jeffrey . De plus, les fans de Friends seront également comblés puisque Lisa Kudrow (Phoebe) figure également au casting.

Pour en revenir au film proprement dit, il entasse les clichés du genre sans parvenir toutefois à retenir réellement l’attention du spectateur. Ce dernier se retrouve durant 2h10 bringuebalé au gré des lettres parmi les pleurs, les rires, des bars et même l’Irlande (pays natal de Cecelia Ahern et de la plupart des personnages principaux). Les invraisemblances sont légion. De même que les chansons. A croire que tout le monde chante en Irlande !

Le film s’ouvre sur une dispute entre Holly et Gerry. Mais, évidemment, cela ne durera pas bien longtemps et ils auront vite fait de se sauter dans les bras l’un de l’autre, se répétant une bonne dizaine de fois à quel point ils sont désolés. Le décor est planté : ce couple s’aime à la folie et ne se quittera jamais, promis. Sauf que la scène suivante n’est autre que les funérailles du jeune homme, et là, tout de suite, je sens que certains d’entre vous ont la larme à l’oeil. Non ? Ne vous inquiétez pas, ça va venir : tout est fait pour.

Dès lors, on patauge dans la guimauve ; cela devient rapidement un véritable conte de fée : des lettres du défunt mari qui connaissait tellement bien sa femme qu’il arrive à prévoir ses réactions ligne après ligne, des cadeaux bien au-delà des moyens du chauffeur de limousine qu’il était, et j’en passe. Et, en guise de suspense supplémentaire : la haine que vouait la mère de Holly à son ex-gendre. Pourquoi donc détester ce jeune homme aimant et attentionné, vous demandez-vous certainement. Pour le savoir, vous devrez patienter car nous ne le saurons que dans les dernières minutes du film.

Finalement, Gerry fait l’inverse de ce qu’il souhaitait. En refaisant vivre à Holly les scènes marquantes de leur amour, il lui attache chaque fois un peu plus son souvenir. Hilary Swank est tout bonnement insupportable dans son rôle de jeune veuve partagée entre le souvenir de son défunt mari (qu’elle s’imagine voir à peu près partout, que ce soit à la table d’un club de karaoké ou sur une barque en plein milieu d’un lac) et la vie qui continue et qui se fait de plus en plus pressante par l’intermédiaire d’un séduisant jeune homme.

Très difficile donc de rester devant ce film jusqu’à la fin. A recommander exclusivement à celles et ceux qui ne rateraient pour rien au monde l’un des films fleur bleue de l’après-midi sur M6. Pour les autres : passez votre chemin sans regrets.

- -

En savoir +

Sortie nationale : 6 février 2008

Site officiel : http://psiloveyoumovie.warnerbros.com

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Né en Allemagne à la fin des années 80, alors que l'ordre mondial était en plein bouleversement (et sa naissance n'y est sans doute pas pour rien), Loïc a eu très tôt le goût de faire tomber les murs. Aujourd’hui, c’est au sein de Discordance qu’il poursuit sa mission. Trop souvent adepte du « c’était mieux avant », passionné de cinéma, de littérature et de musique (tout un programme), c’est tout naturellement qu’il a choisi de prendre la tête de la rubrique Société : quelle meilleure tribune pour faire trembler les murs ? Vous pouvez à présent suivre ses élucubrations à la fois sur Twitter (http://twitter.com/JLMaverick) et sur son blog : http://johnleemaverick.wordpress.com.

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 3 août 2008
    mwa a écrit :

    euhhh ce film etait superbe et toute ceux que je connais qui lont ecouter lont adoree, donc ne passe pas votre chemain!!

  2. 2
    le Vendredi 8 février 2008
    Anonyme a écrit :

    Je passerai donc mon chemin. Direction : Cloverfield.

    Au fait : impressionnant revirement pour Gérard Butler après « 300″ !

  3. 3
    le Vendredi 8 février 2008
    Julia a écrit :

    Mouais, encore un film dont on connait l’histoire avant de l’avoir vu! Merci de l’avoir fait pour nous :p

  4. 4
    le Mardi 19 février 2008
    Anonyme a écrit :

    sur la barque ce n’est pas son mari qu’elle voit, mais le meilleur ami de son mari.. ok ils se ressemblent mais quand on fait une critique on vérifie ses propos ;)
    moi j’ai trouvé ce film superb et je ne suis pas fan des films fleurs bleues sur M6…
    biz

  5. 5
    Loïc
    le Mardi 19 février 2008
    Loïc a écrit :

    Chacun ses goûts :) Pour ma part je n’ai rien trouvé dans ce film que l’on ne retrouve pas dans la plupart des comédies dites romantiques qui sont sorties ces dernières années.

    Ah zut, j’étais persuadé que c’était le mari qui se trouvait sur cette barque. Et comme je n’ai pas pu revisionner le film une seconde fois, j’ai dû me fier à mes souvenirs :) Ca m’apprendra. Désolé!

  6. 6
    Stedim
    le Mercredi 20 février 2008
    Stedim a écrit :

    Chroniqueur bigleux ou pas (héhé), moi, j’aurais aimé savoir pourquoi tu as trouvé ce film « superb » justement !

    Un débat ! Un débat ! ;)

Réagissez à cet article