My Own Private Alaska + Will Haven

par |
La montée est rude jusqu'aux hauteurs de Paris mais l'effort en vaut la chandelle : ce soir la Maroquinerie nous sert sur un plateau d'argent une affiche des plus magnifique : My Own Private Alaska et Will Haven !

mopa_8-2Suite à la [chronique->708] de l’E.P éponyme de My Own Private Alaska, mon excitation et ma curiosité sont à leur comble. Les lumières se tamisent, les trois compères arrivent sur scène et s’installent sur leurs chaises respectives : 3 sitting guys annonçait leur site internet. Les premières notent du piano retentissent et les effets de fumée ont raison de lui ! Un dernier réglage technique et il est enfin possible de profiter de la musique envoûtante et énigmatique du groupe.

M.O.P.A nous offrent des mélodies et une voix où une bonne condition d’écoute est indispensable ! Je quitte donc mon poste de « tout devant devant devant » pour élire domicile aux côtés de l’ingé son. L’endroit stratégique pour ne pas trouver cela totalement inaudible ! Entre la batterie elle même, les amplis et les retours, on se retrouve vite dans une fanfare du 14 juillet mais que cela ne tienne, d’ici le rendu est impeccable. On suit Tristan dans sa transe, lui qui se convulsionne sur les touches de son clavier et nous qui frémissons à chaque note qui s’envole.

Le public est concentré, attendant un signe d’un de nos protagonistes pour applaudir. Une première partie, on ne peut plus religieuse.

C’est alors le tour de Will Haven de prendre position de la scène. Forcément il ne s’agit pas du même graphisme : avec leurs gros tattoos et leurs mèches plaquées sur le front le combo originaire de Sacramento annonce la couleur. Nous voici alors au coeur d’un show à l’américaine : grosses guitares et batterie de malade du début à la fin du set ! La fosse est survoltée sautant et bougeant dans tout les sens vite rejointe par Jeff (chanteur), de son homonyme (guitariste) et de Mike (bassiste) qui jouent des coudes parmi leurs fans laissant leur batteur seul sur scène. Les morceaux s’enchaînent et le quatuor ne cesse d’assurer et de grimper partout : ampli, retour. Ca tombe, ça se relève, ça joue, ça chante, ça met le feu !

Et là… c’est le drame ! Le dernier titre ! Le dernier morceau pour exterminer le peu de forces qui restent à leurs fans. Les lumières se rallument dans un tonnerre d’applaudissements dans l’espoir d’un rappel mais en vain. Cependant, le groupe restera très accessible pour photos, autographes ou tout simplement pour discuter et plaisanter ce qui est tout à leur honneur ! On repart des souvenirs plein la tête et, pour ma part, un médiator dans la poche…

Crédits photo : thelsb (http://www.myspace.com/thelsbphotographie
)

Partager !

En savoir +

Myspace de My Own Private Alaska : http://www.Myspace.com/Myownprivatealaska
Myspace de Will Haven : http://www.myspace.com/willhaven43

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article