Marilyn Manson – The High End of Low

par |
Marilyn Manson, en chiffres, c’est plus de 11 millions d’albums vendus dans le monde, dont un million en France. Marilyn Manson, pour l’état civil, c’est Brian Warner, né à Fort Lauderdale.

marilyn-manson_hleMarilyn Manson, pour les puristes, c’est la trilogie Antichrist Superstar / Mechanical Animals / Holy Wood . Marilyn Manson, pour ses fans, ce n’est pas une rock star comme tant d’autres, c’est le vecteur d’une idéologie, c’est le créateur d’univers aussi complexes que référentiels, c’est celui qui surprend, qui innove, qui impose son style dès la première écoute d’un album. C’est celui pour qui on attend des heures durant devant l’entrée d’une salle de concert, celui pour qui on hurle quand le rideau se lève.

A 40 ans tout juste passés, qu’en est-il, au juste, de Brian Warner ?

Beaucoup sont d’accord pour affirmer que le paroxysme créatif de l’artiste a été atteint avec sa trilogie. Depuis, il a sorti Golden Age of Grostesque, album récréatif, dynamique et punchy, qui ne s’est toutefois pas imposé comme la porte d’entrée sur un univers aussi original que fascinant, comme ce fut le cas pour les albums précédents. En 2007, le public a été plus mitigé encore suite à la sortie d’ Eat me, Drink me, dont bien des morceaux n’ont pas été à la hauteur de ses attentes. The High End of Low, sorti le 25 mai 2009 est donc un album pour le moins attendu, susceptible de marquer, dans les esprits, tantôt la fin tantôt le renouveau de Marilyn Manson . Quinze chansons qui sont tout autant de pistes pour décrypter l’évolution de l’artiste.

1. Devour

Pour la seconde fois depuis Eat me, drink me, Marilyn Manson se passe du morceau introductif qui était pourtant une de ses marques de fabrique.

Devour est un morceau très lent, empreint d’une musicalité teintée de nostalgie, qui décolle sur la fin et se coupe très brutalement. On y retrouve quelques similitudes avec certaines pistes de Mechanical Animals ou Holy Wood, et on se félicite du fait que Twiggy Ramirez ait réintégré le groupe, ce qui nous évite d’avoir à subir les abominables solos de Tim Sköld, horripilants dans Eat me, Drink me . Un début qui se veut particulièrement prometteur ; la chanson nous pousse à la réécoute, pour notre plus grand plaisir.

2. Pretty as a swastika

On embraye avec la piste la plus dynamique de l’album. On y sent une rage à peu près équivalente à celle que contenait Antichrist Superstar, concentrée sur ce morceau très court, qui pourrait totalement avoir sa place sur un B-Side de la belle époque. Seul petit bémol, les paroles. Après les lunettes de soleil en forme de coeur, Brian se lance dans des déclarations pour le moins exotiques : « When I see you in the sun, you’re as pretty as a swastika. » Mais oui bien sûr.

3. Leave a scar

Pour les paroles, on mise donc sur la facilité : « If you’re not afraid of getting hurt, then I’m not afraid of how much I hurt you » / « Whatever doesn’t kill you is gonna leave a scar ».

Brian nous avait habitués à mieux, mais on lui pardonnera pour cette piste, agréablement entraînante, avec un mix final qui la rend tout à fait acceptable là où les maquettes pouvaient nous laisser dubitatifs.

4. Four Rusted Horses

On y est. Enfin. Ça n’avait plus vraiment été le cas depuis Holy Wood . Four Rusted Horses est une étrange ballade, dont quelques intonations rappellent vaguement le Devil’s Rejects de Rob Zombie . Et Four Rusted Horses s’impose, avec Devour comme étant une des meilleures chansons de l’album parce qu’elle a cet éclat, indéfinissable, qui interpelle et qui fascine l’auditoire. Elle ne ressemble à rien de ce que Manson avait fait auparavant et aurait parfaitement trouvé sa place sur un nouvel album concept avec d’autres pistes du même acabit. En un morceau, Manson nous montre qu’il est capable d’innover encore, et d’ouvrir une porte sur un univers inconnu. Et c’est une réelle satisfaction.

5. Arma-goddamn-motherfuckin-geddon

manson-4Alors que les puristes se repassent en boucle le clip pour examiner, à la loupe, le geste irrévérencieux que fait l’artiste à 2:08 très précisément, concentrons-nous donc sur la chanson en elle-même. Dynamique, bien rodée, efficace, peut-être un poil trop pop isolée du reste de l’album, mais, dans le contexte, elle y trouve parfaitement sa place.

6. Blank and White

On enchaîne avec une piste bien rythmée, qui nous rappellera certains morceaux de Golden Age . La chanson est entraînante, sans rien avoir d’excessif, plus que simplement « plaisante à écouter », elle s’impose comme l’un des titres les plus dynamiques de l’album.

7. Running to the edge of the world

Cette balade est peut-être la piste la moins réussie de l’album. Pas vraiment de décollage en milieu de morceau, et à peine trop de rythme pour pouvoir être considérée comme vraiment mélancolique. On s’ennuie un peu, on n’est pas surpris, on passe vite à la suivante.

8. I want to kill you like they do in the movies

Les adeptes de Golden Age ne manqueront pas de faire une comparaison avec Para-noir, piste qui s’étalait sur bien plus de minutes que la moyenne requise, et qui était déjà caractérisée par des changements de rythme aussi surprenants qu’intéressants. Après Devour et Four rusted horses, on constate avec plaisir que l’album ne manque pas d’inventivité. Notons au passage qu’il s’agirait là du second single de l’album, accompagné d’un clip faisant office de mini court-métrage.

9. WOW

Nine Inch Nails a son Closer, Marilyn Manson a son WOW . Le parallèle est facile entre les deux pistes, très électro et dégageant comme une atmosphère de stupre. Le morceau est pour le moins atypique, avec une demoiselle qui s’exprime en langue allemande en arrière-plan, et attire, à juste titre, l’attention du public.

10. Wight Spider

Une piste dont le rythme s’apparente un peu à certains morceaux d’ Holy Wood : un fond très rock et une mélodie qui vient adoucir l’ensemble, qui échappe ainsi à l’agressivité – ce qui est la ligne directrice de l’album.

11. Unkillable Monster

Morceau soft, plaisant à l’écoute, dont on ne retient pas forcément grand-chose, mais qui trouve tout de même sa place dans l’album à condition de redémarrer sur une note plus punchy.

12. We’re from America

La transition est bien assurée avec une piste qui sonne rock pop entraînant, un hymne à la cheerleader décadente, relevé par quelques bons mots « We don’t believe in credibility, because we know we are fucking incredible » qui achèvent de satisfaire l’auditoire.

13. I have to look up just to see Hell

La High end of low track ; avec une tension qui va crescendo tout au long du morceau, que l’on redécouvre dans une version alternée en bonus sur l’édition japonaise du disque.

14. Into the fire

Une balade de plus, qui reste assez lente dans l’ensemble et ne décolle pas comme c’est le cas pour beaucoup d’autres pistes. Une fois de plus, on remercie le ciel que la guitare de Jeordie White ait remplacé celle de Tim Sköld pour cette piste mélancolique qui terminerait très bien l’album si Manson ne nous avait pas réservé une surprise finale…

15. 15

folderxez The High End of Lo w s’achève comme il a commencé, avec un morceau OVNI qui suffit à insuffler une touche de douce étrangeté à l’album. Il se dégage de cette piste une ambiance à la fois attirante et épurée, qui résume assez bien l’esprit de l’album entier.
Non, il n’y a pas de véritable message, d’engagement politique, de provocation outrancière, de surcroît de maquillage, la production du disque n’est pas aussi époustouflante que celle de Golden Age ou Mechanical Animals, et, plus qu’à une nouvelle ère dans la créativité de l’artiste, on assiste davantage à une épuration, une simplification du personnage. À la vision d’un homme sur les choses qu’il a vécues, à une période de sa vie, et qu’il a bien voulu nous faire partager à travers son disque. C’est peut-être une question de ressenti, de vécu, d’empathie, en tout cas de subjectivité, mais ça fonctionne. Là où Eat me, Drink suscitait quelque peu de suspicion, The High End of Low s’impose et marque bel et bien le retour d’un Brian Warner qui a de moins en moins besoin d’artifices.

