Mylène Farmer – C’est dans l’Air

par |
Mylène Farmer nous annonçait une rupture esthétique pour son dernier album Point de Suture . C'est chose faite avec le clip de C'est dans l'Air, qui prolonge The Farmer Project d'une nouvelle expérience visuelle tout en reprenant les thèmes chers à l'artiste.

mfclip_logo_image « Vanité, c’est laid » prononce la rousse provocatrice avec ironie alors qu’elle confond sa danse à celle des squelettes. On pense immédiatement à ces « vanités », tableaux représentant des crânes surmontés d’une bougie, renvoyant notre beauté à la figure de la mort, que nous revêtirons tous.
Le parallèle est plus poussé si nous pensons à La belle Rosine d’ Antoine Wiertz, tableau représentant deux jeunes filles : l’une en chair, l’autre en os, se scrutant avec un regard mêlant l’interrogation et le sourire. L’érotisme de l’une se mêle à la mort de l’autre, dans une même position. Dans le clip de C’est dans l’Air, Mylène Farmer revêt à la fois l’image de la beauté et celle de la mort, confondant son visage par des fondus enchaînés à celui d’un squelette. L’apothéose est atteinte à la fin du clip, lorsque sa chevelure légère et bouffante se confond aux volutes d’un champignon nucléaire. Mylène Farmer, beauté atomique ?

Il nous faut ici reprendre le fil de la chanson, qui se mêle à celui du clip et qui pose l’Homme face à la fatalité de la mort. Tout comme le célèbre  » Vanité des vanités, tout est vanité  » de la Bible. C’est dans l’Air pose la vie terrestre comme vide et inutile.
Mais là où la maxime présente les plaisirs terrestres comme dérisoires et donne une alternative à la vacuité en la vie céleste, C’est dans l’Air pose le contraire : puisque la vie est vide et « qu’ici loin sont les cieux », c’est un champ libre donné au plaisir et à la création. Le clip exalte donc la beauté et les plaisirs face à la mort, tout en sachant que l’un et l’autre se télescoperont tôt ou tard, et que tout ce que l’Homme a bâti de sa vie sera soufflé par l’air de la mort. Qu’importe ! « Et moi je chante / Moi je m’invente / Une vie », déclame l’artiste. Cette perspective de la mort est prise avec ironie et le clip réalise une danse macabre du XXIe siècle. Squelettes animés à l’appui, la vidéo reprend ce thème médiéval en y distillant son côté ironique, fatal et rythmé – l’image de la mort devenant une musique qui se scande et se danse, emportant ironiquement ses victimes.
Si au Moyen-Âge ces oeuvres picturales étaient guidées par la peur de la peste noire, on peut dire, peut-être naïvement, que le clip de C’est dans l’air est entrainé par la peur du nucléaire.

mfclip_logo_image_02À la fois effrayantes et subjugantes, les images de C’est dans l’air cultivent une esthétique initiée par l’Art Romantique, qui confond les frontières du beau et du laid. Mylène Farmer incarnant avec provocation à la fois la beauté et la mort, le clip mêle donc des images très morbides (quoi de plus morbide et effrayant que la vie soufflée par une explosion nucléaire ?) à une mise en scène soignée, qui épouse le rythme de la chanson en scindant les images avec une esthétique très graphique.
Il faut ici revenir à la carrière passée de l’artiste, qui a souvent choquée en exprimant la « beauté qui se trouve dans la violence et l’horreur » comme elle le confie à Amélie Nothomb lors de leur rencontre en 1995 pour le magazine Vogue . L’esthétique générale se veut donc tout à la fois cassante et visuellement envoûtante.

Où se trouve donc la rupture, puisque Mylène Farmer revient à son imaginaire morbide ? Elle réside dans la forme : si auparavant ses clips transfiguraient le morbide dans un univers coupé du nôtre (historiquement ou visuellement), il est montré aujourd’hui dans un monde qui en revêt les attributs. Ceci en reprenant des thématiques et des éléments d’actualité : le nucléaire, les ambiances underground .
On a affaire à des clips qui abordent plus frontalement la réalité bien qu’ils gardent un côté intemporel : les images contemporaines servent le sens et non l’inverse.

Partager !

En savoir +

Le clip : http://www.mylene.net/mylene/mylene-farmer_c-est-dans-l-air_clip.php (site non officiel consacré à l’artiste)
Sur La belle Rosine : http://www.collegesherbrooke.qc.ca/~bourgech/automne99/6110t/boileaujp/wiertz/html/La%20Belle%20Rosine.htm

A lire sur Discordance : [The Farmer Project->851], [Dégénération->644], [Point de Suture->691], [Avant que l'ombre->87], [MF = Machine à Fric ?->257]

A propos de l'auteur

Image de : Originaire de Franche-Comté, Eymeric est étudiant dans les métiers du livre à Aix en Provence et prépare les concours des bibliothèques. Il aime le cinéma, pour lequel il préférera toujours l'esthétique au scénario et la littérature quand elle touche à l'intime et au quotidien. Côté musique ses goûts se portent vers la psyché-folk mais aussi vers le trip-hop, version des origines et vers le rock des vingt dernières années, du moment que les guitares sont saturées et qu'elles multiplient les effets. Il s'intéresse également aux médias, à la culture populaire et, avec du recul, à la politique. Blog: http://legendes-urbaines.over-blog.fr/

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 6 mai 2009
    Dahlia a écrit :

    Le fameux clip où on s’est fait gueuler dessus sur la plupart des fansites de MF parce qu’on avait osé dire que c’est très proche du Tanz mit Laibach:

    http://www.youtube.com/watch?v=-zSRcFxZVAA

  2. 2
    le Mercredi 6 mai 2009
    Dahlia a écrit :

    En tout cas, le visuel va être pas mal repris pour la tournée 2009 si j’en crois ces images. (Il faut avancer jusqu’à 4minutes pour avoir les images officielles de la tournée) On note la réutilisation d’un insecte géant comme le live de 96 avec Alice l’araignée ^^ Y a pas à dire, quand elle part en tournée, elle fait jamais les choses à moitié.

    http://www.youtube.com/watch?v=QhXTpOoBhgE

  3. 3
    le Mercredi 6 mai 2009
    Henri a écrit :

    Dahlia, jusqu’à preuve du contraire, la seule attitude qui a été critiquée, c’est celle qui consistait à parler de plagiat… Alors merci d’arrêter de faire passer les fans pour des malades ^^

  4. 4
    le Lundi 11 mai 2009
    Eymeric a écrit :

    @ Dahlia, effectivement très proche, il a cette même efficacité dans la façon dont son scandées les images au rythme de la musique et visuellement c’est assez proche, je pense bien qu’elle en a pu s’en inspirer… De toute façon elle fait partie des artistes à références, même lorsqu’un lui demande de parler d’elle en interview elle a souvent cette attitude de parler indirectement d’elle par ce qu’elle aime. Pour le reste, son univers revendique beaucoup ses références, qu’elles soient littéraires, musicales, picturales ou cinématographiques et ce n’est pas un scoop je crois^^.

Réagissez à cet article