One Minute Silence – Available in All Colours

par |
Fin des années 90. L'âge d'or de la fusion, un genre musical qui n'en était pas vraiment et qui désignait sous une même étiquette un peu tout et son contraire. Ironie d’un système et de certains médias qui essayaient de regrouper et de classifier sous une même bannière des groupes qui pourtant faisaient tout pour s'affranchir des schémas classiques en mêlant des courants musicaux aussi divers que le rock, le jazz, le hip-hop, le métal, l'electro ou le funk…

omsÀ cette époque où des milliers de groupes à travers le monde aspiraient à devenir les nouveaux Rage Against the Machine, One Minute Silence, une formation anglaise, a bien failli y arriver avec un premier album coup de poing, très proche de la perfection atteinte par RATM et son premier disque éponyme.

Formé sous le nom de Near Death Experience au début des années 90 par Brian Barry au chant accompagné de Chris Ignatiou à la guitare, le groupe changera rapidement de nom pour One Minute Silence et s’adjoindra les services de Glen Diani à la basse et d’ Eddie Stratton derrière les fûts. C’est en 97 que les choses sérieuses commencent avec la signature chez Big Cats Records et la sortie d’ Available in All Colours, un brûlot politique et sonore de 13 titres magistraux. Produit par Machine ( Lamb of God, Clutch ), le résultat est à la hauteur des oreilles les plus exigeantes et réussi la synthèse parfaite entre RATM et Biohazard .

Un flow impeccable, une énergie qui transpire des enceintes, des lignes de basses à tomber par terre et un talent de vocaliste indéniable, le mélange fait mouche dès la première écoute. D’ailleurs même dix ans après, la musique des One Minute Silence n’a pas pris une seule ride et conserve cette impression de fraîcheur jouissive malgré la quantité de groupes nu-métal qui se sont succédés depuis tout ce temps.

Bien sûr la structure des morceaux n’a rien de révolutionnaire et on sent qu’ils sont taillés sur mesure pour le live avec leurs intros faisant monter la pression, les quelques samples bien placés et les changements de rythme arrivant toujours au moment opportun pour relancer la machine.

oms3En 2000, c’est Buy Now… Save later, leur deuxième album qui voit le jour et qui marque le départ de Chris Ignatiou et son remplacement par l’Italien Massimo Fiocco . Un second disque plus métal ( Colin Richardson oblige) mais néanmoins de très bonne facture avec quelques morceaux indispensables ( Holy Man, 1845, Rise and Shine ) et qui les fera tourner aux États-unis en compagnie de Mudwayne . Pourtant malgré un succès critique, la carrière du groupe n’arrive jamais à décoller vraiment et One Minute Silence reste un secret bien gardé hors Royaume-Uni.

La scène était bel et bien le lieu de prédilection du groupe avec des prestations hallucinantes d’énergie et de fureur. Ils avaient développé au fil des dates une relation très forte avec une partie de leur public, ce qui leur a valu un respect et une estime dont peu d’autres groupes peuvent se targuer d’avoir. One Minute Silence avait également formé un pit crew rassemblant les fans les plus motivés et qui étaient chargés à chaque concert de transformer la salle entière en un énorme pogo collectif. Ambiance et hématomes assurés…

Pour les avoir vu, il y a bien longtemps, voler la vedette à Slipknot en assurant leur première partie, ils avaient ce soir-là, réussi à faire passer les 9 masqués pour des gentils ambianceurs. Le magazine Kerrang ne s’était pas trompé en les nommant Best Live Act en 2002.

oms_2En 2003 sortira One lie fits all, un troisième et dernier album marquant une évolution du groupe vers des sons et des structures s’éloignant de plus en plus de leur premier opus pour lorgner vers un métal plus conventionnel et plus soft que par le passé. Le groupe fera savoir quelque mois plus tard qu’il cessait toute activité pour permettre à ses membres de se concentrer sur d’autres projets.

Brian Barry a depuis commencé une carrière solo dans le slam et le Spoken Words, il a également rejoint le groupe Pink Punk avec qui il a enregistré un premier album en 2006. Massimo Fiocco quant à lui vient de poster récemment quelques chansons sur son profil myspace et est à la recherche d’une maison de disque.

Une page Myspace dédiée à One Minute Silence vient de voir le jour et il suffit de lire quelques-uns des nombreux commentaires de fans pour se rendre compte de l’impact qu’a eu ce groupe et de quelle façon il a marqué la plupart de ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin.

Un groupe à découvrir ou redécouvrir au plus vite.

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    baboon666
    le Lundi 9 juin 2008
    baboon666 a écrit :

    Ouaouh les gars. Chapeau ! Après Ephel Duath dont je vous confirme encore que ce sont des dieux (concert il y a 2 semaines en Suisse avec 4 nouvelles chansons sublimes), voici OMS. 200% d’accord avec le texte Pascal, une grande claque pour moi que leur premier concert a la laiterie en 1998, j ‘avais acheté l’album sur place, et merde, quel monument de fusion. Prochains oubliés = Dearly Beheaded ?
    Bon retour du RAR !!!

  2. 2
    Pascal
    le Lundi 9 juin 2008
    Pascal a écrit :

    Dearly Beheaded :) ))
    On devait facile être 10 dans la salle, au Nouma il y a 10 ans. Mais bonne idée de sujet !

    Dommage qu’on ne se soit pas capté au Rock am Ring. Live report à venir. Serais très intéressé d’avoir ta version :)

Réagissez à cet article