Il est impossible, à l’heure actuelle, de juger un nouvel album de Marilyn Manson en l’isolant des chefs d’oeuvre précédents ( Antichrist Superstar et Mechanical Animals pour n’en citer que deux). Les points de comparaison sont récurrents et horripilants, le renouvellement du genre atteint parfois ses limites et frapper plus fort que par le passé tout en lui restant fidèle ne semble guère possible.

Avec un look bien plus sobre que jadis et des interventions publiques plus décontractées, Marilyn Manson parvient malgré tout à imposer un nouveau style, moins tapageur, mais toujours vecteur d’innovations.
Notons également que Marilyn Manson n’est absolument pas dupe quant à son évolution.

Dans le clip d’ Arma-goddamn-motherfucking-geddon, il joue à fond la carte de l’auto parodie, en se mettant lui-même en scène dans d’antérieurs décors. Le shock logo d’ Antichrist Superstar laisse ainsi la place au dollar américain, et de jolies filles dénudées arborent le maquillage et les oreilles de Mickey de la période Golden Age avant d’assaillir l’artiste et de lui taper dessus à coups de pancartes.

Plus ironique que jamais, Marilyn Manson est toujours là, et toujours capable de surprendre, comme nous le prouvent Four Rusted Horses, Devour, 15 ou I want to kill you like they do in the movies, qui comptent parmi les best tracks de ce nouvel album.

Rassurés et convaincus de voir Brian Warner de retour et en pleine forme, c’est avec plaisir que nous le redécouvrirons sur scène pour sa nouvelle tournée, le 20 juin au Hellfest de Clisson et le 22 juin au Théâtre Antique de Vienne.

Partager !

En savoir +

Site officiel : http://www.marilynmanson.com/
Fan Site www.mansonfr.com – http://mansonlegion.com/http://www.manson-world.net

A lire sur Discordance : [Live in Colmar (2005)->118] et [Interview->436] (2007)

A propos de l'auteur

Image de : Enfermée à l’extérieur sur le balcon de la Tour Sombre, Alex trouve parfois le courage de s’arracher à l’emprise du Crimson King. Elle ajuste alors sa longue vue et observe d’un air narquois le spectacle du rock, du cinéma et de la littérature qui déclinent. Il lui arrive quelquefois d’être agréablement surprise, mais c’est rare tant elle est consubstantiellement cynique. Son premier roman, Unplugged, est paru en 2009, puis un second en 2010, intitulé Omega et les animaux mécaniques, inspiré par l'album Mechanical Animals de Marilyn Manson.

58 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 25 mai 2009
    julien vachon a écrit :

    Bravo pour ta chronique. C’est Vrai Brian a su créé un univers riche en référence romantisme noir, Expressionnisme allemand etc. Devenu une icône parmi tant d’autres dans le milieu Goth.

  2. 2
    le Mardi 26 mai 2009
    eldavido31 a écrit :

    super chronique! cet album contient des titres vraiment différent! a ecouter plusieurs fois

  3. 3
    le Mardi 26 mai 2009
    Clara a écrit :

    Enfin le Cd entre mes mains, je n’en peux plus, je l’écoute et franchement… agréablement surprise. Plus je l’écoute et plus je me dis que notre petit Manson a bien travaillé et qu’on peut trouver d’autres dimensions aux chansons à chaque nouvelle écoute (je parle notamment de « Four Rusted Horses », le petit alien)…

    J’avais peur, très peur d’un « Eat me, Drink me » bis, du retour du Heart Shaped Lover, eh bien non, c’est bien le retour de Manson, du vrai, et « Devour » est juste le meilleur moyen de l’annoncer…

    Je suis totalement d’accord avec toi sur la qualité de certaines chansons, notemment « I want to Kill you Like they do in the movies » et « 15″ qui achève un album considérablement plus…-j’allais dire mature – que le précédent. Mais oui c’est peut-être ça finalement.. On avait l’impression de voir Manson mi-adolescent mi-devil « in bloom » avec sa nouvelle amourette et c’était assez agaçant. Il semble avoir repris les rennes et c’est tant mieux!!

  4. 4
    le Mardi 26 mai 2009
    Amilda a écrit :

    Je suis pas fan du personnage et pourtant, je trouve que cet album est une bonne tuerie ! J’adore ce titre là, armageddon machin, le clip est très bien fait et pour une fois moins crado que d’autre que j’ai vu.
    De plus, on sent que le chanteur a dû gagner en maturité, il a laissé tomber son look ridicule et dégueulasse à la joker plein de maquillage (qui ‘ailleurs lui avait ravagé la peau, lien de cause à effet ?)
    je trouve que son nouveau look est non seulement très classe mais en plus super niveau esthétique, ni trop, ni trop peu, on croirait que Manson est redevenu un ado physiquement, tout en étant devenu plus adulte en arrêtant de trop se grimer comme un clown et en pratiquant l’autodérision; enfin, des vêtements toujours bien, et surtout de la bonne zic !

    Merci pour la critique, c’est bien rédigé on pourrait presque écouter l’album rien qu’en la llisant ! Ca pourrait bien être le premier manson que j’achète :D

  5. 5
    le Mardi 26 mai 2009
    Leeloo a écrit :

    Et c’est l’Album de la semaine dans mon émission de radio ! 4 jours, 4 titres, je me gave !

  6. 6
    le Mardi 26 mai 2009
    Alex a écrit :

    Contente de voir que mon avis a l’air d’être partagé !
    Le CD bonus avec des versions alternatives de certaines chansons vaut le détour aussi ; Arma-Goddamn version teenage c’est juste pas possible, mais c’est assez drôle !
    Quelque part, ça me semble significatif aussi ; pour Eat me, on n’avait eu qu’une piste en bonus, une espèce de remix techno-dance de Heart Shaped Glasses à pleurer d’horreur… A priori, très peu de morceaux de cet album devraient être joués sur scène lors de la tournée : tant mieux !

  7. 7
    le Mardi 26 mai 2009
    Mike a écrit :

    Milieu goth… Marilyn Manson n’a jamais été goth, je ne sais pas d’où vient cette légende…
    Il a opter pour différent genres, un style par album, du crade de Smell like children et Anticrhist superstar, au paillettes de Mechanical Animals, en passant par le militaro/politique de Golden Age.

    C’est peut être une icône pour les goth, mais pas seulement.

    Selon moi, c’est une icône dans le monde du rock en général. Sa musique est chiadé, les zicos maitrisent le style et lui est un business et showman de talent.

    Dommage que certaines personnes s’arrêtent sur les « légendes » qui l’entourent. Sa musique est profonde et même très sensible par moment.

  8. 8
    le Mardi 26 mai 2009
    Amilda a écrit :

    Ah en vous lisant je m’apperçois que cet artiste a trop souvent été dévoyé injustement…j’imaginais pas qu’il pouvait avoir un univers aussi intéressant ! Heureusement qu’il y en a qui font des critiques plus objective du personnage (cf celle de cette page), car ce qu’on en lit par ailleurs ne donne pas vraiment envie de le découvrir ;) Pour ma part, c’est en lisant cet article que j’ai eu envie d’écouter, juste par curiosité, et celle ci est encore plus attisé à mesure que vos commentaires se précisent ;)
    Bref c’est bien de remettre les choses en place concernant cet artiste. J’ai lu quelques interview de lui, j’en ai vue une sur je sais plus quel site et ça m’a l’air d’etre quelqu’un de très posé et intelligent, avec des idées intéressantes sur plusieurs sujets, qu’il argumente très très bien selon moi.
    Bref, je finirais ma longue prose par un merci à Alex, qui qu’il puisse être il m’a donné envie de découvrir l’artiste c’est cool :D du nouveau son dans les baffes :D
    Au fait, j’ai oublié de le dire avant mais j’adore le solo de guitare de armageddon :D

  9. 9
    le Mardi 26 mai 2009
    Clara a écrit :

    Yes, une nouvelle recrue!! Bon boulot Alex ;) )

    Amilda ça fait tellement plaisir de voir qu’il y a des gens qui sont encore ouverts d’esprit et qui vont écouter au delà des préjugés et des « légendes ». Manson est un artiste exceptionnel, un poète, qui n’a pas encore fini de nous étonner….

