Maya Barsony

par Stv|
Dur de passer à côté de l'extravagante Maya Barsony. Un single entêtant et quelques photos savamment travaillées pour faire monter le buzz plusieurs mois avant la sortie de son album. Mais qui est t-elle vraiment ?

Ton nouvel album s’appelle Femme d’Extérieur, quelle en est ta définition ?

maya2C’est très simple : en fait, c’est l’appellation que me donnait mon ancien petit ami quand je vivais avec lui. J’étais beaucoup dehors et j’étais une piètre femme d’intérieur et il me disait gentiment « Pffuu tu es vraiment ma petite femme d’extérieur ». Je trouve ça joli parce que c’est un mot qui n’existe pas et que ça me convient parfaitement. C’est une bonne image de ce que je suis et ça correspond aussi à ma musique et mes textes, à cette forme de liberté qui m’habite. Donc, voilà, j’en ai fait le titre de mon album.

Pourtant, pour la promotion de ton album, tu reçois dans un hôtel, c’est paradoxal, non ?

Je n’étais pas au courant avant d’arriver ( rires ) ! Mais j’adore les hôtels. Quand on est dans les hôtels, on n’est pas chez soi.

Il s’est passé 7 ans entre ton premier album sorti en 2001 et Femme d’extérieur, qu’as-tu fait pendant cette période ?

J’étais dans un label indépendant qui, avec la crise de l’industrie du disque, a finalement coulé. J’ai cherché à faire des titres et trouvé ma couleur musicale. J’ai eu diverses collaborations. J’ai d’abord fais un premier album dont je n’étais pas contente. Finalement, je suis partie en Angleterre tout refaire de manière beaucoup plus électro. Je suis revenue en France et j’ai fait la rencontre de Maxime Garoute (batterie) et Johan Dalgaard (claviers) avec qui j’ai fait des titres. Je suis partie démarcher et j’ai signé chez RCA . En fait, j’ai dû faire 70 chansons depuis mon premier album ! Je n’ai que bossé en fait !!! Cherché, Cherché, Cherché

Quelle a été la genèse de l’album ?

J’ai toujours fait des chansons mais, le point de départ, c’est quand j’ai su avoir trouvé ma couleur musicale. J’ai beaucoup cherché. Je me suis trompée jusqu’au moment où j’ai senti que ma voie était là. Le point de départ est dans la trouvaille de mon son.

Il y a de nombreux invités prestigieux dessus tel Boris Jardel (Indochine), M ou Brigitte Fontaine, comment se sont faites ces collaborations ?

Ces collaborations se sont faites complètement naturellement. Le milieu musical parisien n’est pas si grand que ça. Ça fait des années que je travaille, que je cherche, que je rencontre de nombreux musiciens. M, c’est mon batteur Maxime Garoute qui me l’a présenté et puis il est venu et a participé à l’album. Brigitte Fontaine, je la connaissais depuis longtemps. J’ai toujours eu beaucoup d’affinité avec son mari Areski Belkacem et elle m’a proposé un texte. Et Boris, c’est un pote (rires) !

Comment qualifierais-tu ta musique ?

Je voulais qu’elle soit mienne ! Avoir une identification musicale, c’était pour moi hyper important. Je ne voulais pas faire du ou faire comme ou faire ce genre. Je pense que c’est de la pop au sens populaire. J’ai fait une musique vraiment pour les gens avec une accessibilité. Il y a aussi un côté un peu groovy. C’est un mélange de groove et de rock, un mélange de black and white dans la modernité. Une pop groovy peut être.

Tu t’es inspirée d’artistes en particulier ?

Moi, c’est très particulier car j’ai arrêté d’écouter de la musique pendant 2 ans parce qu’à partir du moment où je cherchais ma couleur et que je continuais à écouter beaucoup de musique, j’étais trop influencée. Le jour où j’ai dit qu’il fallait que j’arrête totalement, je n’ai plus écouté de musique pendant 2 ans afin de trouver ma couleur.

Il est beaucoup question d’amour solitaire. Penses-tu qu’il est plus difficile de se faire aimer que d’aimer ?

