Les Wriggles – Tant pis ! Tant mieux !

par Pauline|
Les Wriggles. Le quintette vocal n'est plus. Après le départ en 2006 d'Antoine Réjasse et Franck Zerbib, que peut-on atteindre des désormais 3 clowns en pyjama rouge ?

Mais c’est mal connaître ces pitres du rock français que de signer leur arrêt de mort.

wrigglesLes Wriggles n’ont rien perdu de leur saveur et, avec Tant pis Tant mieux, ils nous reviennent toujours aussi caustiques et corrosifs. Leurs textes humoristiques se mêlent à des guitares tantôt joviales, tantôt désabusées. On peut saluer la cohérence de ce quatrième opus malgré l’exploration de divers genres musicaux. Passant d’une poésie mélancolique dans  » Septembre  » à un simili de hip hop dans  » La major « , Tant pis Tant mieux ne se perd jamais.

Les thèmes abordés n’ont rien de nouveau. Ils ont bien au contraire été revisités maintes fois : de la sempiternelle diatribe contre les majors de l’industrie du disque ( » La major « ), en passant par la haine du capitalisme ( » La chaîne « ,  » Ce que les temps sont durs « ). Cependant, malgré ce regain de traditionalisme dans le choix des thèmes, les Wriggles restent fidèles à eux-mêmes et ne ressemblent à personne.

Les comptines sarcastiques du groupe mélangent innocence et lucidité sous une nappe de guitares simples et de percussions vocales entraînantes. Les Wriggles sont autant à l’aise dans les mélodies dynamiques, telles que le groovy  » C.R.S « , que dans les mélopées douces et amères (le magnifique  » Petit bonhomme « ). Les phrases sont des exemples de grotesque et d’ironie : qui aurait eu l’idée de terminer une dénonciation des travers du gouvernement par l’évocation de Winnie l’Ourson ( » Le complot « ) ? Le romantisme est de seconde zone ( » Entre tes seins « ), les criminels ressemblent à monsieur-tout-le-monde ( » Le chien « ), Paris est le lieu de toutes les inégalités ( » Suivez le guide « )

… Surprise !

L’univers des Wriggles, si grand-guignolesque, devient le miroir de notre monde. Et Tant pis Tant mieux s’érige en témoin de la mélancolie, maladie de notre siècle. L’humour noir de ces prophètes d’un nouveau temps fait passer la pilule. Une phrase, qui scande la douloureuse  » Désolé mémé « , peut résumer l’esprit de l’opus :

J’dis pas qu’c'est pas marrant

Parce qu’il vaut mieux rire que pleurer…

Mais les Wriggles c’est avant tout un spectacle. Burlesque, humoristique. À la hauteur de leur univers. Le groupe est en tournée dans toute la France pour ce début 2008 . N’hésitez donc pas à aller écouter ces clowns tristes et sanguinolents.

En savoir +

Site officiel: www.leswriggles.com

Myspace: http://www.myspace.com/leswrigglesofficiel

Partager !

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 17 janvier 2008
    kyra a écrit :

    J’ai eu l’occasion d’écouter ce CD dans la voiture d’un pote en revenant d’un séminaire aujourd’hui, et l’esprit WRIGGLES est toujours là … certains titres plus croustillants que d’autres, on n’est pas dépaysés … mais à petites doses … Rien de tel qu’un bon LOUISE ATTAQUE par la suite, pour resynchroniser les neurones. A défaut, le dernier album de TETARD …

    Jolie chronique, cela dit :)

    Bye.

Réagissez à cet article