Massilia Sound System, « le plus beau oai » au Moulin | Marseille | 14.12.2012

par , |
21h. Il pleut sur Marseille. Peu importe. Le Moulin, pour sa réouverture après cinq longues années de rénovation, peut à nouveau résonner. Il le fait depuis le mois de septembre dernier et, une fois encore, cette soirée est sold out. Rien d'étonnant : ce soir, Massilia Sound System joue à domicile. Ce soir, le public marseillais (et d'ailleurs) répond à l'appel du ragga baléti. Ils sont devenus trop rares...

A voir l’impatience et l’excitation plus que palpables du Moulin dès 20h30, Marseille n’a pas oublié les ingrédients pour faire monter l’aïoli. Fosse remontée à bloc, pogos avant même le début du concert, étendards et public aux couleurs du collectif, le Moulin est plein comme un œuf. 25 ans de carrière, 25 ans de revendications, l’influence du Massilia dépasse bien plus que le collectif. Avec son état d’esprit, ses idées, ses valeurs, Massilia fait toujours mouche : c’est la mixité qui a pris rendez-vous au Moulin, la diversité à travers plusieurs générations qui est venue profiter des bonnes vibrations.

MSS (18)

Il faut dire aussi que les concerts sont devenus moins nombreux : « Oai e Libertat », dernier album en date (2007), s’était déjà fait attendre à l’époque. Il est vrai que Massilia a laissé la part belle aux projets solos de chacun de ses membres, mais le facteur humain a toujours été le plus fort. Quel groupe peut aujourd’hui se vanter de faire l’équivalent d’une Comedia Provençala ? Pas grand monde… elle est là, la différence. Des hommes qui, actuellement, s’investissent dans leurs différents projets, mais qui prennent un pied fou à se retrouver sur scène quand ils en ont l’occasion. Et ça s’entend.

On laisse de côté ce que nous avions pu entendre à la dernière tournée (majoritairement consacrée à « Oai e Libertat ») pour sortir l’artillerie lourde : Massilia Sound System regarde à présent dans le rétro. De grosses ondes pour débuter avec le tapageur Massilia Fai Avans, « … sople e bolegant, libre e occitan » en guise d’ouverture. Chauffé d’entrée, le public ne l’attendait pas si tôt, le Commando Fada est déjà en route. « La vérité, rien que la vérité ! Des idées, encore des idées, dans ta rue comme dans la danse, le Commando vient tchatcher, pas d’uniforme et pas d’insigne, le Commando c’est pas l’armée ! ».

A ce moment précis, la machine est lancée : les minots, mis au premier rang devant les crash barrières, n’auront qu’une meilleure vue d’ensemble du show. A l’ancienne, car malheureusement ce discours est toujours d’actualité, Massilia est obligée de ressortir des tiroirs Ma Ville est Malade : « Alors lançons un grand débat, parlons d’identité. Montrons à tous ces pébrons que nous savons ce que c’est. La Provence a des valeurs, j’ai dit l’hospitalité, oublions le doute et la peur c’est de l’avant qu’il faut aller (…) Première, deuxième, troisième, quatrième, cinquième génération, si l’on aime notre ville, ensemble disons non au Front ! ».

« Avec un genoux à terre, le combat se poursuit », Massilia enfonce le clou en nous délectant de son subtil reggae qu’il sait si bien distiller : de la hargne de Toujours (… et Toujours) avec un Selecta tout aussi efficace à coups de « mais quand certains se disent en place, que plus rien ne les dépasse, qui, pour très cher se déplacent toujours en première classe, je dis que grand bien leur fasse, moi de tout ça, je m’en passe… ».

En prenant le temps de dialoguer avec le public, les trois MC’s n’hésitent pas à se remémorer les grands moments passés ensemble, c’est ça aussi, Massilia. Le Papet, qui a décidément bien gardé son flow tapageur, se régale de donner la réplique sur l’incontournable Violent, « mais quand c’est méchant, c’est méchant, quand c’est violent, c’est violent ! » sur fond de rub’a'dub. A la chasse des incontournables de chaque galette, Massilia a désormais décidé de tirer sur tout ce qui bouge : en mode résistance, il faut rappeler à tout le monde qu’il n’y a Pas d’Arrangement (« si tu hésites les conos n’hésiteront pas, c’est un conseil pour les petits et les grands, c’est une idée qu’on a mûri pendant longtemps, quand ça te plaît pas, il faut prendre les devants et savoir dire « non, il n’y a pas d’arrangement » ! »). Allez, Laissa Nos Passar, lance un énième appel au mouvement : boulègue collègue, nouvelles flambées de fumigènes qui met le feu aux poudres, sur des ondes digitales… Pauvres de Nous, « peuple si faible, mais où est donc passé la plèbe ? ».

