Oasis à Bercy

par |
On ne s'attendait pas à un tel retour, et pourtant au mois d'octobre dernier, un nouvel album d'Oasis arrivait dans les bacs. Qui dit album, dit tournée, et c'était excités qu'on s'impatientait de les revoir. Avec un opus qui cartonne et des fans ravis, le concert annoncé à Bercy le trois mars dernier se devait donc d'être exceptionnel...

Bercy – 03.03.09

oasis_copieC’est Glasvegas qui ouvre le bal. Choix un petit peu surprenant de la part du groupe. Certes ils viennent tous du nord du Royaume-Uni, certes ils font du rock, mais l’univers ne colle pas à celui d’ Oasis . Cette bande de jeunes acclamés par tous les magasines du moment ont laissé de marbre le public de Bercy. Riffs répétitifs sans originalité, voix langoureuse et batterie molle, on a l’impression de faire une déprime en direct. Les regards se croisent et beaucoup se demandent quand ça va se terminer. Un set peu convaincant qui ne chauffera que le bout des doigts des mains qui les applaudissent.

Lorsque les lumières se rallument, on ne rigole plus. La fosse devient un terrain propice au jeu du « qui trouvera la meilleure place » et tout le monde pousse un petit peu plus pour pouvoir gagner quelques centimètres vers la scène. Puis, comme venue de nulle part, l’obscurité envahit la salle. Nous sommes sur le point de voir un des groupes les plus acclamés de leur temps, des légendes vivantes – quoi qu’on en dise – qu’on ne pensait plus capables de jouer ensemble. C’est sur la célèbre instrumentale de Fuckin’ In The Bushes que le groupe arrive, visiblement heureux d’être là ce soir. Mais malheureusement, tout ne se déroulera pas comme prévu cette fois-ci. Une série d’incidents va venir troubler le concert et attiser les rancoeurs.

Première chanson, premier problème : on se demande pourquoi le groupe termine avec un larsen effrayant qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Mais en véritables professionnels, Oasis continue sur sa lancée avec la très psychédélique To be where there’s life du dernier album Dig Out Your Soul . Lorsque le son de la musique se décale par rapport au chant, on se dit alors qu’il doit vraiment y avoir un souci… Effectivement, le groupe s’arrête de jouer soudainement, en expliquant qu’il y a quelques problèmes techniques. S’ensuit un long, un très long moment d’attente pour les musiciens qui se retrouvent silencieux, incapables de jouer face à un public mécontent et qui commence à siffler. Sous les huées, Oasis décide de quitter la scène pour laisser les techniciens « tenter » de reprendre le contrôle de la situation. Les lumières se rallument, en cinq minutes le problème est réglé, mais la magie du concert est rompue.

Lorsque le groupe revient, Liam et Noël ont l’air plus désolé qu’autre chose et s’excusent pour l’attente causée. Le concert reprend, mais il va de nouveau s’arrêter bien vite… C’est sur Slide away que survient le deuxième gros problème de la soirée. Même pas une minute après le début de la chanson, le son se coupe complètement, Liam continue de chanter sur une instrumentale de fond, mais on n’entend pas une seule de ses vocalises. Les fans prennent alors le relais et chantent les paroles à sa place. Et une fois de plus, tout s’arrête, son, lumière, tout. Le public est au bord de l’hystérie, mais ne siffle plus le groupe et décide de l’acclamer pour l’encourager.

oasis2_copieSeulement voilà, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour Oasis . Liam énervé, lance un piquant « Encore une chanson, et je me casse d’ici », et Noël d’enchaîner «  Est-ce qu’on va nous laisser terminer nos chansons ce soir ? ». Attitude compromettante, mais complètement compréhensible. Pourquoi une salle réputée telle que Bercy, qui accueille les plus grands, d’ AC/DC à Madonna, se décrédibilise-t-elle avec des incidents aussi stupides ? La fin des grandes salles s’annonce-t-elle petit à petit ? Si celles-ci ne sont pas capables de faire une balance correctement et d’être au point sur ce qu’elles sont censées savoir faire, c’est-à-dire des concerts et du divertissement, les artistes vont indéniablement préférer les petites salles à ces géants incompétents. Pourquoi ne pas revenir aux sources, du temps où des chanteurs comme Charles Aznavour ou Édith Piaf s’installaient à l’Olympia pour une semaine et rassemblaient tout autant de spectateurs, mais dans une optique beaucoup plus conviviale ?

