Linkin Park – A Thousand Suns

par |
Faire table rase. A Thousand Suns va méchamment se faire allumer. Aucun doute.

Image de Linkin Park - A Thousand Suns

Linkin Park n’est pas à un hold-up près. Brouillant les pistes, faisant du cross-over une marque de fabrique, lorgnant constamment vers un mainstream grandissant, ce nouvel album n’échappe pas à la règle et reste le plus gros coup de poker du groupe. Il abat ses cartes. Pas même sournoisement, mais à grand renfort d’effets pompeux (rien de neuf pour du LP). Les refrains imparables étonnent ou fâchent (oui, comme d’habitude) et Chester livre ici ses plus belles lignes de voix claires.

Certes, la facilité n’est jamais bien loin. La mécanique implacable est en route. Palpable. Faiseurs de mélodies, ceux qui avaient dépoussiéré le neo torpillent le cerveau à tout va. Et l’on vous met au défi de ne pas succomber aux relents arabisants de When They Come For Me. L’auditeur reste coi devant la niaiserie apparente de Burning In The Skies. Et pourtant, quelle chanson pop efficace ! Chester et sa bande ne sont pas les plus roublards imposteurs de la planète rock pour rien. Il est tout juste impossible de ne pas se laisser séduire (inutile de mentir) par la folie dévastatrice de The Catalyst. Comment ont-ils osé sortir un truc pareil ? L’improbable union entre David Guetta, 30 Seconds To Mars et Cherry Moon (pas la femme de Tonton Rob Zombie, non la dance pourrie des 90’s). Et le pire, c’est que cela fonctionne à pleins tubes! Claquer un single pareil, c’est se tirer une balle dans le pied, s’exposer aux foudres des férus de métal. Quand Korn retourne aux valeurs sures, aux sources du genre, les petits jeunes de LP prennent malin plaisir à s’en éloigner définitivement, s’affranchissant de tout cahier des charges. Rien que pour cette audace, cette arrogance immature, on lève le pouce bien haut.

C’est pourtant désappointé qu’on attend les bonnes vieilles hurlantes de Chester. Elles ne seront lâchées que sur un BlackOut poussif à la structure alambiquée. On reprochera également le scandaleux pompage des chœurs et des hymnes chers à Jared Leto (30 seconds) : Iridescent, au hasard. Le copier-coller n’est pas loin. Les interludes inutiles et nombreux agacent eux aussi.

Étrange objet de fascination, A Thousand Suns ressemble à tout sauf à du rock sans pour autant refouler du goulot. Pour peu qu’on accepte que Linkin Park n’a jamais fait que la musique qui le faisait durcir.
Jetez-y une oreille attentive avant de suivre le troupeau des critiques de tous bords !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Autant commencer par la fin. Noesis nous a quitté en ce 12 février 2076. Il aura vécu de doux rêves de reconnaissances de son talent d’écriture dans des publications diverses telles que Rock Mag, Dedicate ou Franco Fans. Sous le marbre se décompose une fine plume qui aura aimé manier bons mots et verbes forts. Pas appréciée à sa juste valeur, elle avait finie par perdre son blanc immaculé. Tristesse, emplois fictifs, mal être, difficile de se reconnaître dans une vie qu’on souhaiterait plus romanesque. Noesis, un extravagant souffle fantasque sur Discordance ! Un lien: http://megalomania.myrealboard.com/

8 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    L.
    le Samedi 25 septembre 2010
    L. a écrit :

    Publier la même critique sur Rock’n'France et sur Discordance, c’est quand même dommage…

    Par ailleurs, il est facile de retourner le problème. Ici, le problème, c’est le dernier album de LP. Il est mauvais et la production est pitoyable.
    Sans comparer avec leurs débuts, A Thousand Suns est médiocre. Et s’il y a autant de critiques négatives (par de vrais amateurs de musique et même des fans), cela ne signifie pas que tout le monde suit le troupeau. Il est bien trop facile de prendre le contre-pied pour se faire remarquer en parlant d’audace. L’audace, c’est bien, mais seulement quand le résultat est à la hauteur.
    Qu’ils changent de style s’ils le veulent, mais qu’ils le fassent bien !

