Mary’s Dream – 10Y

par admin|
Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont doués, ils ont de l’imagination à revendre et ils vont vous charmer, voici les petits gars de Mary’s Dream ! Leur pop/rock élégante vous agacera si jamais il vous prenait l'envie de vouloir retracer son origine. Ni anglais, ni américains et aussi étonnant que cela puisse paraitre, il s'agit bel et bien de français, comme en témoignent les quelques pistes chantées dans la langue de Molière qui parsèment ce premier album.

41r2rwm5shl-_ss500_Un chanteur à la voix aussi sexy que bien timbrée, un peu rauque par moments et dont il a une maîtrise appréciable. Des mélodies suffisamment complexes pour que l’on y décèle une vraie recherche, et suffisamment simples pour respecter les canons du genre. Avec des chansons bien construites, très « atmosphériques », et des ambiances excellemment restituées, le disque tout entier dénote d’une grande ambition et de beaucoup de travail pour que chaque piste y trouve sa place. Chose assez rare d’ailleurs, surtout pour ce qui est de la scène française, pour être soulignée. Cerise sur le gâteau, les musiciens se débrouillent (mieux que) bien et les petites incursions ici et là d’instruments classiques et de bruits électroniques sont aussi rafraîchissantes que réussies.

September Rainy Day est sublime par son ambiance « après-midi pluvieuse de septembre », même si c’est peu original, le rendu est parfait. Après trois secondes d’écoute, on a déjà cet arrière-goût de mélancolie grise typique de la toute fin de l’été. Cela fait penser à ce baiser échangé sous la pluie sur un quai de gare, dans l’espoir d’un hypothétique retour. It Kills Me Inside est redoutable. Merveille d’efficacité et de maelström émotionnel, ce morceau se craquèle de partout sous l’effet d’un trop-plein de sentiments et de tensions sous-jacentes, tout cela en parvenant à garder le cap et à ne pas partir en queue de poisson.

No Rule, qui sonne très « soundtrack » est plus léger, il a quelque chose de ces débuts de mai où l’air est si suave que l’on peut le goûter sur ses lèvres. Par ses mélodies aux longs brossés latéraux, il a également quelque chose des pollens de pissenlits qui décollent au moindre souffle de vent, durant les beaux jours.

Pour résumer, 10Y est un album bien construit, intelligent, riche en émotions, réalisé par des gens talentueux et qui savent comment gagner le coeur de leurs auditeurs. De l’excellent travail.

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article