Owlle + Lilly Wood & The Prick au Moulin | Marseille | 01.02.2013

par |
Pour ouvrir le mois de février plutôt doux pour un mois hivernal, la fraîchement réouverte salle du Moulin se retrouve encore une fois pleine à craquer en accueillant Lilly Wood & The Prick ainsi que la prometteuse Owlle pour nous souffler un peu de chaud et de froid autant au figuré qu'au propre.

Et une fois n’est pas coutume, c’est la première partie, Owlle, qui a motivé notre déplacement.
Forte d’un seul EP 3 titres et d’un tube en son sein, Ticky Ticky, lauréate des inrocks lab 2011, d’un passage à Rock en seine l’année dernière ainsi que des ouvertures pour Sébastien Tellier en 2012, la voilà en tournée avec Lilly Wood & The Prick en ce début d’année 2013. N’ayant pas eu l’occasion de la voir à Rock en Seine à cause d’une arrivée un poil tardive et du passage de Grimes, ce passage à Marseille fut la séance de rattrapage idéale pour constater par nous même le potentiel que l’on lui donne un peu partout.

Avec la techno-pop de Ticky Ticky, l’onirique Disorder et la rnb-esque Without Devotion, Owlle nous propose déjà sur son EP des chansons riches et aux paysages sonores variés. On pense assez rapidement à Glasser, Lykke Li et Bat For Lashes au premier abord avec une touche dance/trip hop 90s, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Et en live, c’est encore mieux ! Cheveux de feux, yeux de glace -finalement le personnage colle très bien à la musique produite- Owlle nous délivre une bonne pop urbaine pleine de synthés/clavier, et même d’un ommichord (harpe électronique des 80s), de haute volée emportée par la voix chaleureuse de France Picoulet, du vrai nom de cet animal nocturne (Owl = Hibou, Chouette en anglais). Les morceaux déjà connus retrouvent une nouvelle vie avec des arrangements bienvenus, rendant le tout plus rythmé, plus électro, mieux introduit et on en découvre également des nouveaux, parfois orientés dance, parfois pop ambiante. Le clair et l’obscur s’assemblent à merveille. France, elle, occupe la scène, tape sur sa grosse caisse et le public majoritairement constitué de couples de fin de vingtaine-trentaine semble réceptif.

Owlle, c’est chouette et on ne peut que confirmer nos soupçons. Artiste à suivre!

Malheureusement on ne peut pas en dire autant pour Lilly Wood & The Prick, la tête d’affiche de la soirée. Autant la première fois que nous avions pu les voir, ça avait bien pris. Les tubes du premier album Hey It’s OK, Down the Drain, My Best, la voix de blueswoman suave de la chanteuse et leur petit univers à eux entre pop, folk et rythmiques dancefloor, classiques, mais entraînantes, n’y étaient pas étrangers.
Mais cette fois ci, c’était une 3ème fois pour nous, et rien n’a vraiment changé à part un album de plus dans les pattes. Les chansons sont toujours jouées plus ou moins telle quelle, le groupe n’apporte aucune réelle plus-value.

En plus le set s’est révélé un peu trop plat. Le public tarde à bouger, les envolées électriques en fin de chanson peinent à pardonner le peu d’énergie du reste sans parler de la chanteuse que l’on a connue bien plus énergique et moins planquée droite derrière son micro. Bref, ça ne bouge pas beaucoup, et musicalement, ils ont clairement perdu leur côté bricolo pop plus fouillé qui avait réussi à nous captiver auparavant.
Il faudra attendre leurs tubes cités précédemment qui finiront le concert pour soulever enfin le public qui m’en pouvait plus de la chaleur du moulin depuis le début. Bref, c’est dommage, on les aimait bien, mais ils n’ont pas su nous reconquérir.

Setlist Lilly Wood & The Prick :
1) Go Slow, 2) Where I Want to Be (California), 3) Let’s Not Pretend, 4) Long Way Back, 5) Middle of the Night, 6) Hopeless Kids, 7) Water Ran, 8) Mistakes, 9) Into Trouble, 10) Joni Mitchell, 11) Guys in Bands, 12) Hey It’s OK, 13) Down The Drain, 14) Le Mas, 1r) Briquet, 2r) Love Song, 3r) My Best.

OwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleOwlleLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The PrickLilly Wood & The Prick

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Passionné de musiques électroniques et synthétiques, il est toujours en quête perpétuelle de sons et de vagues de boucles synthétiques qui l'accompagnera de longues heures. Grand rêveur originaire des Bouches du Rhône (13) voguant à présent dans les îles de France, il cherche à partager ses coups de coeur par tous les moyens possibles.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 10 février 2013
    Clémentine a écrit :

    Superbes photos et article !
    Je suis bien contente de voir que je ne suis pas la seule sceptique et déçue vis à vis de la prestation de Lilly Wood and The Prick.

    Je ne connaissais pas Owlle et j’avoue les avoir écouté d’une oreille distraite lors du concert. Le lendemain, posée, j’ai lancé Deezer et là la magie a opéré et depuis leurs titres passent en boucle !

    Mon article est ici : http://www.frequence-sud.fr/art-17178-le_moulin_a_fait_salle_comble_pour_lilly_wood_and_the_prick__marseille.html

Réagissez à cet article