Le concert se poursuivra sans aucune autre ombre au tableau, mais l’ambiance ce soir-là ne sera pas vraiment au rendez-vous. Et pour cause, le groupe était dans le stress permanent qu’un autre incident technique arrive et les fans, inquiets à l’idée que Liam puisse quitter la scène à tout moment, était trop calme pour le public de Bercy. Noël demandera même une série d’applaudissements pour leur donner un peu d’énergie. Avec Wonderwall, Cigarettes and Alcohol, Lyla ou bien Champagne Supernova, Oasis réussira à faire bouger les foules, mais pas à les transcender comme on l’attendait. Contre toute attente, ils reviendront bien pour un rappel – la meilleure partie du concert – avec notamment, une très belle version de Don’t Look back In Anger semi-acoustique.

Les membres d’ Oasis quittent la scène après avoir donné le maximum, ils ont l’air exténué, mais remercient malgré tout la patience et la générosité du public. Les fans déçus, ne protestent même pas quand les lumières se rallument et vident Bercy petit à petit, contents mais également écoeurés à l’idée d’avoir comme « raté » un concert qui s’annonçait superbe.

Crédits photo : Julien (http://www.flickr.com/photos/spidey-man/)

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : J'aime le Rock, le vrai, pas le trop bruyant ni le trop mou, des Brian Jonestown Massacre aux Yeah Yeah Yeah's en passant par Marilyn Manson ou NIN. Je passe une grande partie de mon temps dans la pénombre des salles de concert pour essayer inconsciemment de découvrir The Next Big Hit !

23 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 9 mars 2009
    Boris a écrit :

    Effectivement, c’est pas marrant quand on est coupé en plein concert, ni pour le public, ni pour le groupe… Et puis avec les moyens techniques de Bercy, c’est inadmissible d’avoir de tels problèmes ! Remboursés, remboursés !!!

  2. 2
    le Mardi 10 mars 2009
    Dahlia a écrit :

    « c’est pas marrant quand on est coupé en plein concert »

    J’ai souvenir de la date de NIN au Zénith en juin 2005, avec une coupe en plein milieu de Something I can never have, j’ai cru que Trent allait casser la matos et nous planter dans la foulée tiens :D

  3. 3
    VIOLHAINE
    le Mardi 10 mars 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Juin 2005… Je me rappelle System à Lyon, où le concert a été arrêté juste à la 2ème chanson parce que les gonzes de devant foutaient le boxon…
    Ils sont sortis de scène vener, là aussi on s’est demandé s’ils allaient revenir…
    Ils sont revenus, mais ils ont repris le morceau pile où ils l’avaient arrêté, et l’alchimie était un peu rompue…
    Quand j’y repense, c’était violent ce concert !

  4. 4
    Stedim
    le Mardi 10 mars 2009
    Stedim a écrit :

    Et c’est là qu’on prend vraiment la mesure de l’importance d’une bonne équipe technique globale (qui contrôle le matos en amont, fait face en direct et check tout en aval). Ces cadors qui encadrent les artistes dans l’ombre sont trop peu souvent reconnus à leur juste valeur.

    Bref.

    Mais ces incidents sont-ils légions pour ainsi remettre en question l’existence des grandes salles de concert ? Je questionne même si, moi-aussi, je préfèrerais des séries de concert dans des lieux plus « humains » (business is business).

