Les promesses de l’ombre

par Trots|
Après A History of Violence, David Cronenberg signe un nouveau polar magnifique et violent.

promesses Anna, en voulant retrouver la famille d’un nouveau-né orphelin grâce au journal laissé par sa mère, entre en contact malgré elle avec les vori v’zakone, un gang russe qui trempe dans de sombres affaires, dirigé par Semyon et son fils Kirill . Elle rencontre alors Nikolaï, chauffeur de Kirill et chargé de faire le ménage dans cette histoire qui menacerait directement Semyon et son fils si elle était portée au grand jour.

Bien sûr, Cronenberg n’évite pas quelques clichés du genre. Anna la sage-femme est blonde et naïve, Kirill le fils raté du patron de la mafia est alcoolique et probablement impuissant, Semyon ressemble fort au patriarche Raymond Bettoun du Grand Pardon (en plus classe). Mais tout l’intérêt réside dans l’excellente interprétation des acteurs, en particulier Viggo Mortensen, formidable en homme de main des vori v’zakone qui gagne peu à peu sa place dans la hiérarchie codifiée de la mafia russe.

Mais surtout, la touche inimitable de Cronenberg se retrouve dans sa mise en scène de la violence, parfaitement filmée et cadencée. Les images sont crues et choquantes, dans leur manière de montrer les corps noueux et les tatouages des mafieux, et à travers l’utilisation de gros plans qui se veulent réalistes (le découpage organisé du cadavre). À noter LA scène magistrale du film, la bagarre dans les bains russes, où Mortensen, nu et tatoué, met une raclée à quelques sous-fifres mal lunés.

On peut regretter que le personnage féminin n’ait pas plus d’ampleur et on reste un peu sur sa faim concernant le passé de Nikolaï, mais Les Promesses de l’Ombre reste une oeuvre sombre et passionnante, menée de main de maître par un virtuose.

En savoir +

Site officiel: http://www.lespromessesdelombre.com/

Partager !

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 22 novembre 2007
    Pascal a écrit :

    Bon alors je vais être très clair: ce film est un bijou ! Je suis allé le voir un peu par hasard et j’ai été conquis par le jeu des acteurs et l’intelligence du scénario et de la mise en scène.

    Des scène mythiques: celle des bains bien sûr mais également la séquence d’ouverture ou celle de Vigo Mortensen devant le cadavre qu’il doit faire disparaitre…

    Un film à tiroirs, qui continu à vous trotter dans la tête pendant un bon petit moment.

    Comme tu le dis bien dans ton article, la fin arrive beaucoup trop tôt, car il y avait là matière à une trilogie…

  2. 2
    Trots
    le Vendredi 23 novembre 2007
    Trots a écrit :

    tout à fait d’accord! d’où vient réellement Nikolaï? que représentent ses tatouages? que va-t-il devenir? comment la jeune fille du début a-t-elle réellement sombré dans l’enfer de la mafia russe en tombant sous leur coupe?
    c’est un peu frustrant, mais en même temps c’est sûrement une stratégie aussi de Cronenberg d’entretenir une sorte de mystère autour de tout ça, je le vois tellement bien savourer tranquillement les questions qu’on se pose en sortant du ciné, avec un petit sourire en coin qui dirait: héhéhé, vous ne le saurez jamais!

Réagissez à cet article