  10. 10
    le Mardi 26 mai 2009
    cécile a écrit :

    merci pour cette chronique
    je la trouve pathétique manson nous avait abhaitué a de meilleur titre
    vs dites que les rithme sont entranant
    je suis dacor mais il faut précisé que une chanson douce est aussi entrenant
    la remarque sur Tim Skold est déplacé

  11. 11
    le Mardi 26 mai 2009
    Mike a écrit :

    C’est vrai Amilda, Alex est dans le vrai et je suis totalement d’accord avec son point de vue.

    Manson l’a « cherché » quelque part. Tous ces styles vestimentaires provocants. Mais ce n’est pas nouveau, c’est de la provocation ni plus ni moins.

    Manson me fait pensé à Bowie à son époque Ziggy Stardust. Maintenant Bowie est respecté, tout le monde se souvient de ses débuts mais aussi de l’artiste actuel.

    J’espère que ce sera pas pareil pour Manson. C’est un artiste complet. Musicalement mais aussi pour ses influences de mise en scène et photographiques. J’ai lu qu’il était très impliqué lors du tournage de ses clips. Et lorsque je vois des clips comme celui de The Nobodies, je me dit que ce n’est pas seulement un artiste musical.

    Amilda en tout cas heureux que tu apprécie désormais l’artiste et sa musique. Il n’est jamais trop tard pour découvrir. Plonge toi dans ses albums, notamment la trilogie comme l’explique Alex. Et écoute bien Mechanical Animals qui peut rebuter lors de la première écoute mais qui, selon moi, reste son album le plus abouti.

    A+

  12. 12
    le Mardi 26 mai 2009
    Kart a écrit :

    très bonne critique grand public bien qu’on sente clairement que la personne qui l’a écrite ne connaît pas très bien Manson et son univers. c’est un bon point dans le sens où cela permet d’avoir une vision presque « neutre », « nouvelle », mais cela ne permet pas d’avoir une critique faite avec du recul.

    Fan depuis plus de 12 ans, cet album est pour moi, comme pour tous les fans de longue date, un opus médiocre, sans inspiration ni univers. chose normale si l’on sait qu’il a été écrit sous la pression d’une maison de disque, et donc, sans réelle inspiration de la part de l’artiste. il n’y a qu’à voir les critiques des fans sur les forums pour se rendre compte que cet album sera un flop bien plus profond qu’eat me drink me.

    je trouve également la remarque sur tim skold exagérée, tim est un musicien de génie qui n’a malheureusement fait que ce que manson exigeait de lui sur eat me drink me. je trouve de plus que les solos sont la seule substance remarquable de cet album plutôt creux. mais chacun a le droit d’avois son avis…

  13. 13
    le Mardi 26 mai 2009
    Paul Bunyan a écrit :

    Je préfère Vincent Fournier!

  14. 14
    le Mardi 26 mai 2009
    Alex a écrit :

    Paul : surtout ne changez pas ! :D

    Kart : je vais vous contredire ; j’ai à mon actif quelque chose comme 8 concerts de MM, donc à peu près 80 heures d’attente, une jolie collection d’albums et de bootlegs en tous genres, et j’ai même poussé le vice jusqu’à me faire tatouer l’Omega de Mechanical Animals sur l’omoplate. Je réfrène ma propension exaspérante à la groupie attitude, et j’ai fait cette review en prenant le parti d’être objective et d’avoir, justement, du recul.
    Pour moi, l’absence d’univers marque précisément un nouveau tournant et, comme Clara l’a très justement dit en commentaires, un surcroît de maturité.
    Disons qu’à 40 ans et après avoir largement fait le tour de la satyre américaine, le fait d’opter pour une attitude un peu plus posée et un peu moins provocante apparaît comme légitime et sage.
    A mes yeux, Eat me Drink me était plus proche de la tentative grand public que vous semblez percevoir via cet album, avec un parti pris pour un look tendance, et des morceaux très pop où je n’ai personnellement pas ressenti la patte habituelle de l’artiste.

    Bon après, le fait est que chacun a aussi sa part de subjectivité et une expérience et une interprétation différentes de l’univers général de Manson, les désaccords sont parfaitement normaux et légitimes, mais je vous assure, je connais bien le phénomène ! :)

  15. 15
    le Mercredi 27 mai 2009
    Mike a écrit :

    Les deux avis se comprennent. Mais j’irai plutot dans le sens d’Alex.

    Le groupe de Manson évolue. Les influences accroient, la maturité également, le recul sur la musique au sesn général n’en est que plus grand.

    Certes, Kart tu as un point de vue de fan inconditionnel et même vieille école je dirai. Ca se respect. Tu te dis fan de longue date donc j’imagine que ce qui t’attirait à l’époque dans l’univers de MM te manque aujourd’hui.
    Je le comprend et le respect.

    Mais le coté caméléon de Manson, ce coté là, qui évolue, change, s’adapte et ce que moi j’attend à chaque nouvel album. Je ne peut donc qu’être surpris à chaque fois. Déçu par moment certes, mais dans l’ensemble ravi.

  16. 16
    le Mercredi 27 mai 2009
    Yieldrhen a écrit :

    Mouais, pour moi, ça reste simplement peu inspiré. Il y a un son qui s’est perdu au fil des années et la machine tourne à vide. Celui-là ou Eat Me, on ne peut pas dire qu’il y a une coupure franchement radicale, je trouve. C’est seulement très légérement moins indigeste, voilà tout.

  17. 17
    le Mercredi 27 mai 2009
    Domino a écrit :

    J’ai pas encore écouté cet album, ca devrait pas tarder…La chronique donne assez envie d’ailleurs…
    Mais je voulais dire que je comprenais vraiment pas ce qu’on pouvait reprocher a « Eat Me Drink Me »… A part le single « Heart Shaped Glasses » qui était tout simplement degueulasse lol, cet album m’a paru terriblement bien foutu, de la première a la dernière note…Je suis le seul a l’avoir apprecié? lol

  18. 18
    le Jeudi 28 mai 2009
    Alex a écrit :

    J’arriverai pas à être objective pour le coup ; j’ai pleuré des larmes de sang en écoutant Eat me, drink me (oui bon j’exagère un chouilla).
    Ce qui m’a fait grincer des dents, perso, c’est d’abord la voix de Manson que j’ai trouvée décalée à plein d’endroits par rapport à la musique.
    Pour le jeu, j’essaie de revenir sur toutes les pistes, de mémoire…

    « If I was your vampire », pour moi c’était du ciblage goth facile, imagerie à la Twilight (bien qu’avant l’heure mais c’était du même acabit), paroles décevantes, bof, bof.

    « Putting holes… », j’y reviens mais les solos de Timmy… Nan, nan, nan ! (Oui, je sais, c’est une remarque pathético-déplacée, nervermind)

    « Ret carpet grave »… A peine mieux que les deux précédentes, toujours un truc qui cloche par rapport à la voix, ça passe mais c’est moyen.

    « … Hell’s not hot » : emmerdante. C’est la seule chose qui me vienne à l’esprit quand j’y pense, parce que ça m’a vraiment pas laissé un souvenir impérissable.

    « … Car crash… » : Love is a fiiiiiiiiire => ouais c’est bon, on a compris.

    Je passe les lunettes, ensuite « Evidence » : celle là je l’ai bien aimée.

    « Are you the rabbit ? » : pas trop mal non plus.

    « Mutilation… » : j’ai ricané en entendant « I’ll stay the same as long as you have less to say » en me demandant de la gueule de qui il pouvait bien se foutre à ce niveau là. Mea culpa.

    « You and me… » : celle là je l’aime bien, la meilleure de l’album à mon avis.

