Merci pour Tout à la Grande Comédie

par |
Merci pour tout confronte René-Pierre de la Valière, un jeune homme de bonne famille épris de variété, au monde professionnel au sein de P'Oméal, entreprise de cosmétiques. Une comédie un peu plate, manquant de saveur.

Image de Merci pour Tout de David Basant Après avoir terminé son école de commerce, René-Pierre de la Valière est embauché en tant qu’assistant du directeur Marketing pour P’Oméal, grâce aux bonnes relations de son père, l’imprimeur de l’entreprise. Nous suivrons donc ce jeune homme un peu perdu dans les épreuves de la vie active, ainsi que dans ses relations sentimentales.

Cette comédie va donc s’efforcer à tourner en dérision les codes de l’entreprise et l’esprit d’une époque, sans trop de succès toutefois.

Ainsi, les scènes s’enchainent après une extinction des lumières et un gag attendu, emmenant la pièce sur un rythme de croisière, tranquille, agréable, mais un peu trop calme. Par ailleurs, les rebondissements, prévisibles et déjà vus, n’arrivent pas à faire réellement décoller cette comédie.

Ce rythme un peu mou peut notamment s’expliquer par le fait qu’il n’y ait que 2 acteurs… on aurait aimé voir plusieurs comédiens se disputer la scène et sortir du schéma un peu pesant « René-Pierre /un autre personnage » qui durera tout au long de la pièce. Il faut néanmoins tirer son chapeau à Sophie Legrand, qui assure, et de brillante manière, pas moins de sept rôles, de la directrice marketing exubérante à l’humour féministe à la sœur bourgeoise coincée de René-Pierre. Elle vient apporter à la pièce les bons mots et les moments d’humour dont elle a besoin.

Le décor est intelligemment étudié pour servir au mieux la pièce. La scène est divisée en deux : côté gauche, le bureau de René-Pierre à P’Oméal; côté droit, sa chambre, avec canapé, poster des Stones et guitares; et au centre, un écran plat. Ce dernier diffusera les conversations de René-Pierre et Sophie, la fille qu’il drague sur Meetic, ou encore les images des caméras de surveillance de l’ascenseur ou des toilettes, montrant le côté un peu maladroit et gauche de René-Pierre.

A ce décor judicieux viennent s’ajouter une mise en scène dynamique et une bonne occupation de l’espace, qui, avec le bon jeu des comédiens, permettent de pallier au scénario trop faible et prévisible et au rythme monotone de cette comédie.

En définitive, Merci pour Tout est une comédie moderne et divertissante, mais on aurait pu attendre plus de cette pièce, croquant sans finesse le monde de l’entreprise. Merci pour tout ? Plutôt merci quand même.

Partager !

En savoir +

Merci pour Tout, de David Basant

Mise en Scène : David Basant
Avec : Thibaut de Lussy, Sophie Legrand

Jusqu’au 29 août 2010 à la Grande Comédie
42 rue de Clichy
75009 Paris

A propos de l'auteur

Image de : Martin Jeanjean est né en 1988 à Fontainebleau. Après être passé par le piano et la clarinette, il tombe amoureux de sa guitare, qu'il ne lâchera plus jamais, même après la Fin des Temps. Passionné d'art et de scène, il devient chroniqueur de théâtre pour Discordance, parce-que c'est franchement super cool. Egalement poète, il publie dans les revues "Borborygmes" et "Verso", et compte gratifier cette époque des poèmes qu'elle mérite; ce qui, croyez-le, n'est pas une mince affaire!

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article