  2. 2
    le Dimanche 26 septembre 2010
    mare des trou duc comme vous a écrit :

    C’est scandaleux de faire une tel critique. Linkin park vient de sortir un album vraiment exelent. Ils ont joué avec les notes et le résultat est exelent.
    Pourtant je suis aussi fan de metal mais cet album me plait, des titre comme the catalyst et wretches and king vont faire un malheur.
    En plus quand on regarde la liste de concert, c’est du lourd.

    sur ce.

  3. 3
    le Dimanche 26 septembre 2010
    Noesis a écrit :

    mare des trou duc comme vous.
    Un problème de lecture?
    La critique de l’album me semble plutôt bonne.

  4. 4
    le Lundi 27 septembre 2010
    S-Elyvane a écrit :

    Tout ça me rend perplexe.
    Lorsqu’on lit une interview de Linkin Park sur la conception du LP, où chaque morceau a été conçu différemment, + les commentaires positifs ou négatifs…
    Bref, à chacun de faire son avis quand il aura le CD dans son lecteur.

  5. 5
    le Samedi 2 octobre 2010
    LPiste a écrit :

    Je vois de belles phrases dans cet article, de jolis mots et des tournures qui en jettent… mais au final c’est inutile. On dirait bien que vous ne souhaitez que sortir du lot et dire que vous aimez l’audace. Certes ça peut être le cas, mais il y a des manières biiiiien plus sobre de le dire.

    Quant à l’album, je le trouve pitoyable à mes gouts (oui oui à mes gouts) mais sinon c’est un truc qui se laisse écouter, et si LP continu sur cette voie je suppose qu’ils auront tout de même un public, un autre mais un public quand même.

    Sinon il est vrai que les interludes sont casses-bonbons (faut rester poli), perso j’ai trouvé que ça cassait le rythme, devoir attendre 40 secondes entre chaque chanson juste pour entendre Mr Hahn faire joujou avec son matériel… je m’en serais passé

  6. 6
    le Mardi 5 octobre 2010
    Elgigante a écrit :

    Cet album est tout simplement mauvais…. Si on retire l’étiquette LP, il se vendrait encore moins qu’aujourd’hui ( 216 000 vente la première semaine, c’est à dire moins que René la Taupe et encore moins que MTM la première semaine avec 600 000 ventes….)
    Voilà donc un album POP sans saveur… Il ne s’agit pas de chanter du Martin Luther King pour être un génie musical…..
    Et pour les rageux qui vont dire…. Oui mais le concert est complet, je précise que les places étaient en vente avant la sortie de l’album…… Donc à la limite de l’escroquerie !

  7. 7
    le Jeudi 7 octobre 2010
    kegs a écrit :

    a chacun ses gouts, la différence qu’il y a entre LP et d’autres groupes(offspring,limp bizkit…)c’est qu’ils ne servent pas la même chose tout les 3 ans ils sont passé du nu-metal a l’electro rock ce qui fait de LP un groupe polivalent et ouvert a différents style de musique(essayez donc de classer LP dans une seule catégorie…) et pour revenir a la critique, le groupe ne s’est pas formé grâce a un casting de studio, ils se connaissent tous depuis le lycée (excepter chester..) certes les chansons comme « in the end » ou « numb » sont archi formater pour la radio, mais d’autres comme « the catalyst » ou même  » the little things give you away » ne le sont pas ne serait ce que par leurs durée! quand a l’album il s’écoute d’un seul tout du debut a la fin, il fait la part belle au cœurs, au effets electro, au piano et au rap de mike, chester a une voie beaucoup plus mélodieuse et aérienne que dans les précédents albums, LP prouve encore une fois qu’ils peuvent sortir un album différents des précédents pour s’ouvrir a un publique plus large, c’est un risque mais moi j’adore et j suis bien presser d’être a Bercy le 25 octobre!!!

  8. 8
    le Vendredi 8 octobre 2010
    Peyton a écrit :

    Je suis pas dacord avec les critique que font les gent C’est vrait qu’il ont changer de stile mais l’album A thousand suns est quand meme exélent Et seut qui se permétent de dire que le nouvelle album est dla merd C’est qui ne save pas c qu’un group doit évoluez Si LP sortiré a chaque foix la meme chosse frenchement jlé écouterai moin souvent Mais bon chaqu’un c gout :-) Pour tous les vrais fans de LINKIN PARK allé a leur concer le LINDI 25 OCTOBRE a paris bercy Et une tite dernière phrase pour finir ROCKEUR UN JOUR ROCKEUR TOUJOUR {Peyton}

Réagissez à cet article