No Rest for The Brave

par Stedim|

No Rest 4 The Brave est une nouvelle bombe de Stoner Rock, résultat d’une association de terribles zicos assoiffés d’adrénaline.

Faites simple : Ecoutez et placez-vous dans leur sillage ! Selon Desert-Rock, les flamboyants gardiens du Stoner dans nos contrées :  » A suivre toutes voiles dehors, ce quatuor français a déjà largué les amarres… »

Leur Myspace: http://www.myspace.com/nr4tb et la [chronique de leur EP->531].

Partager !

5 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Yves Tradoff
    le Mardi 13 mai 2008
    Yves a écrit :

    Un peu trop « carré »

  2. 2
    le Mardi 13 mai 2008
    Pascal a écrit :

    Grand fan de Monster Magnet et des QOTSA, n’ayant jamais accroché a Kyuss, j’aime beaucoup ce titre. La voix aurait pu être un peu plus en avant. Le refrain est assez imaparable.

    Un peu plus groovy ? Ouais pourquoi pas…
    Mais ça doit vraiment être bon sur scène !!! Va falloir venir faire un tour dans l’Est les amis…

  3. 3
    le Samedi 17 mai 2008
    Emma a écrit :

    Effectivement, ça fait assez penser à du QOTSA, mais la copie ne vaut pas l’original. Ca se laisse gentiment écouter, j’ai préféré le tout début, avant la guitare saturée qui fait basculer le morceau dans le banal à mon sens.

  4. 4
    Stedim
    le Samedi 17 mai 2008
    Stedim a écrit :

    Pour ma part, bien sûr, c’est sans modération et sans objectivité puisque ce sont des potes. Mais n’ayant jamais écouté QOTSA autrement que via quelques rares diffusions radio de singles par ci par là, c’est bien via NR4TB que j’ai découvert le Stoner Rock.

    Et je kiffamore cette énergie directe !

  5. 5
    le Samedi 17 mai 2008
    kyra a écrit :

    Pâle copie ou pas de QOTSA, on s’en fout. NR4TB c’est une identité à part entière. Et c’est sûrement pas sur un putain de titre ( même si c’est mon préféré, en l’occurrence, mais j’ai déjà donné mon avis dans la kro de l’EP donc je n’irai pas par 4 chemins) qu’on peut se faire une idée et encore moins juger l’univers du groupe. De toute façon ma chronique ne vaut rien ou pas grand-chose puisque dénuée de cette fièvre qu’une session live nous inocule, forcément. Stedim, je compte sur toi pour nous livrer tes impressions dès que tu auras vu le groupe sur scène. L’émotion est subjective par définition. Le reste, c’est dans les coulisses que ça se passe ;) Cheers.

Réagissez à cet article