Nine Inch Nails – Beside you in time

par |
Alors que NIN est en pleine tournée mondiale, et à un mois de la sortie de "Year Zero", le nouvel album, voici que nous arrive ce vingt deuxième halo et troisième live pour le plus culte des groupes cultes.

Nine inch nails IS Trent Reznor

ninBon d’accord, NIN n’est pas à proprement parler un groupe.  » Nine inch nails IS Trent Reznor « , son charismatique et talentueux chanteur/producteur/instrumentaliste/compositeur. Mystérieux, torturé, complexe, à l’image de sa musique, il est reconnu pour être un perfectionniste notoire et maladif. Figure emblématique de la scène alternative US, Trent Reznor s’est forgé au cours des vingt dernières années une telle aura qu’il en est presque devenu intouchable. Aura qui culmina lors du Fragility 2.0 Tour (2000), pour beaucoup l’apothéose de la carrière de NIN, immortalisée sur le double DVD live And all that could have been .

Cela n’a pas empêché certaines voix parmi les aficionados de la première heure de s’élever pour fustiger With teeth (2005) son dernier album en date. Une hérésie dans ce petit microcosme entièrement voué au culte Reznorien depuis de longues années. On en est même venu à accuser Trent de ne plus être inspiré et à lui conseiller de se remettre à la drogue dans les plus brefs délais.

Bref, cela blasphémait sévère dans les milieux autorisés. Tout cela en vain, car With teeth est, et restera, une pièce maîtresse de la discographie de NIN . Un opus retraçant en partie le combat de Reznor contre ses addictions et ses démons personnels. D’ailleurs depuis qu’il a stoppé net alcool et drogues en tous genres, les tournées se multiplient et les albums s’enchaînent. Ça en ferait presque trop pour nos petites oreilles peu habituées à une telle abondance…..

Un live de plus ?

C’est ce que je m’étais dit à l’annonce de la sortie de ce DVD, alors que le très attendu Year Zero est annoncé pour mi-avril. Mais les quelques secondes du teaser qui a commencé à circuler à la fin de l’année dernière auront suffi à enflammer les ardeurs des plus sceptiques. Le résultat allait être énorme.

D’un minimalisme étudié, Beside you in time est un peu l’antithèse de And all that could have been . Un simple digipack, un unique DVD, un livret d’une seule page, aucune setlist et le nom du groupe à peine visible. La partie principale de la galette a été enregistrée lors de deux dates du North American Winter Arena Tour 2006 . Tournée qui les aura vu sillonner les États-Unis en compagnie notamment des Queens of the Stone Age .

Et c’est devant nos petits yeux écarquillés par la superbe réalisation de ce DVD, que Reznor et son groupe nous livrent un show tout simplement magnifique. Écrans géants, light-show impeccable et prestation parfaite. Les angles de vues vous donneront tour à tour l’impression d’être sur la scène, dans la fosse, dans les gradins et même de voir la scène à travers le portable d’un des spectateurs. Alors certes Beside you in Time n’a ni la brutalité d’un Closure, ni l’intensité froide d’un And all that could have been . Et heureusement, car cela n’aurait eu aucun intérêt.

Plus rock, plus sobre que par le passé, dix-neuf titres superbement interprétés par une formation renouvelée. Si Jeordie White à la basse ( Marilyn Manson, A Perfect Circle ) est comme a son habitude quasiment transparent, cela est compensé par un Aaron North surexcité courant et gesticulant dans tous les sens. Alessandro Cortini est plutôt drôle lorsqu’il saute à pieds joints sur son synthé et Josh Freese qui remplace Jerome Dillon derrière les fûts, est une vraie machine à faire du copeau.

Avec près de la moitié des chansons issues de With teeth, Reznor prouve à tous ses détracteurs la puissance scénique de titres comme Only, Love is not enough, Beside you in time, The hand that feed ou du très poignant Right where it belongs sublimé par les images de Rob Sheridan . Les classiques ne sont pas oubliés avec le grandiose Hurt, la plus belle chanson jamais écrite, ainsi que des versions incendiaires de March of the Pigs, Gave Up, Whish, Head like a Hole et du terrifiant Eraser .

Au niveau des bonus, on ne peut pas parler d’opulence. Quelques titres extraits du North American Amphitheatre Summer tour 2006, à la réalisation un peu bâclée et qui présentent surtout comme intérêt de proposer Non-Entity : un inédit des sessions d’enregistrement de With teeth . Mais ce seront surtout les 3 vidéos issues des répétitions de la tournée de 2005 avec la présence de Jerome Dillon à la batterie qui constituent le principal attrait de cette (modeste) partie.

