Les Ogres de Barback au Zinga Zanga de Béziers

par |
Les Ogres de Barback viennent d'entamer une tournée évènement d'un peu plus d'un mois. Cette tournée marque la fin d'un spectacle proposé pendant environ 2 ans, à la suite de la sortie de l'album Du simple au néant en 2007. ?C'est à Béziers que le rendez-vous est pris.

ogresphoto??La toute nouvelle salle de Béziers Zinga Zanga est parée pour recevoir l’un des groupes les plus populaires et les plus emblématiques de la chanson française. Fondé en 1994, les quatre frères et soeurs Burguière d’origine arménienne continuent d’enflammer les coeurs. Aucun doute là-dessus.

La mise en température a été d’ailleurs très cuivrée puisque c’étaient les Fils de Teuhpu qui venaient nous présenter leur tout nouvel opus sorti sous peu, intitulé Camping sauvage . ?Trois quarts d’heure sans trop en faire, juste ce qu’il faut, en nous faisant même plaisir avec le mythique Bricoleur . Trois petits tours et puis s’en vont, place aux Ogres .?? La salle est comble, près de 2 000 personnes se sont déplacées. Avec 10 albums au compteur, les Ogres ont un public fidèle et acquis. Et l’on comprend pourquoi. Ils vont nous proposer un véritable show de 2h45.

Un voyage aux quatre coins de la planète, sans frontière. Les influences tziganes et arméniennes se font sentir, on ne renie pas les origines.? Accordéon omniprésent, guitare sèche pour commencer, l’électrique pour terminer, la chaleur est montée crescendo !? Là où l’on prend une immense claque, c’est par la polyvalence artistique du groupe, véritablement multi-instrumentiste. Que ce soit entre les morceaux, ou à l’intérieur même des compos. L’art de maîtriser le violoncelle, le piano, la trompette, le trombone, le tuba. ?Chapeau.??

Le choix de la set list est également judicieux : les Ogres s’ouvrent et montrent leur grande famille au public. Le concert est imagé sur Grand mère, Ma fille, L’oncle, Jérôme, L’arménienne . Comme si la musique laissait la place aux images, à cette complicité irréprochable entre les deux partis.?Une expédition longue, étoilée, et aussi très rythmée. En effet, on n’a jamais eu l’impression de tomber dans une période creuse : le groupe va alterner pendant 2h les morceaux posés de son répertoire, agrémentés d’instruments légers à cordes et à vent, avec les compos plus boulégantes et nerveuses. La violence des mots, la violence des notes, les Ogres n’ont pas changé.

?Beaucoup d’humour sur 3-0, faisant un tour de France des grandes villes avec ses stéréotypes et ses groupes mythiques, de la douceur et un clin d’oeil aux enfants sur les deux morceaux Pitt’Ocha, mais aussi de l’ironie sur Accordéon pour les cons . Les incontournables étaient bel et bien là. Tant mieux pour le spectacle !??Le nombre de rappels, quatre, a été significatif de l’osmose générale. Le premier retour a été ahurissant : à la surprise de tous, deux platines sont amenées, Fred et Sam s’improvisent sur du dub, tandis qu’ Alice et Mathilde débarquent avec des cuivres. On est littéralement restés sur le cul de ce petit interlude très dubby.

?Le deuxième rappel a quant à lui sonné la charge avec la reprise assez rock de Salut à Toi de Bérurier Noir . Après quelques morceaux interprétés, les Ogres se retirent encore. pour mieux revenir. Alors que tout le matériel a été débranché, ils se collent au public et jouent en acoustique P’tit Gars, l’indémodable Rue de Paname, et laisse le public s’occuper de chanter. De quoi faire hérisser les poils sur les bras.? À croire qu’ils ne partiraient jamais, les Ogres, après 2h45 de concert, viennent une dernière fois pour saluer la foule avec les marionnettes qu’ils font jouer. Un régal.??

Cette tournée exceptionnelle est en tous points à la hauteur de l’évènement. Un spectacle joué 2 ans pour célébrer les 15 ans du groupe, de grands écrans derrière les musiciens qui passent des constructions visuelles qu’ils ont concoctées; ainsi qu’une mise en scène originale avec une grande grue à la manière d’un cirque. Cette dernière a comme rôle de descendre les instruments volumineux, ou sert alors de grosse cymbale surélevée, actionnée par un levier.?? Enfin pour définitivement combler le public, les Ogres ont distribué à chaque spectateur le double DVD Fin de Chantier ., sorti le 9 mars dernier dans le commerce, enregistré à l’Olympia. D’une durée de 4h45, les 2h45 de concert sont disponibles sur le premier DVD, ainsi que 2h de clips, de making of, et des interviews sur le deuxième.

Les Ogres de Barback ont tenu à remercier le public, leur public, de leur fidélité depuis maintenant 15 ans. ?Des concerts comme ça, on en redemande. Il n’y en a plus beaucoup de nos jours.??

La Tournée Évènement dure du 6 Mars au 10 Avril 2009. Le double DVD Fin de Chantier . est distribué gratuitement à chaque spectateur de la tournée. ??D’ailleurs, elle touche bientôt à sa fin, il ne reste que 9 dates :?

- à Ans (Belgique), le 27 Mars?

- à Grenoble (38), le 28 Mars?

- au Mans (72), le 1er Avril?

- à Brest (29), le 2 Avril

- à Nantes (44), le 3 Avril

- à Cesson Savigné (35), le 8 Avril

- à Paris (75), le 9 Avril?

- à Landres (54), le 10 Avril??

Set List : Intro // Ma fille // Jésus // Contes, vents et marées // C’est beau // Marée basse // Voyageur // L’arménienne // Destin artificiel // Jérôme // 3-0 // Pour me rendre à mon bureau // Pas bien // Mécanique // Pitt’Ocha // Accordéon pour les cons // Delo // Pardon Madjid // Et oui ! // Violoncelle // Il ne restera rien // Les voyageurs // Grand-mère // L’oncle // Flamme and Co // Pequeno // Ni dieu ni dieue // interlude dub // Salut à toi // Salut à vous // Monsieur perd ses copains // P’tit gars (acoustique) // Rue de Paname (acoustique) // Marionnettes.??

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article