    « Eat me, drink me » : pareil, pas mal, intéressante, se démarque assez de l’album.

    Ca m’en fait 4 de sauvables sachant qu’aucune d’entre elles n’arrive (à mon avis, pour moi, à mes yeux, en ce qui me concerne) à la hauteur de la plus « mauvaise » piste des précédents albums.
    On parle beaucoup d’univers propre à chaque album, pour moi celui-ci c’était du ratage justement par rapport à ça.
    Le thème était prometteur pourtant, mais j’ai pas vu de cohésion dans les différentes pistes de l’album ; à part des allusions dans « Are you the rabbit ? » et « Eat me, drink me », ce qui est assez maigre au final.
    Les paroles m’ont énormément déçue, j’ai eu l’impression que la moitié c’était, en gros, du « Dita-salope-pourquoi-tu-m’as-jeté-? » et l’autre moitié « m’en-fous-maintenant-j’ai-Kiddy », une espèce de journal intime adolescent assez pathétique et finalement rédhibitoire.
    Pourtant j’ai vraiment essayé de rentrer dedans, d’accrocher, de m’y faire… Mais non. Pas possible. Et les concerts auxquels j’ai assistés pendant la tournée de promo n’ont rien fait pour me convaincre davantage malheureusement.
    Je n’en attends ceux ci qu’avec plus d’impatience !

  19. 19
    Pascal
    le Jeudi 28 mai 2009
    Pascal a écrit :

    Ahhh Manson !! L’un de mes sujets préférés et un album que j’attendais avec impatience et craintes. Beaucoup d’excellentes choses ont déjà été écrites ici, et je vais essayer de ne pas faire trop de redites…

    J’ai mis quelques écoutes pour rentrer dans l’album. Quelques longeures tout de même (Into the fire, Running to the edge of the world, Unkillable Monster) mais très bon dans l’ensemble.

    Le clip d’Arma-goddamn-motherfuckin-geddon est tout simplement génial. Rien que pour revoir Manson en croquemitaine facon Smells like Children, ca vaut le coup d’oeil.

    Ce qui me frappe chez Manson, c’est cette nécessité de se trouver un best friend for life à chaque album. Comme s’il ne pouvait pas créer seul. Comme s’il lui fallait constemment un sparing partner pour se rassurer (Cf Reznor, Twiggy, Skold). Là c’est le grand retour de Twiggy avec un Manson qui se répends à tour de bras à quel point c’est fucking great de retrouver son ami de toujours.

    Pour ce qui est des annonces de ce début d’année qui décrivaient cet album comme la suite directe d’Antechrist, c’était clairement du pipeau. Et cela prouve l’inutilité totale de ce genre de déclarations uniquement destinées à faire monter le buzz. Comme il a été dit dans l’article la trilogie est bel et bien achevée et il aurait été limite pathétique de faire le même album qu’il y a 10 ans.

    Mais après 3 jours d’écoute, j’aurais tout de même deux reproches à formuler envers ce nouvel album:

    - les paroles, qui si elles sont heureusement largement au dessus d’eat me drink me, n’arrivent pas à la hauteur d’un Mechanical Animals ou d’un Holywood. Ca va faire deux albums qu’à chaque fois que Brian nous case le mot « love » quelquue pqrt c’est pour l’utiliser d’une facon toujours fois plus ridicule que la précédente. Donc à partir de maintenant, Brian, car je sais que tu nous lis, le mot « love » est interdit. Verboten. Forbidden.

    - l’univers moins consistant que par le passé. Même Eat me drink me, que je réecoute à l’occasion avec plaisir, en avait un. Bien sûr avec un tel potentiel que le vampirisme-post romantico-goth, un artistes comme Manson aurait pu faire 10 fois mieux, mais on va dire que c’était la faute de Tim… Là, je ne vois pas trop comment classifier ce disque. Et comme je suis quelqu’un d’assez simple au demeurant, à qui il faut une étiquette et une case pour tout, ne pas pouvoir résumer l’univers de the High End of Low, ca me perturbe….

    Reste le problème le plus épineux lorsqu’il s’agit de Manson et qu’Alex évoaquait dans son dernier post : le live. Après la catastrophe de 2007, avec un concert lamentable aux Eurocks, va falloir songer sérieusement à faire un éffort de ce côté là. Je veux bien une fois de plus, mettre cela sur le compte de Tim, mais le live n’a jamais été le point fort de Manson. Comme si ca le faisait royalement chié de venir se trémousser devant la plèbe.

    Pourtant avec un répertoire comme le sien et des univers visuels d’une telle force, tous les ingrédients devraient être réunis pour faire de ses concerts une expérience inoubliable. Au lieu de cela Môssieur Warner, nous joue le coup de 70 minutes de concert avec en géneral au moins deux reprises, si ce n’est trois, avant de sortir de scène comme un voleur après avoir vaguement harangué la foule  » How does it feel to be one of those beautiful people ?? « . Avec 30 minutes de concert en plus, on se sentirait nettement mieux…

    Espérons que 2009, soit le signe du renouveau scénique de notre cher Révérend. Verdict dès la semaine prochaine…

  20. 20
    le Jeudi 28 mai 2009
    Julien Vachon a écrit :

    c’est vrai que ses clips très spectaculaires. On y voit à quel point il a des multitudes d’influences plasticiennes. Un gros travail sur la photo, je me demande qui est le chef de la photographie sur ses différents clips.
    Puis les couleurs et le montage font de ses clips des mini court-métrages

  21. 21
    VIOLHAINE
    le Jeudi 28 mai 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Non non Domino, moi aussi j’ai bien aimé Eat me Drink me… Je ne saurais pas du tout, du tout expliquer pourquoi par contre !

    Et à propos du concert aux Eurocks ya deux ans, l’intro sur « If I was your vampire », avec la pleine lune projetée sur les écrans, j’avais trouvé ça… frissonnant de beauté !

    Mais je suis bon public, en même temps.

  22. 22
    Pascal
    le Jeudi 28 mai 2009
    Pascal a écrit :

    Et à propos du concert aux Eurocks ya deux ans, l’intro sur « If I was your vampire », avec la pleine lune projetée sur les écrans, j’avais trouvé ça… frissonnant de beauté !

    Ah non carrément ca l’avait fait !! Surtout que If I was your vampire est une excellente intro. En plus la scène était assez sombre et on ne voyait pas Tim Skold. Donc c’était parfait.

    Par contre quand il y a eu plus de lights et qu’on a mieux vu et entendu Skold, c’était l’horreur…. John 5 avait quand même beaucoup plus la classe ! Outre le fait que ca a l’air d’être le gars le plus sympa de la Terre…

  23. 23
    le Jeudi 28 mai 2009
    Alex a écrit :

    Sur la même tournée, à Bercy, y avait Evan Kiddy Wood dans un coin de la scène. Je l’ai vu mettre ses lunettes de soleil en forme de coeur quand il a chanté Heart Shaped Glasses. J’en fais encore des cauchemars régulièrement.

  24. 24
    le Jeudi 28 mai 2009
    Amilda a écrit :

    Salut !
    Ah ben ça en fait des commentaires en plus à lire c’est cool !
    Alex, merci de tes conseils éclairés je vais voir ce que c’est que cette fameuse trilogie dont tout le monde parle, et que tout le monde s’accorde à dire que c’est trop génial ? Bon j’ai encore plein de choses à découvrir c’est bien ! Sinon, j’ai finalement acheté l’album, après plusieurs écoutes sur le net, et franchement il me plaît. En même temps, ne connaissant pas beaucoup l’artiste je ne peux pas avoir de recul et dire ah c’est trop génial cet opus de manson ! Mais en lisant vos comms’, je constate que ce que jee trouve déjà bien musicalement existe en encore mieux (selon vous ;) ) dans ses albums antérieurs ! Théoriquement il me reste de la meilleure zic’ à découvrir youpi ! :D
    L’album en lui même donc m’a globalement plu, j’apprécie les guitares saturés, de jolis solos et une batterie qui a presque un rythme militaire et lourd par endroit. Ca me change de ce que j’écoute de d’habitude (les Corrs, jugez le contraste !), et les paroles ben…elles sont un peu trop vagues parfois je trouve, cela tient peut-être à ma compréhension de l’anglais (bien que je l’étudie depuis un moment), mais y a des chansons, j’ai du mal à voir où Manson nous emmènes ? A l’inverse, d’autres dont le texte cède un peu à la facilité, genre poème que un ado pourrait écrire…mais la musique ratrappe selon moi :D

    Pour le clip de Armageddon, je le trouve que ce clip est très bien fait et sert bien sa chanson, c’est du spectacle ! Niveau esthétique les costumes sont bien, le maquillage impec’ et franchement moins crado que dans d’autres clips que j’ai vu. C’est plus sobre tout en étant complexe (si vous me suivez). A noter un détail qui m’a fait rire, le costume avec chapeau à la Alice Cooper (Welcome to my nightmare ») de Manson à certains moments du clip, je sais pas si c’est volontaire, mais je trouve la ressemblance amusante !

