Monotonix au Point Éphémère

par |
Ne nous voilons pas la face et soyons honnêtes. Quand on vient voir Monotonix ce n'est pas pour l'émotion musicale. Mais bel et bien pour en prendre plein la face. De la sueur ? Des crachats ? De l'urine ? Tout peut arriver !!!

montophotoBon nombre des personnes présentes les avaient vu en juin dernier lors de la Villette Sonique . En ce 8 décembre, ils revenaient salir Paris dans la très hype salle du Point Éphémère.

Comme à l’accoutumée, la batterie est placée à même le sol et cela commence par des galipettes absurdes qui viennent ébranler les fûts pour la première fois du set. Un spectateur qui venait d’acheter une pinte se la voit subtiliser et renverser sur la cymbale au grand bonheur du batteur qui barbote dans la bière comme un gamin dans une flaque de boue.

Avec à eux seuls, plus de cheveux et de poils que tout le Kop de Boulogne réuni, le look si particulier des trois musiciens, un mélange de Zappa, de dompteur de lion et de hippy tripoteur, rajoute au barnum ambiant.

Les morceaux s’enchaînent, la batterie est une fois de plus déplacée. Ami Shalev, le chanteur slam en souillant les cheveux des filles avec son torse nu et velu ruisselant d’une sueur généreuse. Connu pour ses acrobaties absurdes, il repère une brèche lui permettant de grimper à une paroi et finira par un déculottage en règle.

Aucun temps mort. Les breaks sont impressionnants et telle une pie vicieuse, tout objet qui passe à porté du chanteur est immédiatement chipé et balancé. Après plusieurs attouchements soft et de nombreux verres répandus sur le sol, c’est toute la salle qui sent le chien mouillé lorsque les lumières se rallument après 45 minutes de set.

Ce live totalement foutraque est une bouffé d’air frais dans l’uniformisation musicale contemporaine et ce ne sera décidément pas demain la veille que Monotonix jouera à la salle Pleyel ou fera un duo avec Léonard Cohen . Pourvu que ça dure.

Crédits photo : Melchior Tersen

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Melchior 22 ans, aime roder en écoutant du hip-hop ou du rock, écrire des reports sur des groupes de hardcore, prendre des photos qui n'interressent personne, B2ObA, Burzum, les films de Cronenberg, les loups, George Michael et Tears For Fears ....

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article