( silence ). C’est une bonne question. ( silence ) Non, je ne pense pas qu’il soit plus difficile de se faire d’aimer que d’aimer. Je pense qu’il est difficile de trouver la personne qui remplira un peu cette osmose multi-rôles que peut être le partenaire idéal pour faire ta vie.

Ton album se termine avec une chanson pleine de promesses. Tu dis notamment :  » J’ai lâché prise, j’ai fait confiance « .

mayacdOui, c’est une chanson sur la confiance qu’on peut accorder à quelqu’un. J’ai souvent fait mon travail en solitaire. Jusqu’au jour où une rencontre, qu’elle soit dans ta vie intime ou professionnelle, arrive à te porter. D’un coup, tu te dis « Ouais il a raison, je vais le suivre, je
vais suivre son élan, je vais me laisser faire, arrêter de tout vouloir décider
» Il y a une émulsion qui se crée et je pense, qu’à deux, on peut réaliser de belles choses. Que ce soit en amour ou en musique.

Il y a aussi une chanson sur Calamity Jane. Qu’est-ce que tu affectionnes chez elle ?

Ça a été l’une des premières femmes à mettre des pantalons. La première femme cowboy. À l’époque, les femmes étaient soit à la maison, soit au bordel. Elle a fait le choix d’être libre et c’était très révolutionnaire à l’époque de se considérer comme un homme.

On a pu te voir également dans le film ‘ La môme ‘ d’ Olivier Dahan, était-ce une expérience unique ou est-ce que le cinéma est un domaine qui t’attire ?

Je travaille tellement dans la musique que je ne dis pas « Oh, j’aimerais faire du cinéma ». Je suis dans la musique. Après, je laisse un peu la vie me porter. Si un jour une proposition m’intéresse, pourquoi pas, mais, en tout cas, j’ai encore plein de choses à faire dans la musique

Est-ce que tu t’attendais à autant de plébiscite de la part de la critique ?

Je ne me suis pas posée la question !

Tu en es contente ?

Ah ouais ! J’ai adoré ! Piaf, c’est la première chanteuse que j’ai chantée quand j’étais gamine. Ma mère m’a fait baignée dedans. Piaf et Nina Hagen sont deux chanteuses qui m’ont énormément marquée.

Tu as aussi participé avec ton père à un livre audio qui s’appelle ‘ Papa porte une robe ‘. De quoi s’agit-il ?

C’est un livre-disque qui a été fait avec le groupe Bumcello qui sont les musiciens de M que j’ai rencontrés avant lui. C’est un Cendrillon des temps modernes où finalement un boxeur, ayant eu un accident, va être obligé de ne plus boxer et va devenir transformiste la nuit pour gagner de l’argent et élever son petit garçon. Donc c’est très moderne !

La morale du livre, c’est « La femme porte la robe et le pantalon, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les garçons ? » Penses-tu que l’égalité des sexes doit aussi passer par les codes vestimentaires ?

Porter des robes est très agréable et je pense que les hommes passent à côté de quelque chose de ne pas porter des robes et des jupes mais bon ils ont les kilts. Avant, les femmes ne portaient pas de pantalon.

Et les hommes portaient des robes !

Ouais (grands éclats de rires) !

Sur tes photos ou sur scène, tu multiplies les tenues vestimentaires, est-ce une façon de montrer différentes facettes de ta personnalité ou, au contraire, un moyen de dissimuler la véritable Maya ?

Je pense que c’est un mixte des deux. Je ne cache pas ma personnalité mais j’adore me déguiser depuis toujours. Ce n’est pas parce que j’ai fait un disque que je vais arrêter. Donc, je vais continuer parce que j’aime incarner des personnages. Après, on peut avoir des interprétations différentes. Moi, je ne me suis pas posée la question. Je ne pense pas que c’est pour me cacher car je fais mon travail vraiment sincèrement et je veux qu’il y ait du fun. Et l’habillement, c’est fun. Pour moi, la dérision et le plaisir sont extrêmement importants, surtout aujourd’hui dans la société dans laquelle on est. Ça veut dire que je traite des chansons qui peuvent avoir un fond qui n’est pas forcément gai ou drôle mais la forme enrobera tout ça avec de l’humour pour que ça glisse toujours avec du fun.