  5. 5
    le Mardi 10 mars 2009
    Clara a écrit :

    Voilà, tu réponds toi même à la question. Tu préfèrerais « des lieux plus humains » et je suis totalement d’accord avec toi. Oasis n’a besoin de Bercy que pour rassembler sa foule de fan, la scène était toute petite et ils ne bougeaient que très peu – pas vraiment besoin d’une salle comme ça. J’ai envie de demander, pourquoi ne sont-ils pas retournés au Bataclan pour leur tournée? Comme tu dis « business is business » et là on peut pas rivaliser.

    Je remets en question l’existence des grandes salles car à mon avis, on a pas besoin d’elles. Oui c’est super pratique pour les gros show à l’américaine, mais on aurait certainement préféré deux dates dans une plus petite salle qu’une seule à Bercy.

    :p

  6. 6
    Stedim
    le Mardi 10 mars 2009
    Stedim a écrit :

    On est donc d’accord sur bien des points. C’est agréable. ;)

    Effectivement, on ne rivalise pas avec le business. Il faudrait que ça vienne des artistes pour commencer.

    Mon regret sera donc qu’on ne peut décemment pas annoncer la fin des grandes salles juste sur une série d’incidents car il y a fort à parier que, en prenant du recul, sur la globalité, ces foutues grandes salles sont sacrément fiables. Faut trouver autre chose. Mais quoi ?

  7. 7
    le Mardi 10 mars 2009
    Clara a écrit :

    Non ce n’est peut-être pas encore la fin, mais ça ne peut pas être la fin si personne ne le dit !! :)

    On doit être 80% des gens à préférer les concerts dans les petites salles, mais le fait est que ces grands là ont le monopole et qu’à moins d’une révolution, d’un boycott ou d’incidents à répétition on risque fort de continuer à aller voir Manson et Beyoncé à Bercy.
    Manson à la maroquinerie…. ça le ferait non??!!! :D

  8. 8
    le Mardi 10 mars 2009
    Julia a écrit :

    La tendance va vers les grandes salles, il n’y a qu’à voir la multiplication des Zénith un peu partout en France…

    Mais il faut voir aussi que la foule qui va rester sur le carreau parcequ’elle n’ont pas réussi à avoir de place pour Marilyn Manson à la Maroquinerie risque de râler :)

  9. 9
    le Mardi 10 mars 2009
    Clara a écrit :

    Oui c’est clair Julia. Et c’est une super opportunité pour les villes moyennes d’avoir des Zénith, mais on revient au point de départ… Une bonne équipe technique est vraiment indispensable sinon c’est pas 1000 personnes qui sont sur le carreau c’est 10 000 :)

  10. 10
    Philippe Barbosa
    le Mardi 10 mars 2009
    PhiL a écrit :

    Ca le ferait, mais pour qu’un grand groupe joue dans une petite salle, il faut qu’il y ai peu de spectateurs. Faire plusieurs dates, oui mais le dit « grand concert » ou « grand retour » (puisque c’est tendance en ce moment..) perd un peu de sa superbe. On préfère voir une seul fois un groupe plutôt que de voir un concert en se disant que la veille ou le lendemain, il aurait mieux joué.
    Tout est…business. P.t.. quoi, ce mot reviens tout le temps, c »est triste :(

  11. 11
    Pascal
    le Mardi 10 mars 2009
    Pascal a écrit :

    Je reste persuadé que des salles de la taille de Bercy restent légitimes, tant que le show proposé est en adéquation. Un gros show à la Maiden, AC/DC, NIN (sytle Lights in the Sky tour) a largement sa place dans ce type d’arêne et peut être terriblement excitant à vivre…

    Mais il y clairement un problême avec cette salle indigne d’une ville comme Paris. La faute à un son désatreux qui aura ruiné le concert d’AC/DC il y a 10 jours et qui a de quoi attiser la frustration des milliers de spectateurs qui entre l’hebergement, les transports et le billet ont souvent laissé quelques centaines d’euros pour 90 minutes de plaisir gâché, sans compter toute l’attente et les espoirs suscités dès l’achat du billet, souvent de longs mois à l’avance…

    Pour ce qui est d’une résidence dans des salles moyennes, ce serait une excellente idée. Mais je suppose que c’est moins rentable de louer 3 soirs successifs le Zenith qu’une fois Bercy. Sans parler du marché noir qui se développerait encore plus…

  12. 12
    Stedim
    le Mardi 10 mars 2009
    Stedim a écrit :

    … et du fait que les tournées seraient bien plus longues pour les artistes donc plus dures à vivre et moins rentables sur la durée.

