Louis de Lights au Nouveau Casino

par |
Si les prestations des Louis de Lights ne sont plus à démontrer tant leur maîtrise de la scène est épatante, le défi est intéressant en ce vendredi soir. Il faut tenir un Nouveau Casino surpeuplé d’afficionados venus pour l’un des trois groupes à l’affiche et… entrés gratuitement (et donc susceptibles de repartir à n’importe quel moment).

Paris, 16 janvier 2009

louisLe set commence par le fameux He’s coming, dont l’intro ne cesse d’évoluer au fur et à mesure des live, ce qui ravit les fans assidu(e)s. On remarque tout de suite la présence d’un deuxième clavier, autre surprise du soir.

S’ensuivent des morceaux aussi énergiques que les autres ( Go On Score, Cochen Wiwer ), faisant frétiller l’assistance. Un morceau électrique, mais à l’origine acoustique ( Wrong Guy ) vient ponctuer le set très efficace. Mark (au chant et à la guitare) nous présente l’un de leur nouveau morceau, finalisé dans la nuit précédente. Et là on comprend tout de suite beaucoup mieux la présence du clavier supplémentaire.

Les cris s’estompent pour faire place au dernier-né donc. et c’est un succès sur toute la ligne (ligne de basse, efficacité rythmique et mélodique, influences diverses) ! Les premières notes d’ Opus 41  retentissent et encore une fois, les Louis embarquent leur public dans une nouvelle dimension. D’inspiration Vampire Weekend pour la rythmique, ce morceau n’en reste pas moins l’apanage de nos Parisiens. Peut-être du fait d’une plus grande maturité sur scène. À peine le temps de souffler qu’ils enchaînent le riff de Tatatata et c’est une explosion de sauts un peu partout dans la salle.

Le set défile, on sent que les musiciens se font plaisir, nous font plaisir, en un mot, que la soirée est réussie. Malgré un problème technique (un jack qui cède), ils continuent de faire le show, en profitant pour souffler un peu (ce qui permet à Adrien, le batteur, de rester en vie), de nous présenter le groupe et de faire un petit boeuf – intro du prochain morceau. qui sera Wager . un bijou d’électro-rock avec une excellente ligne de basse et. toujours ce clavier (très utile cette nouveauté). Un petit Alsatian pour la route s’infiltre juste après.

Arrive le moment fatidique du dernier morceau, l’«incontournable» d’un set des Louis de Lights, celui qu’on aime entendre et qu’on reprend à tue-tête, mais également celui qui signifie « fin d’un superbe moment musical », Get Out Of Your Car . Une fois de plus, le public suit, scandant en choeur refrain, bouclant ainsi le bonheur communicatif des musiciens sur scène !

Encore une fois, un set de 10 morceaux qui passe à une vitesse folle, mais pas bâclé pour autant (les Louis savent faire durer intelligemment leurs morceaux), une excellente maîtrise de la scène et de ses aléas, une belle approche du public. Et c’est à voir ou revoir le 4 février sur la scène du Point Ephémère.

Crédits photo : Nicolas Brunet (http://www.nicolasbrunet.fr)

Partager !

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 31 janvier 2009
    nico a écrit :

    yes, très bon souvenir de ce concert. Je ne sais pas encore si je serais présent le 4 mais je ne peux que vous conseillez de foncer au Point FMR !

  2. 2
    le Samedi 31 janvier 2009
    Flo a écrit :

    ça donne envie !!!

  3. 3
    le Vendredi 6 février 2009
    oph a écrit :

    merci beaucoup :)

Réagissez à cet article