MSS (16)

Plus décontractés mais tout aussi entrainant, Gari et Moussu T n’ont pas changé. Le duel de tchatche repart avec Tenson du Bambou pour se disputer ce qui reste à fumer avant qu’un bon « vive le PIIM !! » mette tout le monde d’accord. Massilia sert toujours le pastaga dans ses concerts, et notez bien le bon état d’esprit de chacun : les verres ont bien circulé dans la salle, les premiers rangs buvant quelques gorgées avant de fai virar vers l’arrière. Avec tous les fadas de reggae (Reggae Fadoli), cela ne pouvait se passer autrement…

Après ces escales épicées, le voyage reprend : direction les Goudes phocéennes avec un Dimanche aux Goudes mais le périple est loin d’être terminé : immersion dans les virages du Vélodrome pour rappeler le MSS, voilà que Bouteille sur Bouteille fait planer un certain Bob Marley.

Mais on était loin d’imaginer la cascade de morceaux (que l’on attendait tous, au fond de nous) qui allait se succéder dans un incroyable medley de plus de 20 minutes… On se prend les années en pleine face mais que c’est bon. Long flash back sur l’album « Parla Patois » de 1992 avec tous ses hits à la pelle : comme un Parla Patois et ses « escota me plan, escota me ben, escota me ragga » qui appelle ses Joyeux Voyous à la rescousse… mais « Chourmo ! » (1993) n’est jamais bien loin : 20 ans plus tard ça n’a pas changé, on réclame toujours les Bus de Nuit pour sauter dans la Méditerranée et se mettre à chanter « mais qu’elle est bleue, mais qu’elle est belle… ». Dans une chaleur étouffante, le Moussu a manqué d’électrons sur Electronaria car « l’eau et le gaz ont des avantages, mais l’électricité en a bien d’avantage ». Forcé d’appeler le « Commando Fada » (1995) :  à Marseille, On Danse le Parpahnas, spéciale dédicace, et « quand le sound est bon, il te fait bondir au plafond, quand le sound est bon, il terrorise les pébrons ! ». Sur la planète « Aïollywood » (1997), le Papet rappelle d’abord que l’on a tous besoin de Vacances avant d’entonner « ma chanson, c’est ma maison », mais Moussu T s’empresse d’enchainer sur « Frit, frit, frit confit, je suis frit confit, c’est mon vice, c’est ma philosophie, je suis frit confit ! »

En se rendant à tour de rôle les lyrics, on peut également féliciter Dj Kayalik pour ses enchaînements à la volée. Mais comme ces derniers ne sont jamais rassasiés, Massilia décide d’inviter leurs potes de Mauresca Fracas Dub et de Doctors de Trobar (qui ont assuré la première partie) pour un nouveau medley… Trois derniers brûlots débarquent pour calmer une fosse qui aurait demandé toute la nuit. Ne jamais oublier le slogan du groupe « Stop The Cono » avec son track incontournable Interdit aux Conos et encore moins Lux B, dans tous les cœurs, où le morceau Lo Oai lui était bien sûr dédié. C’est la première fois que Massilia Sound System rejouait au Moulin depuis sa disparition. Après avoir fait assoir (puis allonger) le public en vue de l’assaut final, ce plus beau oai est pour lui. La traditionnelle farandole géante en hurlant « fuma la pipe de ganja ! » en guise de conclusion et Massilia reçoit une nouvelle ovation.

Les années passent, Massilia est toujours là. On ne compte plus leurs passages, mais ils ont su garder cette gouaille unique. « Fotem lo oai es pas un secret ». C’est vrai. Cette franchise et sincérité déconcertantes expliquent comment l’identification au groupe existe encore aujourd’hui. Le public est à fond, ces gars-là s’éclatent sur scène, il se passe un truc.

Massilia Sound System, c’est spécial.

Crédits photos : Cédric Oberlin

Massilia Sound System 1Massilia Sound System 2Massilia Sound System 3Massilia Sound System 4Massilia Sound System 5Massilia Sound System 6Massilia Sound System 7Massilia Sound System 8Massilia Sound System 9Massilia Sound System 10Massilia Sound System 11Massilia Sound System 12Massilia Sound System 13Massilia Sound System 14Massilia Sound System 15Massilia Sound System 16Massilia Sound System 17Massilia Sound System 19Massilia Sound System 20Massilia Sound System 21Massilia Sound System 22Massilia Sound System 23Massilia Sound System 24Massilia Sound System 12

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article