    Pour finir mes impressions de néophyte en matière de musique…mansonienne ?, j’ai recherché des vidéos de live sur youtube et franchement j’ai été un peu déçue. effectivement, pour un artiste possédant un univers d’une telle densité on s’attend à un peu plus de…je sais pas comment dire ça. D’abord manson ne donne pas l’impression d’être content d’être là; ensuite, il ne semble pas communiquer beaucoup avec son public…et je ne sais pas si c’est juste les vidéos que j’ai vu, mais il ne semble pas avoir beaucoup la pêche sur scène c’est dommage ! J’ai vu une vidéo de Sweet dreams et je l’ai pas regardée jusqu’au bout, c’était limite soporifique, la voix de manson semblait comme désincarnée…tout en étant semblable à l’album c’est bizarre ! On voit peu de complicité entre les musiciens aussi, on a pas l’impression de voir un groupe sur scène mais manson d’un côté, et des musiciens quelconque de l’autre…l’espace semblait mal utilisé, manson ne se déplaçait quasiment pas sur scène et restait presque toujours dans son coin. Ajoutez à cela des filles nues qui dansent lascivement, ça a achevé de me dégoûter un peu… d’autant que je vois vraiment pas l’utilité de ramener ces filles…Manson n’a pas besoin de ça pour se faire écouter, son groupe a suffisamment de talent je trouve sans s’abaisser à ça !

    Bon après je juge que ce que j’ai vu comme extraits de live, un extrait n’est bien sûr pas un tout, donc j’attends de voir quel live un fan conseillerais pour voir ce que ça vaut. J’avais pourtant entendu dire que Manson faisait des show à la U2, très élaborés et très spectacle-spectacle, je ne demande qu’à voir du coup ^^ !
    Je juge aussi d’après les groupe que je connais, ToTo, The corrs ou Metallica, c’est surtout des musiciens et avec de simples instruments ils captivent des auditoirs immenses, sans en rajouter dans le spectacle : juste lumière, fumée et musica.

    Bon après, ces groupes ne peuvent être comparés, j’imagine, à manson niveau style, mais j’aimerais bien voir un live de qualité de sa part, car pour moi c’est là que l’on peut voir si un artiste est vraiment bon et maîtrise son sujet !

    Vkilà désolée d’être si longue, je vais retourner écouter ma nouvelle acquisition et essayer d’en savoir plus sur le groupe :D et son oeuvre of course !

    Ah oui au fait tite anecdote : tout à l’heure j’écoutais sweet dreams et ma mère m’a dit qu’elle trouvait la musique très belle (!) ^^
    Intergénérationnel, le manson ?

  25. 25
    Pascal
    le Jeudi 28 mai 2009
    Pascal a écrit :

    A l’inverse, d’autres dont le texte cède un peu à la facilité, genre poème que un ado pourrait écrire…

    C’est malheureusement un travers de ce nouvel album. Mais sur le précédent c’était pire.

    @Amilda. Pour le live, je ne peux que te confirmer l’impression que tu as eu en visionnant les vidéos. J’ai trouvé hallucinant que même pour le DVD live sorti il y a quelques années déjà, Manson n’a pas été foutu de mettre ne serait-ce qu’un morceau « complet ». Au lieu de cela c’était une espèce de pots pourris de plein de bouts de concerts, sans grande cohérence, avec une piste audio visiblement largement retravaillée en studio par dessus. J’ai rarement vu un DVD musical aussi bordélique.

    Tu mentionnes Metallica. Et effectivement ce groupe en live est une référence ultime, selon moi, de performance scénique et de contact avec un public. Tout comme Trent Reznor de NIN. Que cela soit avec des effets spéciaux de malade (Cf light in the sky tour) ou avec quatres lampes de cuisine qui eclairent une scène nue, Reznor est un performer hors du commun. Et ses concerts des moments uniques avec, chose appéciable et bcp trop rare, des set lists qui varient énormément entre chaque date.

    Ajoutez à cela des filles nues qui dansent lascivement, ça a achevé de me dégoûter un peu…

    Elles ne devaient pas être nues. N’y avait-il pas un genre de prothèse couleur chair ?

    J’aimerais bien voir un live de qualité de sa part

    Le DVD « Dead to the World »
    http://en.wikipedia.org/wiki/Dead_to_the_World

    Théoriquement il me reste de la meilleure zic’ à découvrire

    A titre personnel je ne peux que te conseiller Mechanical Animals, Holywood et le live The Last tour en earth. Et dans un second temps Antechrist Superstar, peut être plus difficile d’accès.

  26. 26
    le Jeudi 28 mai 2009
    Arno Mothra a écrit :

    Ce qui est triste, c’est que certains n’acceptent pas que Manson soit plus humain, et qu’il ait aussi 40 ans, ce qui limite franchement le discours. Son parcours semble logique dans un post- »Holy Wood », ce qui le rend à mes yeux crédible (ce qui n’est pas évident après 7 albums, 20 ans de carrière, et surtout les rôles passionnants qu’il a endossés).

    Inconditionnel de Manson depuis « Dope hat », je n’ai jamais été déçu, peut-être parce qu’il nous a habitués à ses évolutions. « The High End of Low » débarque en trouvant l’audace, encore une fois, de surprendre même son vieux public. Rien que pour ça il frappe très fort, car il faut bien admettre que dans cette tranche musicale le pari est plus que risqué.

    S’il fallait trouver un fil conducteur voire un concept (alors que je rejoins Alex pour « Eat me, drink me », sur lequel le trip Lewis Carroll ne s’étire que sur deux titres), je pencherais pour la mise en film de Marilyn Manson, le personnage créé de toute pièce. Brian Warner n’a à mon sens strictement aucun rôle dans ce disque. On retrouve le Manson-Monstre, le Manson-pute-à-médias-qui-parle-de-sa-life, le Manson-arrogant… Pas étonnant que la bande-film gravée sur les deux cd (pour ceux qui ont les [pour une fois] super bonus), que les photos du livret soient de cet acabit, et que le thème du cinéma revienne régulièrement dans l’album (« Into the fire », « I want to kill you like they do in the movies ») : Manson met en scène ce qu’il a toujours été comme étant un personnage.

    Musicalement, je le considère comme l’un des meilleurs disques de Manson, avec « Mechanical Animals » et « Holy Wood ». En bazardant la pop-rock-teenage-Europe2-LeMouv-j’adore-les-Converses « Unkillable killer », pourtant assez intéressant sur le texte, cet opus est vraiment de qualité, sans parler de sa sincérité (j’avais peur avec le retour de Twiggy, d’une sorte rétrogradation mal venue sur la période sombre du groupe). Et que dire de l’efficacité de « Pretty as a $ », « Arma-Goddamn » ou « I have to look up just to see hell » ? Je ne m’attendais pas à de tels morceaux, quoiqu’à la réflexion, à « Wow » et « Into the fire » non plus…

    Mon seul regret avec Marilyn Manson : qu’il n’apparaisse plus comme un groupe. Quant à « Eat me, drink me », je trouve ça drôle de voir à quel point on crache sur ce disque car à l’époque, c’était encore largement pire avec « Mechanical animals » (et tous ceux qui ont suivi, en fait) et certains textes de 1998 ne volent pas plus haut. Vive « Heart-shapped glasses », excellent titre emprunt des élans des débuts gothique-freak années 80 (new wave et batcave) ! :) ) Pour « If I was your vampir », Manson voulait proposer une sorte de nouveau « Bela Lugosi’s dead » de Bauhaus ; pour moi la magie est là. Pourquoi parler d’un racolage sur les ados ? Ados, qui, précisons-le, ont été les premiers à dénigrer ce disque tout de même !

