Masala – The drifter

par |
Quelques mois avant que Treponem Pal ne marque son grand retour avec Weird Machine, deux zigues du groupe en ont profité pour sortir, The drifter, issu de leur projet parallèle, Masala.

masala-_the_drifter-2Si on tape Masala dans Google, on obtient une multitude de liens vers des sites traitant de l’Inde. Et pour cause, le terme signifie en hindi (ndlr : la langue la plus parlée des indiens), « mélange ». Tout de suite, on imagine le trio en savant fou, confrontant les styles pour donner lieu à une mixture nouvelle, du moins à une fusion rafraîchissante.

Et ils peuvent se lâcher, ce disque étant un projet plus qu’un groupe. Deux des trois membres, Fred (guitare et chant) et Mathys (batterie), évoluent en effet au sein de Treponem pal, formation métal qui a marqué son retour avec Weird Machine en 2008. Ce même Fred s’est également occupé de l’enregistrement laissant à son homonyme de Watcha le soin de mixer l’album.

Mais malgré tous ces critères favorables à la liberté musicale, Masala suit son petit bonhomme de chemin tout le long de The drifter, appliquant la même formule sous diverses déclinaisons : batterie survitaminée posée sur une guitare douce et une basse groovy. La voix n’est pas loin de ce que pourrait faire Brandon Boyd dans Incubus, avec la même tendance à aller dans les aigus. Fred et Mathys auraient-t-ils vu en Masala un mélange musical nouveau comparé à leur projet principal, Treponem Pal ?

Le groupe nous donne des éléments de réponses dans une interview accordée à Daily rock « Le mélange ne se fait pas au niveau des styles, si ça se fait, c’est inconsciemment. Nous avons choisi ce nom pour les trois personnalités différentes ». Reste que la majorité des auditeurs ne connaissent pas les membres du groupe. Seule la musique compte et en l’occurrence, le nom donne de faux espoir.

Quoi qu’il en soit, ce disque contient quelques titres forts sympathiques qui s’écoutent sans faim. La grande majorité d’entre eux sont d’ailleurs sur le Myspace du groupe comme The drifter, My friend, The drifter II et Planet earth, qui est à coup sûr le morceau le plus varié du disque. Et, mélange ou pas, sur la longueur, c’est l’overdose.

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Yves Tradoff s'intéresse à beaucoup de choses : http://yvestradoff.over-blog.com (work in progress)

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Jeudi 7 août 2008
    Stedim a écrit :

    Complètement ok avec toi, Yves. C’est un album riche en couleurs avec une belle fusion des styles (même si elle n’est pas calculée) qui s’écoute comme une parenthèse sympathique.

Réagissez à cet article