Lug-Na – Nude on your island

par |
Lug-Na, c'est comme une histoire d'amour. On ne s'y attend pas. De l'émotion à l'état pure, une voix aérienne, une musique mélancolique, ces quatre Rennais font des merveilles.

Nude on your island   est un véritable coup de coeur, elle nous emmène loin de tout, dans un univers qui semble froid, presque glacial, comme lors d’un matin d’hiver dans une cour de récréation. Mais la beauté de la musique que l’on entend fait fondre toute sensation malsaine…

À la fois douce et virulente, la musique de Lug-Na n’a rien à envier aux groupes tels que Muse ou Radiohead auxquels on les compare souvent. Ils ont clairement un son qui leur est propre et qui est reconnaissable par la voix entêtante d’un chanteur fascinant. Grâce à la combinaison magique du clavier-piano, de la guitare et autre xylophone, Lug-Na prend un malin plaisir à envoûter et à charmer. Comment résister à cette musique presque féerique, et au visuel « Tim Burtonesque » ?

Pleine de surprises, Nude on your island, balaye les perceptions, on ne sait pas vraiment où l’on va aller, mais on sait que ça sera bien. Et quand l’on croit être arrivés à destination, Lug-Na nous prend la main et nous jette hors de sa pop torturée pour nous entraîner dans une spirale rock, totalement imprévisible.

Composé de mélodies imparables, On A Winter Morning In A Schoolyard, le premier album du groupe est déjà un succès auprès des critiques, et leur réputation live n’est plus à faire: leur passage à la Flèche d’Or l’année dernière avait littéralement captivé le public ce soir-là.

Myspace: http://www.myspace.com/lugna

Crédits Photos : Philippe Abdou ( http://www.luckylens.deviantart.com )

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : J'aime le Rock, le vrai, pas le trop bruyant ni le trop mou, des Brian Jonestown Massacre aux Yeah Yeah Yeah's en passant par Marilyn Manson ou NIN. Je passe une grande partie de mon temps dans la pénombre des salles de concert pour essayer inconsciemment de découvrir The Next Big Hit !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article