    Amilda = pour les concerts, malheureusement « Dead to the world » et « God is in the tv » n’existent qu’en VHS. Mais le dvd « Guns, god and government » vaut franchement le coup, malgré le montage particulièrement louche (et épuisant) de beaucoup de dates réunies en une seule (et à cette époque, tous les musiciens semblaient bien s’entendre sur scène, ce qui n’était le cas ni avant ni après). Pascal t’es sûr que « Dead to the world » existe en dvd ?

  27. 27
    le Jeudi 28 mai 2009
    Arno Mothra a écrit :

    Pour l’aspect « concept de film sur son propre personnage », je vous renvoie également à la vidéo d’ »Arma-goddamn », qui ne doit pas être anodine non plus !

  28. 28
    Pascal
    le Jeudi 28 mai 2009
    Pascal a écrit :

    Pascal t’es sûr que « Dead to the world » existe en dvd ?

    En fait non. C’est vrai qu’à l’époque il avait été annoncé qu’il allait sortir en DVD. Mais apparemment ce n’est toujours pas le cas…

  29. 29
    VIOLHAINE
    le Jeudi 28 mai 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    chose appéciable et bcp trop rare, des set lists qui varient énormément entre chaque date.

    Björk aussi ! Björk aussi !

  30. 30
    le Jeudi 28 mai 2009
    Alban a écrit :

    Je n’ai plus qu’une chose à faire, écouter cet album!! Merci pour cette note qui donne terriblement envie d’écouter l’album!

  31. 31
    le Mercredi 3 juin 2009
    reverendforever a écrit :

    manson n’est pas simplement un vecteur d’ideologie
    mais c’est LE REVEREND!!!!!

  32. 32
    le Mercredi 3 juin 2009
    reverendforever a écrit :

    à oui!!! j’oubliais the high end of low déchire!!!!!!!!!!!!!!

  33. 33
    le Vendredi 5 juin 2009
    Iinsulait a écrit :

    Youpi !! hourra !!! glou glou…

  34. 34
    le Mardi 9 juin 2009
    Gicolas a écrit :

    Running to the edge of the world >> « …Cette balade est peut-être la piste la moins réussie de l’album… »
    Je suis pas du tout d’accord mais alors pas du tout avec toi Alex. Cette chanson est enorme…

    Un truc qui m’a marqué: certaines pistes sont teintées de déjà entendu sur les premières notes:

    « Devour » –> le début rappelle étrangement « Minerva » de Deftones. Perturbant mais quand même très très bon!

    « Arma…geddon » –> le début sonne vraiment comme « Bigger hole to fill » des HIVES

    « Blank and white » –> un ptit air de Nirvana sur la guitare comparé à « Whight spider » qui ne sonne que comme du Manson

    « 15″ –> me fais vraiment pensé à MGMT

    Ce furent mes premières impressions à chaud!
    Mais cet album se révèle davantage au fur à mesure des écoutes et j’adore ça.

    Juste un grand merci Mr Manson…

  35. 35
    le Mardi 9 juin 2009
    jayce a écrit :

    « ce qui nous évite d’avoir à subir les abominables solos de Tim Sköld, horripilants dans Eat me, Drink me »…… eh bien, qu’est ce qu’il faut pas entendre…

  36. 36
    le Mardi 9 juin 2009
    Alex a écrit :

    Pour les choses qu’il ne faut pas entendre, je conseille la plupart des concerts de promo de l’album à l’heure actuelle… Mais j’y reviendrai dans un futur assez proche…

    En revanche, je réaffirme : Jeordie rocks !

  37. 37
    le Mardi 9 juin 2009
    k. a écrit :

    Se taire et écouter c’est bien aussi.

  38. 38
    Pascal
    le Mercredi 10 juin 2009
    Pascal a écrit :

    Petit retour sur expérience du WE dernier sur le live de Manson au Rock am Ring.

    Énormes appréhensions. Ça fait des années que Manson c’est de pire en pire en live. Et je ne me suis toujours pas remis du live aux Eurocks en 2007.

    Les récentes interviews du principal intéressé n’étaient pas non plus vraiment faites pour rassurer quant à sa capacité à proposer un truc valable.

    Froid glacial et public très en retrait quasi amorphe. Mais prestation très correcte. Voire bonne.

    Le groupe est vraiment bien en place. Twiggy est très mis en avant. Beaucoup plus qu’a l’époque. Jeu très carré de sa part. Il y a pas à dire, il assure.

    Manson est très sobre également. Pas de grandes mises en scène, ni de changement de costume. La voix est OK mais il n’arrivera pas à faire bouger le public et finira par l’insulter. Les nouveaux titres passent bien. WOW et Four rusted horses tout particulièrement.

    Une set list très courte avec LA bonne surprise ( Rock’n roll nigger ) du concert. Mais au final un simple show promo. Bon, mais à aucun moment transcendant. Même pour un festival c’est beaucoup trop court. Bien qu’il ne jouait pas sur la grande scène, il était tout de même programmé à 23h00 et aurait pu en donner un peu plus. Là c’était le minimum syndical.

    D’autant plus frustrant qu’avec le répertoire qu’il a, chacun de ses concerts devrait être une expérience sonore et scénique destinée à marquer durablement les esprits. Il en a le potentiel, mais pas toujours l’envie.

  39. 39
    le Mercredi 10 juin 2009
    k. a écrit :

    Je pense aussi qu’à un moment donné, faut arrêter d’attendre quoi que ce soit des artistes aussi mythiques soient-ils. Vous fonctionnez tous par comparaisons, et c’est hautement réducteur.

    Donner un peu plus sur scène face à un public amorphe, c’est une blague. Je pense qu’à l’avenir, les artistes ne prendront plus la peine de se déplacer si ce n’est que pour faire une prestation de service qui de toute façon ne satisfera jamais la majorité. Déjà que Manson continue à produire des albums de très très grande facture, c’est énorme. Dévorer son univers égoïstement le casque bien calé sur les tympans est jouissif. A quoi bon se mélanger dans la masse, festival ou pas, si c’est pour grapiller quelques malheureux pixels sur écran géant et entendres les critiques grommeler dans leurs barbes. A quoi bon effectivement si même l’artiste n’a pas envie de faire la promo/pute. Et s’il n’a pas été transcendant ici, il le sera ailleurs, question de timing/feeling/cachet allez savoir. Et il a bien eu raison d’insulter le public en question, festivalier, bovin, consommateur de bruit et de breuvages insipides etc etc en dehors de quelques passionnés minoritaires apparemment…

    Bref.

  40. 40
    VIOLHAINE
    le Mercredi 10 juin 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    A l’heure où dans les esprits la musique est gratuite sous sa forme de salon, il me semble que les artistes devraient au contraire tout miser sur la scène.
    De mon point de vue, je préfère payer 30e une place de concerts plutôt que 20e un album. Et par respect pour les gens qui se déplacent, qu’ils viennent découvrir, qu’ils soient de simples curieux/badauds ou qu’ils soient de fidèles admirateurs, il me semble qu’un artiste doit tout donner sur scène.
    Evidemment, ils sont humains, et ont des hauts & des bas. Mais quand le médiocre devient récurrent…
    Je n’aurai pas envie d’acheter l’album d’un artiste qui m’a déçue en live. Au contraire, une bonne prestation, qui saura me surprendre, me donnera envie de suivre un groupe, même éloigné de mes goûts de base.
    Et je préfère être collectionneuse de tickets de concerts plutôt que de CDs.

