Monster Magnet – Strasbourg / Avril 2004

par |
Injustement méconnu en France, l'un des meilleurs groupes stoner du moment nous fait l'honneur de 2 dates françaises, dont l'une à Strasbourg. L'occasion était donc trop belle pour allez vérifier si éffectivement "rock is alive" comme le clame haut et fort Dave Wyndorf, chanteur et leader du groupe.

A peine arrivé devant la Laiterie, une évidence s’impose de suite, le public germanique est présent en force ce soir. Il faut dire que le groupe est très aimé outre Rhin et la proximité de la frontière allemande a très certainement beaucoup joué pour le choix de la date.

Le public s’est donc déplacé en masse et le concert affiche complet depuis quelques temps déjà. Arrivé tout juste pour le début de Gluecifer, je n’aurais donc pas eu l’occasion de voir ce que donnent les suédois de The Quills en live. Le set des scandinaves est impeccable, et la salle presque pleine ne s’y est pas trompée en réservant un accueil des plus chaleureux au groupe et à leur power rock très enlevé. Excellente entrée en matière pour préparer le public au plat principal de la soirée.

C’est sous un flot d’applaudissement nourri que Monster Magnet fait son apparition sur la scène. Et Wyndorf de prévenir de suite, « There’s a rock’n roll band in the old town, baby » avant d’enchaîner par Bummer suivi d’un Tractor qui achève de mettre la salle en ébullition. Le son est lourd et puissant et les lights superbes.

Wyndorf est un phénomène a lui tout seul, multipliant les grimaces et les poses de rock star toutes plus improbables les unes que les autres, il enchaine les tubes sans laisser le public respirer un seul instant. La set list est un véritable best of de la discographie du groupe. Les titres sont principalement tirés de Powertrip ainsi que de Monolithic Baby, le dernier album en date. L’ambiance est chaude et le public conquis par ce concert quasi parfait. Le set s’achève par le fameux Space Lord qui sera repris en cœur par la salle entière.

Et là bizarrement l’ambiance s’est largement refroidie, la faute sans doute à un Spin of God interminable de près près de 20 minutes. Le guitariste, Jack Daniels à la main, est parti dans un trip pseudo psychédélique du plus mauvais effet. Un rappel totalement hors sujet, surtout au vu de l’excellente prestation qui précédait. Un petite faute de style qui n’enlève au final rien à la grande qualité de la soirée.

La set List:

- bummer
- tractor
- supercruel
- melt
- unbroken
- dinosaur vacuum
- zodiac lung
- radiation day
- monolithic
- negasonic teenage warhead
- space lord

** Rappel **

- the right stuff
- spine of godsur

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 28 avril 2006
    Anonyme a écrit :

    t’ as rien compris, le final avec spine of god, c’était vraiment l’apotéose !

Réagissez à cet article