Et quand tu es sur scène, c’est aussi pour incarner un personnage ?

maya1Ah non ! Je ne sais pas être quelqu’un d’autre que moi. Sinon, je n’aurais pas passé autant de temps à chercher ma couleur. J’aurais fait faire mes textes par quelqu’un d’autre et j’aurais pris un réalisateur pour faire mon album. C’est mon univers, il m’appartient et je ne peux être que moi.

Pourquoi avoir posé nue sur la pochette de ton album ?

Au début, il y avait un concept où je devais sauter dans les airs et je devais être comme une statue dans une espèce d’échafaudage pour me rénover. Et au final, l’élan et l’envol de la photo, qui est très important pour moi, étaient cassés. Finalement, le concepteur m’a demandé si ça me gênait de le retirer. Comme je trouvais la photo très belle, ça ne m’a pas gêné.

C’était aussi une manière de dire  » je me lance  » ?

Ouais, j’y vais, c’est moi ! J’ai vraiment pas triché, c’est vraiment moi ( rires ) !

Lorsqu’on se rend sur ton site Internet, on tombe sur un jeu de hasard, crois-tu à la chance ou au destin ?

( immédiatement ) Au destin !

Et quel est le tien ? Être une artiste ?

Je le suis depuis que je suis née ! Je ne me suis pas demandée ce que j’allais faire d’autre. J’ai beaucoup travaillé pour gagner ma vie, plein de petits boulots pendant des années. Je suis obligée d’écrire et de faire des chansons. C’est vraiment ma raison de vivre !

Tu vas faire 3 dates prochainement au Nouveau Casino, une tournée est-elle prévue ?

Je fais 3 dates au Nouveau Casino (26/05/2008, 09/06/2008 et 23/06/2008), j’ai les festivals d’été et je pars en tournée à la rentrée. Tout est en train de se mettre en route.

Crédits Photos: Stv

Partager !

En savoir +

Sortie de l’album: 26 mai

Site officiel: http://www.mayabarsony.com/
Myspace: http://www.myspace.com/mayabarsony

5 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 22 mai 2008
    daniella a écrit :

    merci pour l’entretien avec elle et encore bravo à maya czia czia…..

  2. 2
    Stedim
    le Vendredi 23 mai 2008
    Stedim a écrit :

    Sur le net (notamment Myspace), j’ai l’impression qu’on remarque plus Maya par son buzz visuel (physique avantageux, mini-short, le coup de la pipe) que par ses compos. Je me trompe ?

  3. 3
    le Mardi 29 juillet 2008
    marco et julie a écrit :

    faut dire que ses compos sont un peu beaucoup repetitif et a part celle faite par la fontaine , une collab avec M elle a le bras long comme ils disent et ses compos c est du pompage niagara en moins bien…alors c est le shorty qui est d actualite sans ça on l aurai pas remarque cette gueularde

  4. 4
    le Mardi 29 juillet 2008
    jeannot a écrit :

    parler de trouver sa couleur ben cherche encore fillette et ecoute de la musique ça te fera pas de mal parce que si tu as trouve ta couleur elle est un peu depassé reprise et refaite!

  5. 5
    le Dimanche 3 août 2008
    Cindy Alias baby Susan a écrit :

    Mais n’importe quoi !

    C’est quoi ces vieux commentaires méchants ?
    Maya Barsony c’est du moderne, c’est de la pop française, et excusez moi pour une française c’est ENORME ce qu’elle fait !
    Vous préférez peut-être la pauvre Vitaa pour se suicider ?

    Désolée mais j’préfère largement quelqu’un comme Maya qui a du fond et de la forme, des couleurs et « sa couleur » !

    Maya Barsony c’est l’avenir de la France !

    Bizz Bizz Bizz à Mayaaa !

Réagissez à cet article