  41. 41
    le Mercredi 10 juin 2009
    julien vachon a écrit :

    Tout à fait d’accord avec toi Violhaine…
    Personnellement j’étais fan de Calogéro, c’est-à-dire j’achetais chacun des ses albums jusqu’à POMME C que j’ai offert à ma mère …
    Et je me suis détourné de cet artiste au niveau des albums, tout simplement par ce que ses albums sont souvent trop surjoué au niveau des mixages… Il veut absolument faire un compromis entre prise studio live et mixage extravagant… Au point que ceux qui on pu le voir en concert sont déçu entre la qualité scénique, le son et l’atmosphère et la qualité des CD qui sont sur joué.

    Un autre artiste comme ARKAN que je vais vous conseiller en live… Et bien leur albums… Je les ai, mais je ne lais parcouru que deux fois et sans plus.

    Vive le LIVE

  42. 42
    le Mercredi 10 juin 2009
    k. a écrit :

    Et si les artistes après 20 de carrière se lassaient de la scène, cela ne vous a jamais effleuré l’esprit ?

    Les moyens de diffusion de la musique ont évolué, certes, mais le public aussi, et face à des bovins, pensez-vous vraiment qu’on peut tout donner sur scène ? Si certains artistes peuvent se permettre de vivre de leur zique sans avoir à se taper une centaine de dates, alors ils en profitent, et la médiocrité de leur prestation n’est que le reflet de ce que dégage le public en face (et/ou ils n’ont plus envie de jouer les clowns déjantés sur scène) ce ne sont pas des machines.

    Ce qui me choque, ce sont tous les reproches qui pleuvent sur Manson en termes de live. Le jour où il ne sortira plus de son antre et se contentera de pondre des albums studio, vous pleurerez comme des gamins à qui on a volé leur sucette.

  43. 43
    VIOLHAINE
    le Mercredi 10 juin 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Et si les artistes après 20 de carrière se lassaient de la scène, cela ne vous a jamais effleuré l’esprit ?

    Oui, et c’est bien pour ça que tous les vieux groupes finis ressortent de leur tombe pour quelques concerts (Stones, Pumpkins, Rage…).
    Ha mais oui il ya une question d’argent. Et raison de plus pour AU MOINS satisfaire les (b)ovins qui se précipitent pour débourser !…

  44. 44
    le Mercredi 10 juin 2009
    Alex a écrit :

    « A l’heure où dans les esprits la musique est gratuite sous sa forme de salon, il me semble que les artistes devraient au contraire tout miser sur la scène. »

    Complètement d’accord avec toi, VIOLHAINE.

    Pour ce qui est de l’hypothétique lassitude, je reste dubitative.
    Qu’ils en aient marre de constamment jouer/chanter les mêmes chansons, c’est compréhensible.
    Qu’ils changent donc de setlist !
    Ca me rappelle les derniers concerts de NIN auxquels j’ai assistés, en 2007, à l’Olympia. Deux soirs de suite, deux concerts totalement différents.
    Je suis la première à rouler des yeux, avoir envie de me taper la tête contre les murs et pleurer des larmes de sang en voyant le public de Manson.
    Mais il n’empêche que dans le lot, il y en a d’autres qui comprennent et adhèrent à l’univers de l’artiste et pour qui il serait au minimum légitime de se défoncer le cul.
    D’ailleurs, même en dépit de tout ça, le dernier point de VIOLHAINE est parfaitement pertinent et fait office d’argument ultime à mes yeux : n’importe qui ayant payé une cinquantaine d’euros sa place de concert est légitimement en droit de s’attendre à une prestation à la mesure de la dépense.
    D’accord les accidents de parcours existent, quand ils se font monnaie courante, il est temps pour la star de redescendre de son piédestal et d’arrêter les frais.

    Enfin, concernant MM, un des derniers lives en Autriche était apparemment tout à fait correct.
    16 chansons sur la setlist, pas trop d’erreurs ni d’oublis dans les paroles et la musique impeccable, comme d’habitude.
    C’est quand même le minimum pour un artiste de cette trempe, non ?

  45. 45
    le Mercredi 10 juin 2009
    julien vachon a écrit :

    … Oui le procédé et le comportement a bien changé… Puis y aussi l’humeur de l’artiste, car un artiste n’est pas une machine, mais une sacoche d’émotion et d’affects, quand elle est vide… Rien n’en ressort.

  46. 46
    le Mercredi 10 juin 2009
    k. a écrit :

    Le summum pour un artiste de cette trempe est tout de même d’envoyer chier le public, car après tout il n’en a pas besoin pour vivre.

    Ca m’a toujours fait doucement rigoler les ‘attentes’ et autres ‘déceptions’ d’un public lambda, fanatique hystérique ou pas. Et l’argument ultime, celui du fric que vous avez dépensé. Royalement pathétique, excusez du peu. Faudrait vous faire rembourser peut-être ? avec vidéo de show merdique à l’appui ? La seule raison valable à mes yeux serait un incident technique suffisamment gros et grave pour foutre en l’air toute une performance scénique (cf l’un des derniers concerts d’Oasis si je ne m’abuse).

    Le jour où vous comprendrez que les artistes ne sont pas des prestataires de service sur pattes, alors vous aurez mon respect. En attendant, c’est loin d’être gagné.

  47. 47
    le Mercredi 10 juin 2009
    PaD a écrit :

    Bon… Je pense que le but premier de la musique c’est quand même d’être écouté en Live, non ? Qu’il y ait 10 ou 10000 personnes. Je trouve que le CD n’est qu’un outil de communication au même titre qu’un T Shirt ou une affiche, ce qui fait la force d’un groupe ou d’un artiste c’est sa prestation scénique. Si un artiste laisse de coté son public Live parce qu’il vend assez de CD pour en vivre il se détourne de ce qui fait de la musique un art et non simplement une industrie. Non ?

  48. 48
    VIOLHAINE
    le Mercredi 10 juin 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Je ne cours après le respect de personne, surtout pas celui de quelqu’un qui détourne mes propos…
    J’ai parlé de la thune lâchée pour un concert en comparaison de l’apparente gratuité de la musique (génération mp3), c’est tout. J’aurais très bien pu parler des bornes parcourues pour aller à un concert, ou simplement, le fait de se déplacer, par curiosité ou admiration.

    De plus, loin de moi l’idée de me faire rembourser pour un concert qui n’aurait pas été à la hauteur de mes petites attentes personnelles.
    Seulement, une déception me refroidit, et dessert complètement l’artiste à mes yeux. D’où l’importance de satisfaire son public en concert. Simplement, la valeur ajoutée qui distingue les artistes phénoménaux et ceux qui sont pas mal à juste écouter chez soi…

  49. 49
    Pascal
    le Mercredi 10 juin 2009
    Pascal a écrit :

    Plus que l’argent, ou le temps passé sur les routes, le problème d’un concert raté d’un artiste de cette trempe c’est avant tout la DECEPTION qu’elle engendre sur le troupeau qui s’est déplacé en masse pour cet évènement. Je n’ai qu’à me rappeler en 99 à Belfort, quand déjà Manson s’était barré avant la fin de son set. Les lumières rallumées sur le pupitre d’Antechrist Supertar qui n’avait pas eu le temps de servir, putain les boules…

    Ces quelques instants attendus, rêvés, fantasmés, souvent depuis des mois, c’est AMHA la véritable quintessence qui fait que le live ne connaitra jamais la crise.

    Le summum pour un artiste quel qu’il soit, c’est de s’engager à fond dans tout ce qu’il fait. S’il ne veut pas faire de concert, il n’en fait pas. S’il se présente devant un public, à lui de l’emmener avec lui dans son monde. Le summum pour un artiste c’est de respecter son public. A ce propos je vous conseille à tous le visionnage du documentaire Flight 666 de Maiden, même si vous n’en avez rien à carrer du groupe…

    Arriver sur une scène totalement bourré et on drugs, ça se rapproche dangereusement de l’incident technique que tu évoques K. Et si cela prend le caractère systématique dont parle Alex, alors ça devient du foutage de gueule. Aucune subversion là dedans. Aucun prétexte artistique.