Un DVD sobre, mais nécessaire, sans fioriture apparente mais d’une efficacité imparable. On pourra regretter le manque d’improvisation de l’ensemble, mais Beside you in time reste le meilleur témoignage de ce qu’est devenu Nine inch nails aujourd’hui: le plus grand groupe du monde encore en activité.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

18 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 1 avril 2007
    kyra a écrit :

    NIN is Trent Reznor, and Trent Reznor is GOD ! pan, un blasphème de plus :)

    Pascal, tu m’avais déjà dit que « Beside you in time » était excellent, mais là j’ai l’impression que c’est une vraie bombe atomique ! J’ai hâte de me le procurer, légalement bien sûr ..

    Evidemment que  » With teeth  » regorge de perles musicales, faut vraiment avoir de la merde dans les oreilles pour ne pas s’en rendre compte. Cette vesion live va, je l’espère, convaincre les plus réfractaires.

    Hurt .. la chanson du siècle à mon humble avis. Tellement plus sombre et majestueuse que la vesion de Johnny Cash.

    Que dire de plus : merci Pascal ;-)

  2. 2
    le Dimanche 1 avril 2007
    kyra a écrit :

    veRsion c’est mieux. Je mets ça sur le compte de l’excitation neuronale.

  3. 3
    le Lundi 2 avril 2007
    Pascal a écrit :

    J’aime beaucoup la façon qu’à Johny Cash de reprendre la chanson de Reznor . Certes sa version est plus dépouillée que l’originale. Mais le vécu du bonhomme, son histoire personelle, et les conditions d’enregistrement du morceau quelques mois avant sa mort font qu’il arrive à s’approprier cette chanson sans jamais la trahire.

    Hurt aura d’ailleurs été le dernier hit de cette légende américaine qu’est Johny Cash . Et bien que sa musique est aux antipodes de celle de Reznor, je trouve que les deux hommes se rejoignent sur pas mal de points.

    Après AMHA, la version de NIN reste un monument, surtout en live….

    Alors Hurt la chanson du siècle ? Je vote pour dans tous les cas :o )

  4. 4
    le Lundi 2 avril 2007
    kyra a écrit :

    Hurt : je ne connaissais pas le contexte en ce qui concerne Johnny Cash, mais c’est vrai que son interprétation est d’une grande beauté. Je préfère celle de Reznor malgré tout, mais pas uniquement pour le timbre de sa voix. C’est plus profond que ça, plus irrationnel aussi. De toute façon pour interpréter un titre ayant une telle charge émotionnelle, il faut l’avoir vécue. La souffrance qui habite ce titre ne s’invente pas. Et c’est ça qui prend aux tripes.

    Le chef d’oeuvre du siècle oui, sans aucun doute.

  5. 5
    le Mardi 3 avril 2007
    kyra a écrit :

    Ce que j’aime sur la pochette, c’est cette silhouette, se détachant du fond rouge sang/violent. J’y vois un pantin dont on tirerait les ficelles. J’y vois un homme manipulé par ses émotions et la noirceur qui l’habite en permanence, gravée dans ses pelotes ADN. Par exemple …

  6. 6
    le Mardi 3 avril 2007
    Pascal a écrit :

    NIN Performance 2007 Acte 2 demain soir…
    La suite à lire très bientôt :o )

  7. 7
    le Mardi 3 avril 2007
    kyra a écrit :

    Emmène-moi, emmène-moi pleaaaase :)

    Trop tard, je sais. Bad timing de toute façon. Tu nous ramènes qq photos, dis ? et vivement le compte-rendu du phénomène ninesque ;-)

    Bye.

  8. 8
    le Jeudi 5 avril 2007
    Pascal a écrit :

    Concert très différent de celui de Stuttgart il y a une semaine.

    Meilleure première partie, meilleur salle, meilleur public, autre set list (putain ils ont joué We’re in this together et Reptile !!!)), pétage de plomb sur Hurt à cause de connards qui arrêtaient pas de brailler….

    C’était chaud. Très chaud. La preuve que quoi qu’on en dise, Reznor continue d’y aller avec ses tripes…

  9. 9
    le Jeudi 5 avril 2007
    kyra a écrit :

    « We’re in this together » un autre chef d’oeuvre, puissant, animal, sombre et passionné. Qu’est-ce qui s’est passé pendant « Hurt » ? Reznor n’a pas pu aller jusqu’au bout à cause d’une bande de connards ? grrr

  10. 10
    le Jeudi 5 avril 2007
    Pascal a écrit :

    C’est surtout que Reznor n’a pas VOULU aller au bout. Il a bien péter les plombs. J’ai adoré sa réaction. Très conséquente…

    Les mecs ils avaient 90 minutes pour gueuler autant qu’ils voulaient, il y a un titre où ils avaient à fermer leur geule, mais apparamment c’était trop demandé.

