Lou Marco, le carrousel sonore

par |
Lou Marco, petit bout de femme, sort son premier EP le 20 avril prochain. Un doux mélange des genres, addictif au possible, qui laisse prévoir une obsession sonore surprenante...

Image de

La ligne en face de sa discographie est jusqu’à présent restée vierge mais les choses vont enfin changer :  après avoir composée la musique de Yves Saint Laurent en 2008, « L’homme » avec le track « Everything Can Go » et une plus récente collaboration avec le rappeur londonien, The Spectre, sur Talk to Me, Lou Marco s’offre enfin son premier véritable essai.

Véritable bric à brac sonore, les 6 titres qui composent son EP regorgent d’influences en tous genres, entre coups de griffes et pattes de velours assumées. On flirte entre la pop et le rock, Cherry Red est une putain de claque entraînante dès le lancement de l’EP. Un track d’une douceur palpable, simplement saturé de cuivre, de machines et de batterie effleurée… avant de se laisser embarquer par un refrain terriblement addictif où l’intrusion de la guitare électrique vous emmène à entonner les « cherry red, cherry red » avec la sulfureuse Lou Marco.

Extrait Cherry Red :

Avec des arrangements étranges presque trip hop, Brand New Twist va conférer à l’album cette petite touche nostalgique, là où violoncelle et guitare sèche se paient le luxe, en 3 minutes, de nous faire déjà craquer. Pourtant, et c’est de loin la sensation après une première écoute de l’EP, on ne sait guère à quelle sauce l’auditeur va être mangé tant Lou Marco peut changer de registre d’un track à un track, mais également au sein même des compositions. A pas feutrés, la surprise est à l’originalité : on peut tomber sur un bricolage auditif à la sauce Gorillaz là où la boîte à rythme prend subitement des allures hip hop avant de se laisser dépasser par un enrobage pop/electro (Don’t Care)… On aurait d’ailleurs presque envie de prendre les jambes à son coup devant une sublime envolée lyrique brutalement rock sur Just in Love.

Extrait Just in Love :

De plus en plus sombre et torturée, la fin de l’EP bascule même dans une effusion de sueur : on frôle la surf music, la basse est vrombissante sur Angry At The Fridge tel un carrousel infernal façon Tim Burton. Chassant les fantômes et réveillant les âmes en souffrance, retour vers le futur pour un Cauchemar Bleu, synthétique, presque industriel, pour finalement exploser de mille feux.

Lou Marco, c’est la fascination des vieux synthés, un univers barré bercé par une voix qui ne laisse pas insensible. Avec à son actif un EP plus que touchant, Lou Marco jette un premier pavé dans la marre… Nul doute que vous ne tomberez pas sous son charme.

Teaser du premier EP, extrait de « Cauchemar bleu » : 

Lou Marco, « Lou Marco », 1er EP 6 titres dans les bacs le 20 avril 2013

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article