    Quand Dylan en plein milieu d’un concert de folk est passé de but en blanc à l’électrique, sous les huées de la moitié de la salle, c’est un bon exemple d’un artistes qui fait son truc indépendamment de ce que pourraient penser ceux qui sont venus le voir.

    Il n’est pas question ici d’instaurer des obligation de résultats ou de performances pour nos chères rock stars. Ce serait profondément stupide. Mais à partir du moment où un artiste monte sur scène, il est légitime de parler de sa prestation. De l’analyser, de l’apprécier et de la commenter. Tout comme on le ferait pour un CD, un film, une peinture ou toute autre chose.

  50. 50
    le Jeudi 11 juin 2009
    Dahlia a écrit :

    « Arriver sur une scène totalement bourré et on drugs, ça se rapproche dangereusement de l’incident technique que tu évoques K. Et si cela prend le caractère systématique dont parle Alex, alors ça devient du foutage de gueule. Aucune subversion là dedans. Aucun prétexte artistique. »

    Le genre de trucs qui a lassé même les plus grands fans d’Amy Winehouse qui en avaient plus que marre de la voir arriver bourrée ou défoncée sur scène (à ne même plus pouvoir assurer le show correctement), ruiner le moindre concert, voir les annuler à la dernière minute parce qu’elle a encore frôlé l’overdose…

  51. 51
    le Vendredi 12 juin 2009
    k. a écrit :

    « Mais à partir du moment où un artiste monte sur scène, il est légitime de parler de sa prestation. De l’analyser, de l’apprécier et de la commenter. Tout comme on le ferait pour un CD, un film, une peinture ou toute autre chose. »

    Oui et c’est bien là le problème. Tout doit passer sous le crible de la critique, satisfaire les attentes des uns et des autres comme si l’on avait signé un contrat à durée illimitée. Tout se paie, tout se mérite, tout se perd. Même le respect.

    Et il reste quoi ? de petites crottes littéraires plus ou moins finement ciselées pour la circonstance, des larmes de sang (n’importe quoi) et une intolérance grandissante à la frustration de la part de ceux qui croient tout savoir sur tout et n’admettent pas être déçus.

    On pourrait faire le parallèle avec d’autres domaines d’ailleurs. Bref.

    C’est beau. Vous êtes sur la bonne voie.

    Cheers.

  52. 52
    le Vendredi 12 juin 2009
    Alex a écrit :

    Tiens, tiens, tiens… :)

    Pour ceux que ça intéresse : après l’Autriche, quelques vidéos du concert en Slovaquie ont été mises en ligne. Le niveau regagné a l’air d’être maintenu ; MM semble beaucoup plus en forme, plus « dedans », tout simplement, et même si c’est difficile de prévoir quoi que ce soit avec Mister Roulette Russe… Ca n’en donne pas moins un regain d’optimisme ! (et aaahhhh, The Love Song qui réintègre lentement mais sûrement sa place dans le top 15 ça fait quand même plaisir !)

  53. 53
    le Vendredi 12 juin 2009
    Arno Mothra a écrit :

    Je rejoins Kyra mais là où je ne comprends pas votre raisonnement, c’est que vous parlez de Manson comme étant médiocre sur scène, et vous y êtes allés au moins 7 ou 8 fois le voir. Là, je ????!!?

    On peut très bien aimer un groupe sans avoir besoin de l’entendre en live. Perso je préfère largement acheter un CD qu’un billet de concert.

  54. 54
    Pascal
    le Vendredi 12 juin 2009
    Pascal a écrit :

    @Arno Preuve que notre intolérance à la frustration n’est pas si prononcée que K veut bien le faire croire

  55. 55
    le Vendredi 12 juin 2009
    Arno Mothra a écrit :

    Au moins la bonne nouvelle, c’est que Manson cesse avec « Tainted Love » & co en live, et il a l’air d’apprécier de faire des petits bons :) )

  56. 56
    le Dimanche 14 juin 2009
    Alex R. a écrit :

    Hé bien je suis agréablement surpris de certains commentaires (je n’ai pas tout lu pas le courage), et surtout de la critique très objective…

    Il est vrai que Manson a fait beaucoup trop de « commercial » entre sa peinture et son simili d’album (Eat Me Drink Me)… J’ai donc écouté cet album (avant de lire la critique ^^) avec un petit côté craintif.
    Cependant dès la première musique « Devour » je me suis dit « Ça c’est du VRAI Manson ! » Malgré les rythmes globalement « lents » des chansons, on ressent qu’il a retrouvé de son énergie d’en temps…
    Que du plaisir de pouvoir enfin ré-entendre du bon son venant de lui, ça me donne envie de réécouter les précédents albums tout ça… donc je vous laisse suite à ce loooooong message histoire de me plonger un peu plus dans l’écoute de cet album =)

    Et encore, un grand merci pour la critique très bonne de mon homonyme ^^

  57. 57
    le Mardi 26 mai 2009
    Alex a écrit :

    Personnellement, les albums Antichrist et Mechanical, je les trouve assez représentatifs de la dichotomie incluse dans son nom de scène. Antichrist c’était Manson et Mechanical s’approchait bien plus de Marilyn. D’ailleurs j’ai toujours pensé que Mechanical était un album bien plus tragique et sombre qu’Antichrist Superstar ; l’énergie à visée apocalyptique (plus individuelle que collective) qui était la force motrice d’Antichrist est court-circuitée dans Mechanical par un regain d’émotions qui semble arriver trop tard pour que la chute soit optimiste.

    Le parallèle avec le milieu goth tient bien plus à ses différents looks qu’à sa musique en tous cas, un de ses principaux points forts étant sa capacité au renouvellement à chaque album – même Eat me, Drink me quand on y pense ; il avait encore jamais fait d’album merdique, fallait bien tenter le coup ! (Oui, je sais, j’en rajoute, mais alors vraiment, cet album là, j’l'aime pas !)

    Pour les différentes légendes au moins aussi débiles les unes que les autres… A chaque nouvel album, je me dis « bon, maintenant, ces histoires de côtes et Cie, ça commence à vieillir, on n’en entendra au moins plus parler ! »… Et si, tout le temps.
    Désespérant.

  58. 58
    le Mardi 26 mai 2009
    Alex a écrit :

    Merci pour les compliments ! :)

    Mike, je suis d’accord avec toi par rapport à Mechanical, c’est aussi l’album que je préfère. Il y a une part de subjectivité parce que l’univers me parle particulièrement, mais au niveau musical, je crois vraiment que c’est ce qu’il a fait de mieux. Le bassiste de l’époque (Jeordie White) s’était énormément investi sur cet album ; il est d’ailleurs de retour dans le groupe pour The High End of Low en tant que guitariste, d’où les solos particulièrement bons sur Arma… et d’autres pistes !

    La provocation a toujours été la marque de fabrique de Manson, ce qui lui a permis de se faire connaître, mais a malheureusement suscité essentiellement l’intérêt de personnes qui accordaient une importance démesurée aux rumeurs en se souciant peu de l’univers réel de l’artiste.
    Personnellement, je suis souvent effondrée dans les files d’attente des concerts ; j’imagine que c’est la rançon de la gloire… Le fait de le voir revenir en étant plus sobre me semble être une très bonne chose par rapport à ça, peut-être que des personnes plus sensibles à son apport artistique s’y intéresseront, ça ne peut être que positif.

    Je me souviens avoir découvert Antichrist Superstar quand j’étais assez jeune, trop pour comprendre l’intégralité des références à la culture américaine contenues dans l’album, que je trouve davantage profond que simplement tapageur.

    Cécile : la remarque sur Tim Sköld n’est pas autre chose que mon avis, dont je prends l’entière responsabilité ! D’autre part, pour ce qui est de ce nouvel album, en dehors de certaines pistes plus dynamiques, la sonorité globale reste plutôt mélodieuse à mon humble avis – loin de moi l’idée de dire qu’un rythme tapageur fait tout le sel de la chose !

Réagissez à cet article