    Concernant le marché noir, on aura bientôt nos billets d’avion/cartes d’embarquement sur nos mobiles. Quid de la place de concert à l’identique ? :)

  13. 13
    le Mardi 10 mars 2009
    Julia a écrit :

    C’est déjà possible il me semble, via digitick ?

  14. 14
    le Mardi 10 mars 2009
    Clem a écrit :

    « Pourquoi ne pas revenir aux sources, du temps où des chanteurs comme Charles Aznavour ou Édith Piaf s’installaient à l’Olympia pour une semaine et rassemblaient tout autant de spectateurs, mais dans une optique beaucoup plus conviviale ? »

    Pas compliqué : Oasis est en tournée Européene ,et ils ont autre chose à faire que de passer 7 jours dans une petit salle.

  15. 15
    le Mardi 10 mars 2009
    Clara a écrit :

    C’était une métaphore Clem, je me doute bien qu’Oasis ne va pas jouer pendant sept jours d’affilée.

    Je rejoins totalement Pascal et le fait qu’un concert de ce type ruine complètement l’attente des fans. Deux jeunes hommes étaient à côté de moi pendant le concert et avaient fait 400km pour venir sur Paris et étaient complètement dégoutés. De quoi vraiment repousser les gens à faire tout ce processus achat place+déplacement+hotel

  16. 16
    le Mercredi 11 mars 2009
    Louis a écrit :

    Je vous trouve un peu dur. Certes ces problèmes ont été un peu frustrants (enfin surtout pour To Be Where There’s Life, l’enchainement des chansons passait tellement bien que la rupture en a été très brutale), mais ces problèmes ont été très vite réglés.
    Personnellement, j’ai fait plus de 700 km pour venir, ce n’est pas pour autant que j’en ai été dégoûté. Au contraire, j’ai vraiment apprécié ce concert.
    Il est évident que ce genre de problème est désagréable, mais je trouve qu’on râle beaucoup et que les réactions sont parfois un peu exagérées. Je ne parle pas forcément pour ici, mais j’ai lu des articles qui hurlaient au scandale, enfin bref, faut pas déconner non plus.

  17. 17
    le Mercredi 11 mars 2009
    Joaquim a écrit :

    Étrange comme une coupure ponctuelle (pas si fréquent que ça, même si tout le monde en a vécu une) fait monter au créneau alors qu’un son pourri pendant tout un concert (systématique à Bercy, Tony Garnier, Summum,…) passe comme une lettre à la poste.
    Je suis bien plus énervé contre les ingés son qui règlent les potards dans le hall de gare du jour de la même manière que pour la patinoire de la veille. Mais allez savoir, peut être que le fond du problème c’est d’organiser des concerts dans des lieux qui sont fait pour des grand prix de tennis et des compétitions de moto cross…

  18. 18
    le Jeudi 12 mars 2009
    Clara a écrit :

    Ton avis est intéressant Louis et ça fait plaisir de voir que le concert a tout de même plût à la majorité des gens.
    Le but de cet article et de tous ces commentaires est je pense, d’éviter que ce genre d’incidents ne soient trop « habituels », qu’ils deviennent « normaux »…et que l’on associe systématiquement Bercy à un son pourri et à des concerts ratés…

  19. 19
    le Jeudi 12 mars 2009
    Louis a écrit :

