Oai Star – Manifesta

par |
2008 aurait dû être l'année du quatrième opus du Oai Star, la branche agitée du Massilia Sound System. Malheureusement, la mort de Lux Botté est venue chambouler les plans oaistaristes marseillais, mais un jeune DJ suédois nommé Dubmood a débarqué sur la Canebière pour prendre le relais, aux côtés de l'emblématique Gari Greu au chant. Fin 2009, le tant attendu Manifesta est enfin dévoilé.

l_bfe3678da3d0447f9681f51d447f54d7Un premier album ragga, un deuxième plus punk, puis un troisième très rock’n'roll. Forcément on pouvait se poser quelques questions sur le projet musical de cette quatrième galette. L’arrivée d’un second DJ nous donnait de sérieux indices sur le tournant amorcé par le groupe marseillais, et ce virage serait électronique. Alors collègues marseillais, le Oai Star serait donc devenu clubbing ?

Fausse route. Et sur toute la ligne chourmo ! Le Oai Star réussit au contraire un coup de maître dans le microcosme phocéen. L’art de maîtriser l’univers si difficile de la fusion, souvent vue et revue, essoufflée et remixée sans cesse. Se renouveler musicalement, conserver avant tout le même état d’esprit dans le oai et la fête, et enfin assurer une chaude soirée dans la fosse : le défi est relevé.

Cette vague électronique vient de l’entente des deux DJ’s, Kayalik et Dubmood . L’un sévit au coeur du Massilia Soud System depuis plus de 20 ans, l’autre est spécialisé dans la «  chip music », c’est-à-dire des sons 8 bits produits par de vieilles Game Boy et d’anciens Atari…

La bande à Gari nous balance donc 14 titres, pas moins, pour nous permettre de passer l’hiver sans se découvrir d’un fil. Lux B est certes parti, mais le Oai Star est toujours vivant ! Au-delà de la complicité et de l’amitié, on sent toute l’envie de se faire plaisir en explorant de nouveaux horizons musicaux : une introduction des plus calmes avec le berçant Sème ton chanvre paysan, mais qui s’estompe rapidement dans les puissants sets à la limite du punk/électro. À l’image de Balético atomico, «  à la santé des allumés, à la santé des culs terreux !! C’est eux qui mettent le souk et le feu, ils pètent les plombs et dansent encore le matin !! », ou encore de Fire avec la brûlante Candice d’ Eths .

L’intensité, maître mot de l’album, ne baisse pas d’un poil. Du rock, oui, mais aussi de l’électro comme sur le très réussi Je veux faire brûler la mer. Force, hargne, poigne, «  si l’argent ne fait pas le bonheur, alors rendez nous le ! », puis sur Antifestif, concocté avec des bruitages à la sauce Mario et ses «  vos fêtes m’emmerdent, je préfère les manifs ! ».

oaistar-presse31Entre les guitares et les platines, il y a toujours la tchatche et cette déconne légendaire. Are you from Mars ? retrace le parcours de Madonna en version marseillaise, comme vous ne l’avez jamais vu : «  cette fadade s’est faite plaquer par son mec et en est à son cinquième pastaga. » Pourquoi me direz-vous ? «  À cause de l’aioli. Et oui, elle avait oublié les pastilles à la menthe ! ».

Chéri(e), avec Claude Sicre des Fabulous Trobadors, vaut lui aussi son pesant d’or. Samples et guitare sèche vous feront entonner «  chérie, faut faire la vaisselle, chérie, c’est ton tour aujourd’hui ! » n’hésitant pas à tourner en dérision le machisme des hommes et leur goût prononcé pour certaines tâches ménagères.

Sans tomber dans l’excès ni la provocation, le Oai Star n’a pas oublié ses revendications comme à travers La vie qu’on mène «  enrichis bien ton patron, un jour il te le rendra ! On bosse pour des clous, on ne la ramène pas. », ou l’excellent Feignant et Gourmand (probablement un des meilleurs morceaux de Manifesta ), très proche de ce que faisait Massilia Sound System il y a quelques années «  aujourd’hui chacun parle de politique, je ne m’en mêle pas je n’y comprends rien. mais le premier devoir de la République devrait être de nourrir ce qui n’ont rien ! ».

Impossible enfin de passer à côté des petites prouesses électroniques à travers cet album très hétéroclite : des battles à coup de Metroid Fusion viennent donner des Saturé Nights Part I et II décapants, tout comme l’incontournable Fonky Plomberie «  allo ailleurs, ici Marseille, ville du oai et du soleil ! ».

Tout. Oai Star aura fait tout ce qu’il savait faire jusqu’à présent, et même beaucoup plus en dépassant ses propres limites. 14 morceaux variés, épatants, mélangeant le rock, le punk, le reggae, et surtout l’électro. Ce style particulier, la « chip music », donne une identité à part entière à cet album. Il est ici le véritable tournant, pas ailleurs. Lux B n’est d’ailleurs jamais réellement parti. Lui qui rêvait un jour de proposer à Marseille une version encore plus décalée du Massilia, aurait été comblé. Car au fond, on le sait tous, ce Manifesta pourtant différent n’a pas perdu une miette de ses valeurs : s’éclater, partager, faire bouger les gens et mettre le oai, tout en faisant intervenir les collègues à travers de nombreux featurings ( Moussu T et Papet J du Massilia, Claude Sicre des Fabulous, et Candice d’ Eths ).

Incorrigible décidément le Oai Star . Un album ainsi dédié à Lux Botté de la plus belle des manières.

Partager !

En savoir +

Album : Manifesta
Pistes :
14 titres
Durée :
51 minutes
Sortie :
21 Septembre 2009
Label :
Roker Promocion
Site officiel : www.oaistar.fr
Myspace : http://www.myspace.com/oaistar

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 1 février 2010
    Anne a écrit :

    Un nouveau tournant réussit pour le Oai Star, conquis dés la première écoute, on l’est d’autant plus quand se retrouve dans la fournaise de leur concert! Quelle intensité, Le Oai star envoie le bois rien à redire la dessus! Pas de baisse de régime ça boulègue du début à la fin. Un bel hommage à Lux Botté est fait aussi pendant le concert.
    Bref le Oai star nous régale!
    Aioliiiiiii :o )

Réagissez à cet article