Festival de la Meuh Folle, Jour 2 : Oai Star met le feu au Capra | Alès (27.03.2010)

par |
00h30, le Oai Star s’active pour clôturer l’énorme 7e édition du Festival de la Meuh Folle à Alès. Sur fond de victoire de l’OM en Coupe de la Ligue, les marseillais avec Gari Greu en tête ont mis les bouchées doubles pour savourer comme il se doit cette longue nuit en perspective…

Image de Le premier soir de La Meuh Folle avait subit un véritable raz-de-marée au Parc des Expos d’Alès pour assister à Beat Torrent, Pony Pony Run Run, Oldelaf et A Million Little avec près de 1 800 personnes. Ce deuxième et dernier soir n’a pas fait exception : 2 100 festivaliers s’étaient encore déplacés pour voir Le Comptoir des Fous, Kaophonic Tribu, Danakil, et bien entendu Oai Star. Le constat est implacable en tous points : le festival de La Meuh Folle, d’année en année, gagne en maturité, en reconnaissance et en affluence.

Avec une foule bougée par la transe de Kaophonic Tribu puis mise sous l’hypnose du reggae de Danakil, l’apothéose attendue sur Oai Star ne s’est pas faite prier. Kayalik et Dubmood aux platines, Buzz à la guitare, Al Bator à la batterie et Gari Greu toujours au chant, tous les ingrédients sont enfin rassemblés pour faire un véritable festin.

La salle plongée dans le noir, l’ouverture du set commence avec l’introduction très électronique des deux Dj’s seuls aux platines, avec Saturé Nights Part I. De quoi poser les bases d’un concert qui annonce du bruit, de la fumée et de la sueur.

Chose qui va rapidement prendre forme avec le retour aux racines rock’n’roll des Poètes du Tiroir « je ne fais pas de gonflette, le sport je trouve ça niais ! Sûr que dans les magazines y’en a pas deux comme moi ! ». La machine est lancée, l’intensité conditionnée pour monter en puissance au fil des morceaux : Baléti Atomico enchaîne avec un punk/électro aiguisé et un Gari surboosté ! « A la santé des fatigués et des valeureux, à la santé des frits confits ! », allez chourmo, fais bouger ton tafanari ! Je Veux Faire Brûler La Mer nous amène un petit bout de Marseille avec le bruit des vagues et de la Méditerranée pour pousser la foule « à faire la guerre aux puissants ».

Le rock à la limite de la fusion, le public adhère et répond instantanément à ses invitations à la fête ! Feignant et Gourmand, proche du ragga’muffin du Massilia Sound System enchante La Meuh à coups de samples et fait jumper la foule de la scène jusqu’au fin fond du Parc des Expos… Le tempo ne régresse pas avec Le Destructeur d’Horodateurs à la sauce déjantée des Ramones « à coup de batte de base-ball ! » pour voir le tout premier répit du set se profiler avec l’ultra connu Quand j’étais Minot « moi quand j’étais petit, je mentais tout le temps ! Maintenant j’ai grandi… et je suis Président ! », petite dédicace, encore 2 ans…

Oai Star ne chôme pas, finit la déconne, il y a une salle à maintenir surchauffée ! Retour aux platines avec une électro piochée dans des bruitages de Mario ou de Métroid Fusion sur Fonky Plomberie qui tombe à pic « allo ailleurs, ici Marseille ! Ville du oai et du soleil ». Nouveau clin d’œil à l’OM histoire d’attiser les supporters présents ce soir… Voyager Intelligent est violemment remixé en version démentielle, les festivaliers peuvent récupérer leur souffle durant une poignée de secondes : Chérie (« faut faire la vaisselle ») pointe le bout de son nez et le Oai Star fait un traditionnel battle de bruit entre les filles et les machos… garçons !

Lessivé et usé, la fougue du Oai Star commence à laisser des traces dans le public qui décide de ne pas lâcher l’affaire. Grave erreur car les morceaux les plus virulents déboulent sans crier gare : La Vie Qu’on Mène résolument électro sonne la révolte « dites moi jusqu’à quand subiront-nous le mépris, celui des pseudos grands et celui de leurs amis… ils pensent être des géants, en fait ils sont tout petits ! », mais se succède le fracassant Comme un Fumigène : la sécurité qui avait du mal à contenir les fumeurs se laissera complètement dépasser par les fumigènes brandis et allumés dans le Parc des Expos même !

Image de Après plus d’une heure de folie, on pensait voir la fin du concert arriver avec le « J’ai vu les Oai Star c’était vraiment pas bon ! Le beat, la guitare et les voix sont bidons ! », mais une fois encore le groupe puise dans ses ressources pour infliger une nouvelle claque au public toujours debout… Terrible déflagration sur le mythique Oai du Massilia repris avec des arrangements oaistaristes qui fait asseoir l’intégralité de la foule à même le sol pour la faire se lever comme un seul homme !

La voix enregistrée de Lux Botté, fondateur et ancien membre du groupe décédé en 2008, laissa place à une émotion généralisée… Sur Saturé Nights Part II, des couplets de Lux B sont passés et remixés, où toutes les mains sont pointées vers le ciel en hommage ! The Ballade of Lux B et Gari vient rapporter de la bonne humeur et du rock’n’roll « Dis Lux B, comment fais-tu pour boire autant de bières et jamais tomber en avant ? Je penche en arrière ! »… « Dis Lux B, qu’est ce qu’on fait si un jour on croise dans un festival Mickey 3d ? On est les Oai Star et on l’emmerde ! ».

La fin approche, il va bien falloir s’y préparer. Jolie impro avec un refrain entêtant « danse avec les minots ! » qui se transforme en introduction d’Antifestif et ses « vos fêtes m’emmerdent, je préfère les manifs ! », ainsi que les ultimes pogos avant le rappel… Derniers coups de buttoirs, dernières sueurs, un immense Fire vient faire exploser la soirée pour finir sur un note country avec And I Smoke … marijuana every day !

Plus qu’un show, c’est un véritable récital que le Oai Star a proposé à Alès pour La Meuh Folle. Pourtant présent régulièrement sur les terres cévenoles, le Oai Star n’a pas failli d’un fil et a une nouvelle fois comblé un public venu nombreux et plus que jamais fidèle.

Boulègue collègue !

Set list : Saturé night part 1, Les poètes du tiroir, Balético atomico, Je veux faire brûler la mer, Feignant & gourmand, Le destructeur d’horodateurs, Quand j’étais minot, Fonkye plomberie, Voyager intelligent, Chérie, La vie qu’on mène, Comme un fumigène, Le beat, la guitare et les voix, Lo oai, Saturé night part 2, The ballad of Lux B et G, Danse avec les minots, Antifestif, [Rappel], Fire, And i smoke.

Festival La Meuh Folle à Alès (Gard), Parc des Expositions, Samedi 27 Mars 2010.

En savoir +

Festival La Meuh Folle : http://www.meuhfolle.com/
Myspace Oai Star : http://www.myspace.com/oaistar

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 6 avril 2010
    Diapo a écrit :

    7ème édition…déjà..

    ça fait un bail…l’année où ns avions jonglé avec le théatre des illusions pour la première édition pendant les inter-scènes!!

    C’est qu’il grandit peu à peu ce festoch’!!

    Bel Dimi pour l’article, je reconnais bien là ton incontournable attachement pour la massilia attitude.

    La Bise vieux.

    See Ya en el Sur.

Réagissez à cet article