    Oui, même si je dois reconnaître que je suis quand même très fan d’Oasis, et que habitant aussi loin de Paris, j’ai très peu l’expérience des concerts à Bercy.
    Même si pour moi ces problèmes n’ont pas « gâché » la soirée, il reste normal qu’on s’en plaigne (et surtout la première, qui a relativement bien cassé l’ambiance, alors que le seconde, le public a continué Slide Away). Il est certain que c’est anormal, et c’est d’autant plus grave lorsque cela se produit devant autant de personnes.
    Je tenais simplement à souligner (et je le répète, pas ici, mais sur certains articles web) certaines réactions démesurées, à en lire certains, on croirait que la coupure a duré des dizaines de minutes, alors que ce n’a pas été le cas.
    Mais il est normal, je le répète, de se plaindre et de s’attendre à ne pas avoir de problèmes de cette nature dans une salle aussi importante et grande que Bercy, et je comprends tout à fait les réactions.
    Si je disais tout ça aussi, c’est parce que certains (encore une fois, pas ici) mentionnaient uniquement cet aspect du concert dans leur critique, alors que bien qu’il y ait eu des coupures, le show était quand même très bon (du moins, pour ma part, j’ai grandement apprécié la prestation d’Oasis ce soir là).

    Bref, beaucoup de blabla de ma part, en tout cas ça fait plaisir de voir des réactions construites et intelligentes, ce n’est pas le cas partout.

  20. 20
    le Dimanche 15 mars 2009
    Woljaj a écrit :

    Personnellement j’ai adoré le concert, malgré les problèmes techniques. C’est effectivement frustrant d’être interrompu en pleine chanson, et cela peut etre vu comme inadmissible de la part d’un complexe tel que Bercy mais… qui n’a pas rêvé de pouvoir un jour chanter sur Wonderwall, Don’t Look Back In Anger ou même Morning Glory en live? Pour moi, la magie était là, même si on aurait préféré que Liam dise quelques mots à la fin au lieu de rester immobile sous sa capuche d’anorak pendant la dernière chanson… :)

  21. 21
    le Dimanche 15 mars 2009
    Clara a écrit :

    Oui c’est bien parce qu’on aime Oasis qu’on « accepte ». Moi aussi j’ai chanté sur Wonderwall mais malgré tout, j’ai trouvé que l’ambiance avait vraiment été cassée. Les chansons n’ont pas eu les dimensions qu’elles auraient dû avoir..et c’est dommage…

  22. 22
    le Mercredi 18 mars 2009
    Alexandre a écrit :

    Moi aussi j’y étais!!!! Un rêve! Un peu gâché par la technique, mais le groupe m’a vraiment séduit, je m’attendais à voir Liam être détestable, au lieu de ça il était plutôt en stress, ce qui prouve qu’il voulait bien faire.

    En bref, j’attendais avec impatience ce concert, il est passé vraiment trop vite. Les problémes techniques ont découpés le concert, c’est dommage, mais mon rêve d’entendre Wonderwall, Dont look back in anger, morning glory et autres chansons que j’écoutais et que j’écouterais avec encore plus d’émotion a été réalisé.J’ai pu chanté, m’acheté un Tshirt OASIS, alors tout vas bien!!!!

    VIVE OASIS

    PS: Glasvegas…horrible, lent, monotone, la batterie digne d’un enfant de 10ans :(

  23. 23
    le Lundi 13 avril 2009
    Bastien a écrit :

    Pour répondre à ceux qui disent que l’ambiance n’y était pas, je sais pas ou vous étiez mais j’etait en plein milieu de la fosse pas tres loin de la scene et la l’ambiance y était…

    Pas mal de gens chantaient sur la plupart des chansons et c’était magique quand je me suis mi a « geuler » les paroles de Slide Away avec 3 mecs a coté de moi pendant la coupure..

    Bref j’ai adoré le concert malgré les problemes techniques ! (par contre c’est vrai qu’au niveau par exemple des applaudissement c’etait super euh.. »mou » tout ca!)

Réagissez à cet article