    Tous les détails (même les plus croustillants) dans le live report à venir ;o)

    Et pour We’re in this, c’est un titre qu’ils ne jouent quasiment jamais. J’en ai pas cru mes oreilles…

  11. 11
    le Jeudi 5 avril 2007
    kyra a écrit :

    Ouais et il a eu raison. Ils se sont pas faits tronchés par des gens du public par hasard ? enfin bref. Reznor aurait pu tout arrêter aussi, sur un coup de tête, j’suis sûre que ça a dû déjà lui arriver sur d’autres dates.

    Prends ton temps pour la review, on peut écouter Year zero en streaming ici, histoire de se mettre un peu dans l’ambiance :

    http://yearzero.nin.com/

    :o )

  12. 12
    le Samedi 7 avril 2007
    Arno_Mothra a écrit :

    « Survivalism » annonce du grand NIN!

    En grand renfort à « with teeth » qui m’avait énormément déçu à sa sortie.

  13. 13
    le Samedi 7 avril 2007
    kyra a écrit :

    En quoi « With teeth » t’a déçu ? Tu trouves vraiment que tout est à jeter ?

    Ca me dépasse ce genre de réaction. Chaque album est une entité à part entière, une étape dans une vie, une souffrance à extérioriser, une remise en question etc… Trent n’est pas une usine à textes/sons pour plaire à son putain de public. Merde. Il fait partie de ces artistes hypersensibles et extrêmement talentueux qui mettent toutes leurs tripes dans leurs créations. J’ai noté une putain d’évolution au fil du temps. « With Teeth » est incomparable et recèle de véritables perles musicales.

    Chaque halo devrait s’écouter comme une déchirure hyménéale. J’espère que c’est assez explicite :)

    Bye.

  14. 14
    le Samedi 7 avril 2007
    Pascal a écrit :

    Bah, je peux comprendre que With Teeth ne fasse pas l’unanimité ou qu’on puisse ne pas suivre l’évolution musicale d’un groupe.

    Reznor a 40 ans passé, a l’air d’avoir réglé pas mal de ses problèmes, sa musique est de moins en moins introspective et c’est pas aujourd’hui qu’il nous refera un Donwnard the spiral bis. Et quelque part je serai tenté de dire heureusement !!

    En schématisant à l’extrême je vois sa discographie un peu comme cela:

    - Broken : Urgence, drogues et rock’n roll.
     » Twenty-six years on my way to hell  » – Whish

    - Downard the Spiral : Dépression, envies suicidaires, introspection
    « Hate me. Smash me. Erase me. Kill me »Eraser

    - The Fragile : Mal-être / Dépendance
    « Broken bruised forgotten sore. Too fucked up to care anymore »Somewhat damaged

    - With teeth : Moins sombre, plus catchy. Reznor commence même à faire des chansons « engagées »
     » What if this whole crusade’s. A charade. And behind it all there’s a price to be paid. For the blood. On which we dine. Justified in the name of the holy and the divine »The hand that feeds

    - Year Zero Annoncé comme un concepte album décrivant un monde futuriste où les néo-conservateurs auraient pris le pouvoir, c’est AMHA la preuve flagrante que Reznor a franchie un cap qui lui permets de s’ouvrir beaucoup plus sur le monde.
    « Art is resistance » – Comme on peut le lire dans le clip de Survivalism

    Je rajouterai cette phrase qu’il a dite lors d’une interview en 2005:  » I’m pretty happy right now. Wait! Don’t print that! You’ll ruin my reputation. At least lie and say that I’ve got a dead body in my closet or something.  » (source: http://en.wikipedia.org/wiki/Trent_Reznor)

  15. 15
    le Dimanche 8 avril 2007
    kyra a écrit :

    Merci Pascal, tu maîtrises à fond le cas Reznor :o )
    L’Art a toujours été une forme de résistance chez lui, contre lui-même (halos profondément egocentrés, introspectifs, auto-agressifs), et s’il opère un virage avec Year Zero, alors c’est génial, sur un plan humain bien sûr, et artistique aussi. Merci pour ces précisions que je ne connaissais pas.
    Bon dimanche !

  16. 16
    le Dimanche 8 avril 2007
    kyra a écrit :

    La B.O. du film 300 c’est du NIN, d’ailleurs. Just like you imagined . Un titre atemporel. Puissant. J’adore.

  17. 17
    le Mercredi 18 avril 2007
    kyra a écrit :

    Meet your master : Year Zero est une bombe atomique ! A consommer sans modération …

  18. 18
    le Lundi 11 février 2008
    Coralie a écrit :

    Ce live m’a surprise, jamais trent ne m’avai pris comme ça aux tripes…j’ai même pleurer comme une merde sur something I can never have…frissons garantis…je sais ce que ressent Trent car j’ai vécu beaucoup de choses similaires et c pas du beau mais bn…en tout cas la mise en scène avec les décors, les lumières ct éblouissant…on est directement plongé dans une atmosphère à la fois révoltée et à la fois mélancolique.
    En en deux mots: grandiose et electrique

Réagissez à cet article